3. oct., 2017

AFT

The Clarisse Sisters, 6 octobre à 18h 30

AFTAFTAFT

Réservation au : +261 32 57 031 95 ou au assistcom-aft@alliancefr.mg

E-mail Marketing et E-brochure par       Impulse Logo      IMPULSE Marketing & Communication   + (261) 34 17 483 53

Si vous ne souhaitez plus recevoir nos communications, CLIQUEZ ICIPour inscrire une nouvelle adresse, CLIQUEZ ICI
Nous vous envoyons cet e-mail car vous faites partie de notre liste de diffusion.


28. sept., 2017

Une école des Beaux-arts se concrétise

Albert Bour, président de l’association Apame, et le responsable de médiation culturelle, Serge Rodin, annoncent l’ambition de créer une école des Beaux-arts. 

L’association pour la promotion des arts naïfs, populaires et sacrés du monde (Apame) présidée par Albert Bour, vient de réunir, les 13 et 19 juin, un représentant du ministère de la Culture, Niry Rakotondrabe,  représentant de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Serge Rodin, responsable de la recherche en médiation culturelle, et une quarantaine d’artistes peintres dont des représentants d’associations d’art visuel.


L’objectif de la réunion était de répondre au souhait exprimé par le Président de la République, de créer une vitrine des arts malgaches, en l’occurrence l’établissement à Antananarivo, d’une structure pérenne abritant l’Art visuel. Ces derniers ont convenu que le premier objectif d’une telle structure était de permettre et de faciliter la création de l’œuvre artistique et sa reconnaissance, par la formation artistique, l’échange d’informa- tions et des techniques artistiques.

« Le projet a vu le jour, il y déjà quelques années de cela. Malheureusement, aujourd’hui, faute de pilotes qui n’ont pas encore été remplacés il y a maintenant deux ans, le programme a dû prendre une longue pause. Cette année, nous avons décidé de reprendre les choses en main et de substituer les deux pilotes du projet», explique Albert Bour.
L’unanimité des artistes s’est prononcée sur une localisation qui soit suffisamment centrale à Antanana- rivo et une structure suffisamment adaptée aux objectifs.

Les locaux

À savoir la compatibilité avec les exigences de diversité de présentations et d’expositions telles que les espaces nombreux et identifiés, en même temps que des espaces communs et affectés. Le tout permettant une mutualisation à coûts bas des fonctionnalités. Pour ce faire, la commune urbaine d’Antananarivo a suggéré d’aménager les espaces libres sous les gradins du stade de Mahamasina. Il a été aussi évoqué qu’une salle au sein du ministère de la Culture sera à la disposition des artistes peintres pour la structure d’arts visuels.
« Étant donné que dans la Grande Ile, il n’existe aucune école des Beaux-arts, avec ce projet n’est plus obligé de travailler seul », lance Léon Fulgence un plasticien du Sud- Est.

Promouvoir l’art

Esthète et collectionneur, Albert Bour est intarissable sur le travail des artistes de l’île rouge. Il a visité la Grande ile depuis les années 90. Le choix de Madagascar par l’auteur s’explique par sa familiarité avec le pays.

« Je suis venu très souvent à Madagascar et j’ai suivi toutes les évolutions. Mes objectifs principaux sont de faire connaître l’Art et la culture des pays essentiellement en voie de développement, de vendre les œuvres d’art et de créer des évènements culturels» souligne t-il.
N’étant qu’occasionnellement dans le pays, Albert Bour a décidé de confier au Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (Craam) les actions engagées du mouvement pour la promotion des arts visuels par le biais du site www.craam.mg

L'Express de Madagascar

Le 19/07/17

Sitraka Rakotobe

18. août, 2017

Is’Art Galerie : Labdihy, carrefour de la danse contemporaine

L’événement Labdihy, initié et organisé par Ariry Andriamoratsiresy, se tient actuellement à l’Is’Art Galerie. Roberto Torres, invité d’honneur international, est déjà sur place pour partager ses expériences à ses pairs. Vendredi prochain, le public aura droit à des prestations époustouflantes des danseurs.

Pour sa 7e édition, le Labdihy, un véritable laboratoire de la danse pour les grands noms de ce domaine artistique, voit grand. Rencontres, résidences de création, représentation, c’est une plateforme qui permet aux danseurs et chorégraphes d’échanger et de continuer à explorer et à pousser la recherche à son maximum, grâce aux expériences de chacun. L’événement se tient sur plusieurs sites, au Tahala Rarihasina, à l’Is’Art Galerie, au Craam à Ankatso, au CEG Avaradrova, au lycée Sedera et au Tokotanibe à Ambohimanga. Une quarantaine de danseurs professionnels y participeront dans un événement à deux vitesses. Car si la première phase a déjà commencé à l’Is’Art Galerie, jusqu’au 12 août, la deuxième se fera en octobre prochain. L’événement accueille un invité d’honneur international, Roberto Torres, danseur chorégraphe de la compagnie Nomadà et directeur artistique du Teatro Victoria en Espagne. A l’Is’Art Galerie, pour ce vendredi, le public aura l’honneur de voir le duo Sandy et Poun, suivi d’une pièce de Harivola, puis de Roberto Torres. D’ailleurs, ce dernier donnera une conférence sur la danse contemporaine samedi prochain, suivi de deux prestations de la Compagnie Lova et de la Compagnie Rary.

Octobre. Pour sa deuxième partie, le Labdihy devra attendre le mois d’octobre, mais la programmation est déjà très alléchante. Plusieurs danseurs et chorégraphes malgaches et internationaux feront partie de cette aventure : le danseur chorégraphe de la compagnie Danse Cité de Maurice, Jean Renat Anamah, Ginaud Nicolas Clarice, danseur de la compagnie SR Dance de Maurice, Chris Babingui, danseur et chorégraphe et chargé de la programmation du Mbongui Square Festival du Congo Brazzaville, San Francisco et Maria Tembe, danseuse interprète de la compagnie Culturarte du Mozambique.

Midi Madagascar

Le 10/08/17

Anjara Rasoanaivo

4. août, 2017

19. juin, 2017

CHRONIQUE DE VANF: le prétexte Beatles

Les Beatles ne sont pas exactement de ma génération. Plutôt celle de la génération d’avant : 1963, c’est l’année du discours «I Have a Dream» de Martin Luther King comme de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy ; 1964, celle de la sortie de la Ford Mustang ; 1966, celle de la renaissance simultanée de l’Allemagne et du Japon «consacrée» par un concert des Beatles à Hambourg, suivi du concert à Tokyo, quatre jours plus tard, en juin...

Mais, ce documentaire sur les Beatles («Eight Days a Week», par Ron Howard, 2016) me parle. Sans doute à cause de cette simple phrase de Brian Epstein, l’agent qui leur a donné la célébrité planétaire : «Ils étaient différents, sans artifice». Sans artifice, sans nunucheries modernes. Ni le coefficient post-moderne d’Internet. J’aime croire qu’ils n’avaient pas eu besoin des excentricités paparazzisées des stars des années 2000. Que leur génie avait suffi.

Costume propret et coupe de cheveux en obole : ce look, il le devrait à Brian Epstein : «à 27 ans, c’était un adulte. Il avait une voiture !». Brian Epstein s’exprimait bien, racontent les quatre, il avait la voix posée. Les Beatles allaient essayer de bien s’exprimer, à son exemple. La vulgarité de notre époque aurait vite fait d’y voir une ringardise suprême.

Le journaliste Larry Kane, qui a suivi la tournée américaine des Beatles en 1964-1965, raconte comment son père l’avait pris à part avant cette tournée : «Attention à toi, ces garçons sont un danger pour la société». Il est vrai que les filles inauguraient l’hystérie des cris stridents et des syncopes synchronisées, mais surtout médiatiques. Elles faisaient des déclarations d’amour insensées (comme toutes les déclarations d’amour, d’ailleurs, et ce, à toutes les époques) à de parfaits inconnus. Elles cassaient la vitre de leur voiture pour leur caresser le visage. Ce papa américain des années 1960 parlait comme s’étranglerait un cheick wahhabite des années 2000 si celui-ci voyait quatre mille vierges séoudites se débarrasser de leur hijab et niqab pour les lancer aux pieds des Beatles...

On ne posera pas une question sur les Beatles ni à l’oral du Bac ni au Brevet, mais, comme très sérieusement, on avait pu les interroger sur la place qu’ils pensaient occuper dans la culture occidentale, il n’est pas superflu de se souvenir du nom des «quatre garçons dans le vent» : Ringo Star (né en 1940), John Lennon (né en 1940, assassiné en 1980), Paul McCartney (né en 1942), George Harrison (1943-2001).

Les Beatles allaient se séparer l’année de ma naissance. Non, ils n’étaient décidément pas de mon époque. Mais, «Imagine» de John Lennon ne se décline-t-il pas très contemporainement, entre reprise des Kids United, publicité caritative ou un magazine (Imagine-demain-le-monde) ? Tiens, n’est-ce pas le pantalon slim des Beatles qui revient enserrer skinny nos jambes modernes ? Ils n’étaient pas de mon époque, mais la vie est un éternel recommencement.

Vanf

Journaliste chroniqueur à l’Express de Madagascar