26. déc., 2016

Anciens Combattants

Subvention suspendue des anciens combattants

Vue partielle des anciens combattants, avant-hier, à Anosy.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Regroupés dans l’Union Nationale des Anciens Combattants (UNAC), les anciens militaires Malgaches engagés et tombés pour la France ne reçoivent plus la subvention annuelle de la part de l’Etat malgache. « Depuis 1985, nous n’avons reçu que la première tranche du pécule que l’Etat malgache devait payer », nous a confié un membre de l’association dont la classe et le matricule ne seront pas révélés. Et lui de continuer que « les 2ème et 3ème tranches ne le sont toujours pas depuis 1985 ». Samedi dernier, ils ont été représentés et ont participé à la cérémonie de commémoration des soldats Français et Malgaches morts pour la France, au Lac Anosy ; cérémonie durant laquelle François Hollande, chef d’Etat français, a reconnu les atrocités commises par la France durant le mouvement de l’indépendance ou l’insurrection (c’est selon) du 29 mars 1947.

 

Arrêt.  D’après les affirmations de l’UNAC, cette affaire a d’ores et déjà été portée devant les juridictions administratives nationales. A l’issue, ils ont eu gain de cause et l’Etat malgache était condamné à payer son dû. Mais jusqu’à maintenant, « il fait la sourde oreille », se plaint ce représentant de l’UNAC. Pour information, l’Office National Malgache des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre (ONMACVG) a été mis sur pied en 1947 par le biais d’une convention entre la France et Madagascar obligeant ces derniers à apporter leur aide aux anciens combattants et aux victimes de guerre. La France octroie, à titre de subvention, 17 mille euros par an à l’Office afin de payer leurs retraites. Mais pour le cas de Madagascar, qui a été fortement fustigé par l’UNAC, cette subvention est totalement suspendue. De surcroît, on leur a promis la reprise de cette dernière en 2017. Faut-il rappeler que durant son discours toujours lors de la même cérémonie, François Hollande a donné des chiffres concernant les Malgaches qui se sont engagés et battus pour la France. Aussi, a-t-il informé que durant la guerre de 1914-1918, «  parmi les plus de 45 000 engagés de la Grande Ile, 2 500 ne sont jamais revenus et plus de 1 800 ont été blessés ».  Mais beaucoup de Malgaches ont également participé à la Seconde Guerre mondiale. Toujours d’après le chef de l’Etat Français, « plus de 10 000 Malgaches ont pris part aux combats dès 1940 et 1/3 ne sont jamais revenus ».

 

Aina Bovel

Midi Madagascar

Le 29/11/16