Blog

2. août, 2019

L'express de Madagascar
Le 16 juillet 2019
NANDRASANELA Elise

31. juil., 2019

L' express de Madagascar
Le 15 juillet 2019

25. avr., 2019

Bientôt une nouvelle route praticable. Les usagers de la RN5A reliant les Districts d’Ambilobe et Vohémar peuvent déjà se réjouir. La signature de l’accord cadre sur le projet de réhabilitation de cet axe s’est effectuée, hier, entre l’Etat malagasy représenté par le ministre des  Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina et la Chine représentée par le chargé d’Affaires de son Ambassade à Madagascar, Chen Xiolei. Une cérémonie solennelle, en présence du Président de la République Andry Rajoelina, au palais d’Etat d’Iavoloha. Après cette signature, la somme d’une valeur de 150 millions de dollars dédiée à cette réhabilitation sera débloquée la semaine prochaine. L’ouvrage qui s’étendra sur plus de 150 km devra débuter la semaine prochaine également.  Il y a près d’un mois, le Chef de l’Etat a effectué une descente dans la Commune de Betsiaka, District d’Ambilobe et a pu constater de visu le piteux état de la route. C’est ainsi qu’il a pris la résolution de faire de la réhabilitation de cet axe l’une de ses priorités, étant donné les nombreuses doléances de la population.

Des vrais travaux

Cette réhabilitation est qualifiée de « travaux du siècle » par le chargé d’Affaires chinois. Une société chinoise déjà présente dans la Grande île depuis plusieurs années est responsable de l’exécution des travaux. Le Chef de l’Etat a été invité spécialement par l’Ambassade de Chine pour la cérémonie de remise de l’enveloppe dédiée à ces travaux de réhabilitation. « Je ressens les difficultés auxquelles font face les habitants de la Diana et de la Sava. Des régions dotées de nombreuses richesses notamment les ressources minières et les produits d’exportation comme la vanille, le girofle ou le cacao mais qui se heurtent au mauvais état des routes », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Il n’a pas manqué de rappeler les promesses de ses prédécesseurs qui ont tous déclaré leur intention de réhabiliter cet axe mais en vain. Cela inclut le régime sortant qui avait même fait un semblant de pose de la première pierre pour la construction de cette voie mais qui n’a pas abouti. Au final, ce sera donc le nouveau Président, du haut de ses 80 jours à la tête du pays, qui pourra finalement mettre fin au calvaire des usagers de cette route. Après de nombreuses années d’illusion, les « vrais travaux » vont donc bel et bien commencer. Une nouvelle réalisation qui confirme la devise « Asa fa tsy kabary » (l’action au lieu de la parole) que le Chef de l’Etat fait désormais sien!

La Rédaction

1. mars, 2019

                                                                                             La Vérité

                                                                                        Le 15/01/19

25. févr., 2019

Exténués. Les usagers le sont. Furieux, ils ne le sont pas moins, face à la situation actuelle à Antananarivo en matière de circulation.

« C’en est trop ! », lance-t-on un peu partout, quand les véhicules restent immobiles pendant plus d’une heure, ou que les usagers mettent deux heures, voire davantage pour parcourir moins d’un kilomètre. C’est le cas dans toutes les sorties de la ville, notamment à Ampitatafika vers Anosizato ou en sens inverse. La situation est similaire à Andravoahangy, Ankorondrano, aux 67ha, à Faravohitra, à Behoririka, Analamahitsy, ou encore sur la route circulaire, bref, partout. Il ne faut pas attendre les « heures de pointe » pour  le vivre, dans la mesure où le ralentissement de la circulation est  visible dès les premières heures de la journée, parfois dès 6h dans certaines zones.

 

Infrastructures. Le problème de circulation est-il alors sans solution pour la capitale ? Pour l’instant, les efforts déployés par les agents de police de la circulation ne sont pas couronnés  de grands succès sans mettre en doute leur bonne volonté, car sans les agents de police postés sur les carrefours et les croisements, la situation devient encore plus intenable face au comportement de nombreux automobilistes indisciplinés. En réalité, le cœur du problème est ailleurs, estiment les usagers. L’état des infrastructures routières en fait partie. Depuis le début des pluies successives dans la ville, en effet, la situation s’est davantage aggravée. La taille des nids de poule causés par l’excès d’humidité, a grossi très rapidement, les transformant en nids… d’autruche ! En quelques jours, la dégradation de l’état des rues d’Antananarivo s’est traduite en heures supplémentaires passés dans les embouteillages.

 

Issue. Aux dernières nouvelles, les responsables au sein de Commune Urbaine d’Antananarivo tiendront, ce jour, une réunion avec les transporteurs, incluant les taxis-be et les taxis-ville, afin d’aborder cette question de ralentissement de la circulation dans la capitale. Les usagers attendent de telles rencontres, des solutions efficaces, ne serait-ce que pour apporter un léger mieux à une situation qui leur est devenue insupportable. Ils seront fixés bien assez tôt.

 

Midi Madagascar

Le 16/01/19

Hanitra R.