10. mars, 2020

Si vous voulez visionner l'article intitulé, "Fonds National Foncier: nouvelle institution pour faciliter les réformes foncières"; cliquer ici

27. févr., 2020

Si vous voulez visionner l'article intitulé " Loi des finances pour 2020";cliquer ici

5. févr., 2020

Français à l’étranger.fr

Osez investir à Madagascar

Si Madagascar est pauvre et confronté à des problèmes politiques récurrents, c’est aussi un des pays d’Afrique qui a une forte potentialité en matière d’agriculture, de minerais et d’énergie.

Publié il y a 4 heures le 26 janvier 2020 Par Nathalie Laville

 Les Français sont depuis des décennies installés à Madagascar, une île magique francophile et francophone qui regorge de richesses! La France occupe une position prépondérante en ce qui concerne les partenaires commerciaux du pays. Les investisseurs se positionnent aussi sur un secteur en plein boom, celui des énergies. Madagascar, qui compte plus de 16 900 Français, n’est pas le pays le mieux placé dans le classement de la Banque mondiale, puisqu’il obtient le 161e rang de Doing Business.

> Comment créer son entreprise

Vous aurez le choix entre une société à responsabilité limitée (SARL) ou une société anonyme (SA). Il n’y a pas de capital minimum pour l’ouverture d’une SARL et les démarches prennent en moyenne 11 jours. Pour créer à moindre coût et rapidement une entreprise à Madagascar, rendez-vous à l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). C’est l’agence de promotion des investissements qui propose un guichet unique regroupant les administrations impliquées dans le processus de création des entreprises. Madagascar étant membre de l’Organisation pour Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), c’est le code OHADA qui est applicable en matière de création des entreprises dans ce pays. Ainsi, les procédures de création diffèrent selon le statut juridique de l’entreprise. L’immatriculation à l’INSTAT (institut de la statistique), elle, se fait sur présentation du bordereau de versement de l’acompte, de la quittance, d’un certificat de résidence et une photocopie de la CIN.

> Dans quels secteurs investir?

L’énergie est le secteur où investir. D’ailleurs, les entreprises françaises sont très présentes : GreenYellow vient d’achever la construction de la plus grande centrale solaire de l’Océan indien avec 20 MW de puissance installée à Ambatolampy, Eiffage a signé un accord cadre portant sur la construction du barrage hydroélectrique de Sahofika, Colas prévoit de construire un barrage hydroéléctrique de 120 MW, Green Yellow et Voltalia doivent construire des centrales solaires supplémentaires… Le transport est également un secteur porteur, tout comme celui du secteur du BTP. Enfin, le numérique voit également des projets portés par des entreprises françaises avec la construction d’un câble sous-marin à très haut débit, la délivrance des visas touristiques ou encore la planification de ses vols…

> Taxes à prévoir

Les impôts perçus à Madagascar se classent en deux principales catégories, à savoir les impôts d’État et les impôts locaux auxquels sont assujettis toutes les entreprises. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est de 20 %. Les droits d’accise prélevés sur certains produits importés ou fabriqués à Madagascar sont à des taux variant entre 5% et 325% ou à des montants fixes par litre ou par unité : tabac, alcool, briquets et certains services comme les communications téléphoniques… L’impôt sur les sociétés est de 20%, et 10% pour les entreprises non résidentes. Les royalties sont de 10%.

> Aides possibles

Plusieurs mesures ont été prises par les pouvoirs publics malgaches pour attirer les investissements directs étrangers et inciter la création d’entreprises. On trouve ainsi des institutions spécialisées dédiées à la promotion de l’entrepreneuriat (EDBM) en vue d’un appui financier aux porteurs de projets, des zones franches (réduction des impôts, exonération de l’impôt sur les bénéfices, ces zones n’étant pas territorialisées mais attribuées à des entreprises qui peuvent s’installer n’importe où), une possibilité d’investir pour toutes les nationalités et dans tous les secteurs, la liberté de transférer les profits, les dividendes, les salaires, et les épargnes des entreprises et des travailleurs expatriés, la liberté donnée aux entrepreneurs de détenir jusqu’à 100 % du capital de leur entreprise excepté dans des domaines de souveraineté comme les télécommunications où les parts des étrangers sont limitées à 66 %…

> Les atouts du pays

Même si le pays souffre d’une pauvreté endémique et de troubles politiques réguliers, il dispose d’atouts nombreux qui attirent les investisseurs, en particulier Français compte tenu de l’histoire du pays. Le pays dispose d’un climat favorable aux activités agricoles : le pays possède 36 millions d’hectares de terres cultivables, dont 3 millions seulement sont exploités… Son sous-sol est riche, avec une grande variété de minerais sous exploités : or, saphir, cobalt, nickel…Son potentiel touristique est important : ici, on trouve des espèces animales et florales uniques au monde, une flore incroyable…En outre, la Grande île possède un accès internet de très haut débit et des infrastructures de transport variées.

> Les bons plans

La branche agro-industrielle est en plein essor, les Français étant très présents dans les activités agricoles (en particulier bios) et halieutiques. Ils peuvent aussi investir dans l’industrie textile qui bénéficie la plupart du temps du régime des zones franches.

 

12. nov., 2019
12. nov., 2019