5. sept., 2017

Culture

« Hira gasy Makotrokotroka » : deux troupes sans pareil

Surprenant de pédagogie, le « Hira gasy » continue à battre son plein au jardin d’Ambohijatovo.

Les retrouvailles entre les férus de folklore et d’art oratoire à Ambohijatovo ont, une fois de plus, été enchanteresses ce week-end. Une ode à la culture malgache aussi bien que le « Hira gasy » se retranscrit en chant, en prose ou en musique, d’une manière assez théâtrale, la société. Il ne cesse de briller par ses couleurs dans le cadre d’un événement à part ,qui lui est exclusivement consacré chaque dimanche. Depuis plus d’un mois maintenant, le jardin d’Ambohijatovo, théâtre du « Hira gasy makotrokotroka » initié par l’Office régional du tourisme d’Analamanga et HaiGasy Production, se plaît à accueillir la crème des troupes de Hira gasy de la capitale sur sa scène. Il a été annoncé que l’événement s’illustre comme un duel fraternel entre deux troupes comme le veut la tradition et dont les éliminatoires auraient débuté ce week-end. Deux outsiders restaient encore à découvrir pour le public et ils ne se sont pas privés de faire valoir leur talent respectif face à leur auditoire, hier après-midi.

Pérenne culture


D’un côté, on avait ainsi la troupe de Razafimahandry originaire de Sahavato B, un véritable fief du Hira gasy dans les hauts plateaux, apparemment. De l’autre, la troupe de Ratovoson originaire d’Ampahimanga, plutôt resplendissante de jeunesse. Laissant la part belle aux joutes verbales et aux saynètes diverses, c’est vers 14h que les deux troupes ont débuté les festivités. Tonitruante et débordante d’énergie, la troupe de Razafimahandry a ouvert le bal. « Que pouvez vous y faire, contentez-vous de ce qu’il y a pour vous » scande-t-elle, annonçant d’entrée la thématique de la journée. « On perd de plus en plus l’esprit, bercé par les diverses technologies. Plus les jours passent, plus on s’appauvrit, épuisé, corrompu et mal nourri » s’exclame la troupe de Sahavato B. Pendant près de 40 minutes, chaque troupe enchante ainsi ,à sa manière, le public, qui est alors seul juge de chaque prestation. Au tour de Ratovoson d’Ampahi-manga d’entrer ,par la suite, sur scène. Cette dernière évoque ,elle aussi, avec dynamisme et ferveur ces valeurs de la société malgache qui se perdent. « Les jeunes n’ont plus aucun respect, préférant tous ignorer leurs aînés. Qu’en est-il de l’avenir de cette jeunesse, enivrée par la luxure et la paresse? » déclame-t-elle. Deux troupes qui se sont affirmées comme deux belles découvertes, Razafi-mahandry et Ratovoson ont ,toutes les deux, conquis leur auditoire.

L'Express de Madagascar

Le 22/08/17

Andry Patrick Rakotondrazaka