7. juin, 2019

Environnement

Des baobabs de Madagascar plantés à Dubaï ?

https://lexpress.mg/wp-content/uploads/2019/04/baobao-madagascar-dubai-990x556.jpg

Des baobabs font de beaux décors à Al Seef, à Dubaï, une ville qui marie tradition et modernité. Des images qui circulent, actuellement, sur les réseaux sociaux, montrent un grand baobab mis en terre avec ses racines. Grâce à leur taille, ces arbres qui poussent dans les émirats arabes unis font penser à ceux qu’on trouve à Madagascar, plus précisément, au Reniala, la plus grande espèce de Baobab qui procure à la Grande île, une très belle réputation au plan international. Un expert du service des parcs et de l’horticulture de la municipalité de Dubaï aurait affirmé que ces baobabs proviennent de Madagascar. «C’est la plus grande et la plus célèbre des six espèces de baobabs endémiques à Madagascar », aurait-il annoncé.

Ses propos affirmeraient même que « ces arbres imposants et inhabituels sont endémiques de Madagascar, où ils constituent une espèce en voie de disparition, menacée par l’empiètement de terres agricoles ». Il s’agirait de l’Adansonia Grandidieri, la plus grande espèce des six espèces endémiques à Madagascar. L’espèce est classée « en danger». Elle fait l’objet d’exploitation continue et massive. Les produits sont commercialisés au niveau national et international, notamment, les fruits et les graines. Vu sa vulnérabilité, cette espèce a été placée sous contrôle de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), depuis janvier 2017. Pour les six autres espèces, l’autorisation d’exploitation serait « exigée ».

A Madagascar, aucune source ne confirme que ces baobabs proviennent du pays.
« Nous n’avons pas autorisé l’exploitation d’un baobab», indique une source à Morondava où plusieurs populations de cette espèce sont rencontrées. « Ces arbres ne passent pas inaperçus dans les ports. On les aurait vus», indique une autre source. On attend, par ailleurs, les explications du ministère de l’Environnement et du développement durable. « Celui qui les a amenés ici a fourni beaucoup d’efforts et dépensé beaucoup d’argent», aurait souligné l’horticulteur à Dubaï.

L'Express de Madagascar

Le 26/04/19

M.F.R.