30. août, 2017

Microsoft et le chinois Baidu s'allient dans les voitures autonomes

Le géant américain Microsoft va collaborer avec le groupe Baidu, surnommé le "Google chinois", pour développer les technologies de voitures autonomes dans le monde, ont annoncé les groupes mardi dans un communiqué.
Microsoft rejoint ainsi la cinquantaine d'entreprises de l'alliance Apollo, une plateforme ouverte lancée en avril par Baidu, sur laquelle il veut partager ses technologies de voiture autonome avec les constructeurs, est-il précisé dans le communiqué diffusé par Microsoft.
Le géant des logiciels va apporter à l'alliance les technologies de son "cloud intelligent" appelé Azure, services informatiques dématérialisés qui exploitent les avancées de l'intelligence artificielle.
Le partenariat vise à développer les technologies de voiture autonome dans le monde entier, hors Chine, précise le communiqué.
"Nous sommes très enthousiastes à l'idée de nouer un partenariat avec Baidu, qui va permettre d'effectuer un pas de géant pour aider les constructeurs et les fournisseurs à se rendre compte des promesses que recèlent les voitures autonomes", a déclaré Kevin Dallas, vice-président de Microsoft, cité dans le communiqué.
"A travers notre +cloud+ intelligent, l'apprentissage des machines" et les autres avancées technologiques en matière d'intelligence artificielle, "nous pouvons accélérer le travail déjà engagé pour rendre les véhicules autonomes plus sûrs", poursuit-il.
"Grâce à Azure, nos partenaires en dehors de Chine auront accès a un +cloud+ public, fiable et sûr, ce qui leur permettra de se concentrer sur l'innovation plutôt que de construire leur propre système de +cloud+", déclare pour sa part Ya-Qin Zhang, le président de Baidu, qui a déjà testé son premier prototype de voiture sans conducteur fin 2015.
Les collaborations dans la conduite autonome, considérée comme l'avenir de l'automobile, se multiplient.
Cette annonce par Microsoft et Baidu intervient dans un contexte de relations commerciales tendues entre la Chine et les Etats-Unis et à la veille s'une session de discussions entre responsables économiques américains et chinois à Washington.

 La Vérité

Le 20/07/17

  AFP

Source: LeFigaro.fr

29. août, 2017

Lancement du tribunal... sur Internet!

La Chine a lancé ce vendredi son premier « tribunal sur internet » : il est destiné à régler les litiges relatifs au web, à l’heure où la justice fait face à l’explosion des paiements mobiles et du commerce électronique.

« Une solution efficace et peu coûteuse » aux conflits sur internet

Les habitants de la ville de Hangzhou (est) peuvent désormais enregistrer leurs plaintes directement en ligne. Un tribunal étudie ensuite l’affaire, puis organise une audience en visioconférence sur internet entre le juge, le plaignant et l’accusé.

Cet outil juridique « propose à tout un chacun une solution efficace et peu coûteuse face à ces nouveaux types de conflits qui surviennent sur internet », a déclaré Du Qian, le principal juge de cette nouvelle institution, à l’agence de presse de la Cour populaire suprême chinoise.

« Cela permettra non seulement de rendre les actions en justice aussi simples qu’un achat en ligne, mais aussi de donner au commerce électronique le même degré de protection juridique que la consommation dans les magasins en dur », a-t-il souligné.

De multiples compétences

Le tribunal traitera les différends en matière de transactions commerciales sur internet, de droits d’auteur et de qualité des produits vendus en ligne.

La Chine compte le plus grand nombre d’internautes au monde : ils étaient 731 millions fin 2016. Le commerce sur internet est considéré comme un secteur crucial par Pékin, qui souhaite une économie davantage portée par la consommation intérieure.

Les consommateurs chinois ont dépensé 17,8 milliards de dollars (15,2 milliards d’euros) le 11 novembre dernier lors de la « Fête des célibataires », la plus grosse opération d’e-commerce annuelle dans le pays, organisée par le mastodonte national de l’internet Alibaba.

Midi Madagascar

Le 21/08/17

 

21. août, 2017

Nokia 8 : La marque culte redevient un concurrent d’Apple et Samsung

http://i.f1g.fr/media/figaro/680x382_crop/2017/08/17/XVM6ef3ac4a-834e-11e7-8c2d-3e63b6c8c618.jpg

HMD Global, qui exploite la marque Nokia Mobile, a présenté son premier smartphone haut de gamme. Nokia redevient un concurrent d'Apple et Samsung.

Après avoir beaucoup fait parler d'elle grâce au nouveau 3310 en février, la marque Nokia continue son retour sur le marché du smartphone. HMD Global, start-up finlandaise créée par des anciens de Nokia a présenté mercredi 16 août à Londres le Nokia 8, un smartphone haut de gamme tournant sous Android. Disponible en Europe début septembre pour 599 euros, le téléphone mise sur une caméra performante et quelques fonctionnalités exclusives pour rivaliser avec Apple ou Samsung.

Équipé de la toute dernière version d'Android Nougat, le Nokia 8 possède des caractéristiques similaires aux autres smartphones haut de gamme du marché. Doté d'un processeur Qualcomm Snapdragon 835, de 4 Go de RAM et de 64GB de mémoire interne, avec possibilité d'accueillir une carte SD, le Nokia 8 n'a pas à rougir face à sa concurrence. Le téléphone arbore une coque en aluminium miroir lui donnant un aspect plus premium que ce que proposait Nokia jusque-là. Seul bémol pour l'écran: si sa définition Quad HD le place dans les meilleurs du marché, Nokia ne s'essaye pas à la nouvelle tendance sans bordure, commencée par le Galaxy S8 de Samsung. La dalle LCD du Nokia 8 ne mesure que 5,3 pouces et laisse encore beaucoup d'espace sur ses côtés. Ce design pourrait jouer des tours à l'entreprise alors que l'iPhone 8 d'Apple, attendu le même mois, devrait de son côté éliminer toute bordure.

Pour camoufler la faible ambition de son design, Nokia fait le pari de proposer des appareils photo de très grande qualité. Équipé de lentilles ZEISS, le Nokia 8 possède trois caméras de 13MP chacune. Une à l'avant, deux à l'arrière. Le deuxième capteur au dos du smartphone lui permet de prendre des photos en noir et blanc sans traitement logiciel, une technologie monochrome similaire à celle proposée par Huawei dans ses smartphones haut de gamme. L'appareil photo se démarque avant tout par ses fonctionnalités. Avec le Nokia 8, fini le selfie. Nokia invente le «Bothie», une photo où à la fois caméra frontale et caméra arrière sont utilisées. Si cette idée de photo double n'est pas nouvelle -Samsung et LG s'y étaient déjà essayés il y a quelques années- Nokia intègre à son appareil photo la possibilité de partager les images de ses deux caméras en direct sur les réseaux sociaux. Le Finlandais s'adresse à un public jeune qui pourrait se laisser tenter par la diffusion d'un événement sur Internet tout en voulant partager sa réaction en direct. Enfin, le Nokia 8 adopte une technologie d'enregistrement sonore «spatial» baptisée «Ozo Audio». Les trois microphones de l'appareil permettent de reproduire le son d'un enregistrement vidéo sur 360°.

Midi Madagascar

Le 21/08/17

Source: Le figaro.fr

1. août, 2017

Deliveroo délocalise son service clients à Madagascar: «Une forme d’esclavagisme moderne»

Mis en ligne le 27/07/2017 à 17:10

La rédaction, avec Belga

Les travailleurs, appuyés par la CSC, exigent de l’entreprise une négociation collective et la révision du projet de délocalisation.

© Chloé Richard (St.) / Le Soir.

À l’appel de la CSC-Transcom et de la CNE, une trentaine de coursiers de Deliveroo se sont réunis jeudi après-midi avenue Louise, à Bruxelles, pour protester contre leurs conditions de travail et la délocalisation à Madagascar du service à la clientèle de la société de livraison à domicile de plats de restaurant. Ils demandent notamment à l’entreprise qu’elle intervienne dans leurs frais d’équipement et que ceux qui y travaillent comme indépendants puissent bénéficier d’une couverture d’assurance.

Le service à la clientèle est chargé des contacts avec les clients, les restaurants et les coursiers. Ceux-ci sont souvent en contact avec le ‘customer service’ en cas de problème, comme lorsqu’ils ne trouvent pas une adresse, tombent sur un restaurant fermé alors que ce n’était pas prévu ou, dans les situations les plus graves, lors d’une agression ou d’un accident de la route.

8 personnes licenciées

Des tâches qui seront bientôt effectuées, pour l’essentiel, depuis Madagascar. Raison pour laquelle huit personnes sur les quatorze que comptait le service à la clientèle ont été licenciées. Seuls les contacts avec les restaurants se feront encore depuis Bruxelles.

Les travailleurs, appuyés par le syndicat chrétien, exigent de l’entreprise une négociation collective et la révision du projet de délocalisation. «  C’est un peu comme le syndicalisme à ses débuts, où on n’avait pas d’outils juridiques. On s’adapte  », a déclaré Martin Willems du CNE devant la vingtaine de manifestants.

Deliveroo est une « plateforme internet » de livraison de plats cuisinés. Les commandes sont réalisées via le site Web de Deliveroo ou son application mobile auprès des restaurants partenaires et sont livrées par des travailleurs indépendants ou sous statut SMART se déplaçant à vélo.

Lors du rassemblement, plusieurs « bikers » ont pris la parole. L’un d’eux raconte avoir été poussé à travailler pendant ses examens.

«  J’ai l’impression que c’est une forme d’esclavagisme moderne.  »

Les coursiers ont par ailleurs d’autres doléances. Ils demandent ainsi un gel des embauches pour que les shifts soient plus facilement accessibles. Ils sont en effet nombreux à vouloir effectuer des livraisons et il n’y a pas toujours du travail pour tout le monde.

Les « bikers » veulent également une intervention dans leurs frais d’équipement, un salaire minimum, une garantie de revenus en cas de dégâts corporels après un accident et une garantie de travail.

La manifestation s’est terminée en table ronde entre syndicalistes et jeunes travailleurs.

20. juil., 2017

         Alphabetisation : lancement de l’application web « Gamela »

Par Les Nouvelles sur 20/07/17