1. déc., 2017

Désormais, les jeunes de Sambirano ont leur propre concours de beauté. La compétition s’est déroulée durant le festival Sorogno. 

Deux mois de dur labeur, de préparation physique, chorégraphique, mentale des jeunes candidats, mais Stéphanie et Boris s’en sont sortis vainqueurs. Pour organiser ce premier concours dans la ville réputée mondialement par la qualité de son cacao, le comité du festival Sorogno a fait  appel au créateur d’évènements de Nosy Be « Les Flowers des Iles », présidée par Herimina Tombosoa. Il a mis deux mois pour présenter l’élection de Miss & Mister Cacao, dans la soirée de samedi. Il a choisi pour cadre de l’évènement  le nouveau restaurant La Piscine à Antafiakasaka-Ambanja, remplis de cinq cents spectateurs (sinon plus) venus pour soutenir leurs favoris. L’animation a été assurée par de nombreux artistes locaux dont Rijade, Kaeji et Joviale. Le spectacle et l’émotion étaient au rendez-vous.
Si cette année, l’évènement a été intégré dans le  Festival du cacao, l’organisateur projette de l’inscrire dans la durée. « En le lançant, mon objectif est de promouvoir la jeunesse et le monde du cacao. Ce n’est qu’un début, mais il est très prometteur », affirme Herimina Tombosoa. Elle a toutefois regretté que la ville d’Ambanja soit souvent « sous-estimée ». Elle n’a pas caché sa fierté à la fin de la soirée car les jeunes candidats ont retrouvé le naturel, la passion et les beaux sourires.
Pour cette première édition, vingt candidats venant de Nosy Be, Antsiranana et Ambanja dont neuf jeunes filles ont été sélectionnés pour la finale,. Ils ont tous été animés par l’espoir d’arborer l’écharpe et la couronne du vainqueur. Entre chaque passage artistique, candidates et candidats ont défilé sur des chorégraphies bien apprises. Tout  a débuté par  la danse « afindrafindrao »  suivi du passage en tenue traditionnelle ou « jôro ». Les trois autres sorties des candidats en tenue de soirée, de ville et de plage ont été aussi attendues par le public impatient. Jugés sur leur allure, tous ont rivalisé de beauté et d’élégance, séduisant le public.

Stéphanie et Boris


Le suspense s’est maintenu jusque vers 3 heures du matin, moment où le verdict est finalement tombé. Stéphanie, la ravissante représentante de l’île aux Parfums a convaincu le jury et s’est  vue remettre le titre de Miss Sorogno Cacao 2017. Cela n’a pas du tout étonné le public car, dès le début du concours, elle s’est distinguée de ses concurrentes. Elle a 18 ans et un physique de top model. Elle est étudiante et maîtrise bien la langue de Molière comme on l’a remarqué durant son petit speech.

Quant au Mister, il a 18 ans. Prénommé Boris, il est  étudiant, mais poussé par l’envie d’être star, il a participé à ce concours pour mettre en valeur son corps. « Je veux montrer à tout le monde que la région productrice de cacao a son beau gosse », s’exprime-t-il en riant. À
l’annonce des résultats, beaucoup d’émotions ont été ressenties. Certains les ont contestés, d’autres, en revanche, ont été contents d’être allés jusqu’au bout du concours. En tout cas, ils sont tous aussi beaux les uns que les autres et apparemment les membres du jury avaient l’embarras du choix aussi bien pour désigner les meilleurs que pour les couronner. Après la remise des deux couronnes et des écharpes, Stéphanie et Boris ont chacun reçu son lot de cadeaux des différents partenaires de l’organisation, dont un Smartphone d’Orange Madagascar.

L'Express de Madagascar

Le 14/09/17

Raheriniaina

20. juin, 2017

L’ambassade de France a délivré un  passeport talent au groupe de rock malgache « The Dizzy Brains », lundi. Cette distinction reçue de l’ambassade rejaillit dans le monde culturel, et est à saluer pour l’immense talent du groupe. C’est un dispositif qui a pour objectif de faciliter les démarches administratives des talents du monde entier pour qu’ils viennent investir, innover et créer en France. Le groupe a connu une certaine notoriété en France lors de son passage aux Rencontres Trans Musicales de Rennes, d’abord lors d’un concert à la prison de Rennes, puis sur la grande scène du festival.


Aujourd’hui le groupe continue de gagner en expérience et se redécouvre ainsi plus rebelle qu’à ses débuts.


« The Dizzy Brains », ce sont ces quatre garçons au corps maigre, noueux. Une batterie qui tape dur et vite, une basse et une guitare qui galopent, décochant leurs riffs tranchants. Et devant, avec son micro, un gamin survolté qui hurle comme un possédé, les veines saillantes gonflant un cou pourtant si maigre.

L'Express de Madagascar

Le 11/05/17

Sitraka Rakotobe

4. févr., 2015

Midi Madagascar, 20/01/15

27. janv., 2015

Midi Madagascar, 6/01/15