Blog

24. sept., 2018

http://j6z5.mjt.lu/img/j6z5/b/3xw/0002.jpeg

SPÉCIALE PARCOURS SUP - SEPTEMBRE 2018

Bandeau Event

 
Parcours Sup :
combien d'affectations ratées ?
En cas de souci, contactez
SOS inscription
via parcours-sup@fcpe.asso.fr

La fin de la procédure complémentaire est proche. Vous êtes parent d’élève d’un enfant
qui était il y a peu de temps en attente
d’une affectation dans le supérieur.
Qu’en est-il de sa situation et accepteriez-vous de témoigner en répondant à cinq questions.
Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

Si vous acceptez de témoigner, n’hésitez pas
à nous en dire plus et à nous laisser
vos coordonnées téléphoniques.
Je participe à l'enquête  
 
chiffres cles
29. juin, 2018

Devenir l’université phare de l’Afrique Subsaharienne. C’est l’ambition annoncée par l’Université catholique de Madagascar (UCM), lors de la cérémonie de sortie de promotion qu’elle a organisée le 15 juin dernier. Deux promotions ont, en effet, reçu leur diplôme de Master II. La première est la promotion Hazomanga qui est la XVe promotion de la Faculté des Sciences Sociales, parrainé par Imbiky Herilaza et comptant parmi ses rangs 110 jeunes spécialistes répartis au sein des filières Droit, Economie, Gestion, Population et Développement. La seconde est la promotion Fanilo qui est la IIe promotion de la Faculté de Psychologie, parrainé par M. Real LABELLE et réunissant sept  jeunes spécialistes diplômés soit en Psychologie Clinique soit en Psychologie Organisationnelle. « Après cinq années de formation auprès de l’Université Catholique de Madagascar, ces diplômés sont unis parles valeurs de la foi, de l’excellence et de la responsabilité. Les Universités de Québec et de la Réunion ainsi que les entreprises telles que le FTHM, Elite GSM, Dzama et les banques primaires reconnaissentla qualité de l’enseignement de l’UCM », ont soutenu les responsables auprès de l’université.

Midi Madagascar

Le 19/06/18

Antsa R.

18. avr., 2018

La Faculté de médecine d’Antsiranana a procédé à la sortie de trente-sept paramédicaux. Dans le système LMD, ils ont obtenu le diplôme de licence. Une grande première pour la Faculté de médecine d’Antsiranana. Elle a organisé, vendredi dernier, la présentation des étudiants de la septième année en médecine humaine et la sortie solennelle de la promotion « Tantely » (abeille) de l’Institut de formation inter régionale des paramédicaux (IFIRP). La promotion « Tantely » comprend vingt-deux diplômés dans la mention sciences paramédicales et quinze dans la mention maïeutique.

À cause des intempéries et de l’état actuel de l’amphithéâtre de l’Université, la cérémonie s’était déroulée à l’hôtel Ankarana-annexe, avec la présence notamment du directeur de cabinet du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Pr Jean Louis Rakotovao, du Dr Zanadaory, premier doyen et père de cette faculté, et du Pr Luigi Bellini de la polyclinique Next, qui a reçu les remerciements unanimes pour son action louable pour l’ouverture de cette Faculté de médecine d’Antsiranana.

« Le Pr Luigi Bellini a toujours soutenu financièrement cette faculté et il en a dédié une salle de cours au sein de sa polyclinique », a souligné le Pr Cécile Manorohanta, présidente de l’Université Nord d’Antsiranana, lors de son discours.

Habilitation

« Le basculement dans le système LMD a présenté des difficultés d’adaptation, mais cela ne nous a pas démotivés pour avancer et obtenir notre licence. Le système LMD a permis de nous introduire vers l’excellence, et l’Université d’Antsiranana en sera fière », a indiqué Nina Jaofera, jeune infirmière fraîche émoulue et major de promotion.

Suite à la réforme de l’enseignement supérieur avec le basculement dans le système Licence- Master-Doctorat (LMD), la formation des paramédicaux est intégrée dans le domaine des sciences de la santé au sein de la Faculté de médecine, avec la création de deux mentions, la maïeutique et les sciences paramédicales, en plus de la médecine humaine. Ces deux mentions ont récemment obtenu l’habilitation du ministère de l’Enseigne­ment supérieur et de la recherche scientifique. La traditionnelle passation de fanion et la prestation de serment ont clôturé la cérémonie.

L'Express de Madagascar

Le 28/03/18

Raheriniaina

19. mars, 2018

Des centaines d’étudiants de la filière Gestion sont bloqués sans diplôme à l’Université d’Antananarivo. Les victimes menacent de faire un sit-in.

Tollé. Des étudiants de la filière Gestion à l’Université d’Antananarivo tirent la sonnette d’alarme pour l’inexistence d’encadrement au niveau du Master 2. Trois promotions en ont fait les frais. « Nous sommes autour de quatre cent à être bloqués sans diplôme ici. Aucun encadrement n’a lieu pour le niveau master 2, depuis l’année 2015 », a fait savoir Camille Rasoa­vinarivo, président de l’association des étudiants de la filière Gestion à Ankatso, hier.
Une année universitaire est composée de deux semestres : les premiers six mois passés en salle et le deuxième en stage et durant lequel les encadrements sont obligatoires. C’est là que les étudiants sont bloqués. Les sans diplômes s’entassent à ce niveau. La promotion 2015 comprend autour de cent étudiants, celle de 2016 autour de cent cinquante à laquelle vient s’ajouter  la dernière promotion de 2017. Les victimes commenceraient à en avoir assez. Ils menacent de faire un sit-in à l’Esplanade de l’université, la semaine prochaine, si aucune solution n’est trouvée. De plus, ils craignent l’application de la sélection de dossier pour les diplômés de licence qui souhaitent accéder au niveau master.

Sanction
L’insuffisance des enseignants ayant la capacité à effectuer les travaux d’encadrement serait la base de ce cumul des non diplômés et de cette proposition de sélection de dossier pour cette mention. Seuls les docteurs sont autorisés à encadrer le niveau master.
« Malheureusement, ils ne sont qu’une dizaine, au mieux, une quinzaine à la filière Gestion. Le texte est bien clair, un enseignant ne peut encadrer que quatre étudiants, dix au maximum. On devrait limiter les récipiendaires pour éviter ce genre de problème pour les mentions n’ayant pas assez d’enseignants », explique le professeur Panja Rama­noelina, président de l’Université d’Antananarivo. Ce serait une solution de dernier recours.
Les responsables de cette mention ont été déjà convoqués. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique leur a exigé de trouver des solutions. « Nous leur avons proposé, entre au­tres, de travailler avec des enseignants de la Faculté de Droit, d’économie, de gestion et de  Sociologie (DEGS), ou d’autres facultés et même d’autres universités, ayant l’habilitation de mémoire de Master, pour assurer l’encadrement. Par souci de qualité, ces quinze personnes ne peuvent assurer à elles-seules ces trois cent étudiants. Malheureusement, les responsables de la filière n’ont rien fait », ajoute le professeur Panja Ramanoelina. Les sanctions peuvent tomber pour les responsables de cette filière.

L'Express de Madagascar

Le 16/02/18

Miangaly Ralitera