Blog

23. févr., 2017

Midi Madagascar a rencontré Jean-Daniel Chaoui, Conseiller consulaire et Président de FdMM, à son retour d’une mission effectuée du 11 au 14 février 2017 dans la capitale du Boina.

Jean-Daniel Chaoui en compagnie d'Annick Raharimanana, conseillère consulaire à Majunga

Midi Madagasikara (MM) : Quel était l’objet de votre séjour à Majunga ?

Jean-Daniel Chaoui (JDC) : FdMM est très présente dans cette ville. La Conseillère Annick Raharimanana anime avec brio l’équipe associative locale qui multiplie les actions au bénéfice des Français résidents. FdM Majunga possède un local et tient plusieurs permanences hebdomadaires régulières ( Tél 032 40 848 71). Il était donc naturel que je me déplace pour participer à l’Assemblée Générale de cette association, AG qui se tenait le samedi 11 février 2017.

MM : Etait-ce le seul motif de votre visite ?

JDC : J’ai élargi ce séjour à l’exercice de mon mandat de Conseiller consulaire représentant les Français de Madagascar, les lundi 13 et mardi 14 février. J’ai ainsi rendu visite à la nouvelle Principale du Collège Français Françoise Dolto, Geneviève Drouot. J’ai pu constater la qualité du niveau d’enseignement de ce collège, sans égale sur la ville de Majunga, de la maternelle à la troisième. J’encourage mes compatriotes à y scolariser leurs enfants.

MM : Avez-vous visité d’autres organismes locaux ?

JDC : Oui, j’ai été reçu à l’Alliance Française (AF) de Majunga par la directrice et je me suis informé sur l’évolution du projet de relocalisation de l’AF, relocalisation qui devrait être effective en juin prochain. Félicitations à Sophie Mayolle pour son dynamisme qui se concrétise en particulier dans le développement des activités d’enseignement de l’AF.

MM : Qu’en est-il de l’Agence Consulaire ?

JDC : Celle-ci présente un fonctionnement de qualité. En l’absence du Consul Honoraire en déplacement, j’ai été reçu par l’agent administratif, Judith Manariasa. L’Agence assume son rôle « d’interface » entre la population résidente et le Consulat général (CG) à Tananarive. C’est un relais administratif qui assure la transmission des dossiers et donne des informations. Il ne faut pas se méprendre sur son rôle. L’Agence ne peut assumer les fonctions dévolues au CG. Ceci n’est pas toujours compris par mes compatriotes. Une « mission de Tana » va bientôt venir avec possibilité de la faire des papiers d’identité sur place.

MM : Avez-vous rencontré des opérateurs économiques ?

JDC : Oui. C’est un volet de préoccupations toujours présent dans mes déplacements. J’ai visité six sites dans des domaines variés : énergies renouvelables, activités portuaires et douanières, hôtellerie et tourisme, matelas mousse et quincaillerie.

MM : Que retenez-vous de ces entretiens ?

JDC : Je retiens trois sujets de ces entretiens. Le premier concerne la difficulté de travailler dans un contexte d’insécurité administrative et juridique, voire judiciaire. Cette préoccupation est générale. Le second concerne la Jirama dont les délestages atteignent 50% du temps à Majunga, j’ai pu en faire l’expérience. Cela perturbe considérablement le fonctionnement des entreprises. L’achat d’un groupe et du carburant pour pallier aux coupures de courant électrique présente un surcoût très important.

MM : Vous aviez indiqué trois sujets ?

JDC : Le troisième sujet fut une intervention d’une communauté résidente exprimant son incompréhension face au refus de visas pour la France ou pour la Réunion, refus dont sont victimes nombre de parents personnes âgées qui ne peuvent rendre visite à leurs enfants et petits-enfants résidant en métropole, ces enfants et petits-enfants ayant acquis la nationalité française. C’est un sujet qui affecte aussi la société malgache. J’entreprends actuellement de saisir le défenseur des droits en France pour avoir son avis face à ces situations qui me semblent dommageables pour tout le monde.

MM : Un dernier mot pour conclure.

JDC : Je voudrais souligner la qualité du projet de développement d’un parc animalier porté par le groupe SIB et Nigar Barday à Majunga. C’est un lieu agréable entretenu avec beaucoup de passion par la responsable et son conjoint. J’invite la population à le visiter. C’est ouvert au public dans l’enceinte de l’usine SIB.

Midi Madagascar

Le 22/02/17

Recueillis par P.R.