Blog

11. juin, 2018

Des habitants du petit village reculé d'Andavadaoka, sur la côte su-ouest de Madagascar, ont développé un petit projet d'écotourisme de base communautaire depuis 2016. Ils ont intitulé le projet "Hébergement Vezo" qui acueille aujourd'hui les touristes visitant l'aire marine protégée de Velondriake.

A travers le concept "vivre chez l'habitant", cette structure d'hébergement peut accueillir jusqu'à 50 personnes, comme le rapporte l'Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) sur son site web. Aussi, une centaine de familles composent l'association d'accueil dénommée "Hébergement Velondriake".

Ce type d'accueil offre aux touristes l'occassion de vivre un échange culturel avec cette communauté éloignée. Un appui également puisqu'il s'agit d'un moyen de subsistance alternatif pour ces habitants qui dépendent de la pêche comme source de revenus et de nourriture.

Andavadoaka, un des sites d'attraction touristique de la région et situé à 320 km au nord-ouest de Toliara, renferme une importance biologique et des atouts autant pour la conservation de la biodiversité que pour ses services écologiques.

Des excursions pour découvrir les baobabs ou la mangrove sont au programme d'une visite dans le site. Sans oublier les sorties balnéaires sur son superbe littoral et dans les eaux bleues et turquoises de son immense lagon.

Les Nouvelles

Le 23 avril 2018

Par Arh

 

7. juin, 2018

Les guides touristiques constituent les ambassadeurs de Madagascar en assurant la meilleure organisation et la réussite des voyages des touristes.

Après Antananarivo, le producteur de l’émission « Zahatany » lance la 2e édition du concours de meilleur guide touristique à Antsiranana. En effet, « cette région a une énorme potentialité touristique, et elle est fin prête pour accueillir l’événement. Il y aura ainsi quatre guides touristiques issus de diverses associations des guides locaux dont deux à Antsiranana, un à Ambilobe et un autre à Ambanja qui y vont participer. Ils présenteront les sites et les produits touristiques faisant la réputation de leurs régions dans le cadre de ce concours », a expliqué Vololona Ramilison, l’organisatrice de l’événement lors d’une conférence de presse qui s’est tenue récemment au restaurant Dzama Cocktail Café à Ivandry.

Destination phare. A titre d’illustration, le Tsingy d’Ankarana constitue l’une des particularités d’Ambilobe. La production de cacao jusqu’à sa transformation en chocolat fait la renommée d’Ambanja. En revanche, Antsiranana regorge une diversité de sites très prisés par les touristes internationaux, pour ne citer que ses plages et ses forêts naturelles. Notons que ce concours de meilleur guide touristique est organisé en partenariat avec l’Office Régional du Tourisme de Diégo et l’association des Tours Opérateurs Professionnels de Madagascar (TOP). « L’objectif consiste à contribuer à la promotion de la destination Antsiranana. Cela promet d’ailleurs d’être une destination phare dans le futur », a évoqué Randriamampionona Jean Joseph, le vice-PCA de cet Office Régional du Tourisme.

Ambassadeurs. En revenant sur le concours, la vidéo de chaque candidat participant sera diffusée tous les samedis dans le cadre de l’émission « Zahatany », produite dans la chaîne nationale, à compter de ce jour jusqu’au 09 juin 2018. Ce sera ensuite publié dans les réseaux sociaux, afin que les internautes puissent faire le voting à compter du 11 juin 2018 au 01 juillet 218. En bref, « il faut valoriser les métiers de guides touristiques car ils constituent des ambassadeurs de Madagascar en assurant la meilleure organisation, et la réussite des voyages des touristes. Ils contribuent ainsi à rehausser l’image de la destination Madagascar au niveau international », a fait savoir Hely Rakotomanantsoa, la vice-PCA de TOP.

Midi Madagascar

Le 19 Mai 2018

Navalona R.

30. avr., 2018

Un contexte national défavorable. Durant un point de presse organisé hier au musée de la photo à Andohalo, la confédération du tourisme de Madagascar, regroupant tous les acteurs du secteur privé, a fait part de son inquiétude pour cette saison touristique 2018 par rapport au contexte qui prévaut dans le pays. Avec l’insécurité, les dégâts du cyclone et les rétombées de l’épidémie de peste, le contexte actuel n’augure rien de bon  pour l’épanouissement du climat des affaires au sein du secteur touristique. 

 Pour cause, durant ce premier trimestre, les agences de voyages et les tours opérateurs ont déjà constaté une baisse des réservations et une hausse de plus de 20% des annulations. « Le problème est que lors de l’épidemie de peste, les médias internationaux se sont acharnés sur la situation sanitaire à Madagascar. Mais quand l’épidémie a pris fin, aucun média n’a fait écho des faits. Les touristes deviennent alors méfiants et choisissent d’autres destinations », explique la représentante du collège des agences de voyages. 

Et avec les cyclones qui se sont enchaînés,  de nombreuses infrastructures routières ont été détruites comme sur les routes nationales 2 et 6, alors que ce sont des axes tout à fait stratégiques. Les opérateurs ne peuvent donc pas envisager d’envoyer leurs clients sur ces zones. Un problème se pose également sur le transport aérien au sein de la Grande île. La confédération se plaint en effet, du manque de transparence au niveau des dessertes aériennes domestiques ainsi que de la suppression de certains vols dans certaines régions de l’île.  

Face à toutes ces conditions, la confédération du tourisme de Madagascar a donc sonné l’alerte et lance un appel de détresse aux autorités concernées. « Il est urgent de développer des opportunités de dialogue et de concertation pour analyser la situation actuelle afin de dégager des  solutions pour pérenniser le secteur touristique malagasy », affirme Patrice Raoull, président du conseil d’administration de la confédération  du tourisme de Madagascar.  

Pour rappel, la confédération du tourisme regroupe en elle huit collèges de métiers dans le secteur du tourisme qui sont les compagnies aériennes, les agences de voyages, les tours opérateurs réceptifs, les hôteliers, les restaurateurs, les transporteurs, les guides ainsi que les prestataires de services spécialisés et les gestionnaires d’activités et d’évènementiels touristiques.

La Vérité

Vendredi 23 mars 2018

Rova R.

5. avr., 2018

La première randonnée de l’ORTANA pour 2018 se tiendra ce 10 mars. Ils ont concocté 17 différentes destinations, les unes plus riches que les autres. Le plus de ces randonnées c’est leur portée historique ; combinée à leur dimension sportive et culturelle. Ainsi, vous conjuguerez sport, loisirs et patriotisme, ou amour pour Madagascar. Selon leurs techniciens « nous avons fait en sorte que chaque randonnée soit une découverte et que tout le monde puisse en profiter. Alors, nous vous proposons des randonnées familiales le second samedi du mois et des randonnées plus sportives le quatrième samedi du mois ».

Le programme 2018

10 mars Ambatomanga Isaha : le paysage de l’Est d’Analamanga

24 mars : Ambatomalaza Ambohijoky. La colline sacrée de l’aînée

14 avril : Fihaonana la vallée Bio

28 avril : Ambohitseheno Andriampamaky : la contrée du Vakinimananara

11-12-13 mai : Ambohimiadana Tsiazompaniry, au pays des Tsaravoninahitra

26 mai : Angavokely Angavobe, la station forestière

9 juin : Ambohitantely. La réserve spéciale d’Analamanga

14 juillet : Ampahidralambo Ambohidrabiby. Le territoire des Mandiavato

28 juillet : Mantasoa Ankadimanga , la région Vakiniadiana

11 août : Ambohidambinana Miantsoarivo, une autre facette du Vonizongo

25 août : Soamanandray Ambatomanoina, le village natal des Reines

8 septembre : Grotte Amboniandrefana, le site des Troglodytes

22 septembre : Cascade Andrianambo, Mahitsy et ses charmes

13 octobre : Ambohitrandriananahary, testons notre équilibre

27 octobre : Andriamamovoka, incursion en Alaotra Mangoro

10 novembre : Ampananina, A la découverte de la Région Marovatana

24 novembre : Ambatotelomirahavavy, la colline des trois sœurs.

Midi Madagascar

Le 17 février 2018

Anny Andrianaivonirina

3. avr., 2018

 

Les pierres précieuses et pierres fines de Madagascar seront valorisées en produits touristiques. Le projet est en cours de mise en œuvre.

Les pierres précieuses et pierres fines de Madagascar sont des produits qui présentent un fort potentiel touristique.  Il s’agit d’un réel avantage concurrentiel sur le marché mondial du tourisme. Elles font partie des souvenirs prisés par les touristes en voyage dans la Grande île.

Le ministère du Tourisme compte dans ce sens inscrire l’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM) au programme des circuits touristiques proposés par les tours opérateurs. A ce sujet, une délégation du ministère, de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM)  et des groupements d’opérateurs dans le secteur a effectué une visite des infrastructures de l’IGM, vendredi dernier.

Promouvoir la filière gemme et le tourisme

L’objectif est de promouvoir la filière gemme de Madagascar à travers le tourisme et vice  versa. «L’IGM a déjà sa notoriété internationale en matière de formation et à travers son laboratoire. L’intégration de l’IGM dans le circuit touristique permettra de promouvoir la vente des gemmes taillées et par la même occasion, de certifier la qualité des gemmes achetées par les touristes, en évitant de se faire arnaquer», a fait savoir Andrianirina Rasolonjatovo, directeur de l’IGM.

Celui-ci de poursuivre que «comme résultat escompté, on espère que le nombre des touristes à destination de Madagascar, ainsi que les revenus générés par la filière gemme dans le circuit formel vont augmenter».

Une grande partie des pierres précieuses de Madagascar est extraite et vendue dans la clandestinité. La formalisation de cette filière qui représente pourtant une grande potentialité reste un travail de longue haleine pour les autorités concernées. Et même les touristes en voyage à Madagascar achètent des produits vendus dans la clandestinité. «Madagascar produit par exemple 40% du saphir sur le marché international. Malheureusement, le pays ne bénéficie par des retombées de ce fort potentiel car la majeure partie des pierres est commercialisée dans le circuit informel», a fait savoir le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole, Ying Vah Zafilahy.  

Les Nouvelles

Le 23/03/18

Riana R.