6. mars, 2018

Estimer sa retraite lorsqu’on a travaillé à l’étranger

 05 Mar 2018 

 Pour vous faire une idée de ce que vous toucherez au total à la retraite, et à quel âge, il y a Marel (Ma retraite en ligne). C’est le simulateur officiel de pensions, accessible gratuitement et à tout âge sur Info-retraite.fr, le portail d’information des différents régimes de retraite.

Si vous avez travaillé dans un autre pays de l’Union européenne ou en Suisse, ces périodes peuvent désormais être intégrées dans l’estimation

Si vous n’avez pas passé toute votre carrière en France, ce bel outil vous était toutefois jusqu’ici de peu d’utilité. Comme il ne prenait pas en compte les trimestres à l’étranger, il vous fournissait une vision tronquée du montant de vos futures pensions, et surtout de l’âge auquel vous aurez assez de trimestres pour décrocher la fameuse retraite à taux plein, non minorée. Mais bonne nouvelle : si vous avez travaillé plusieurs mois ou années dans un autre pays de l’Union européenne ou en Suisse, ces périodes peuvent désormais être intégrées dans l’estimation. Attention, elles ne sont pas prises en compte d’office, il faut les signaler.

Une démarche simple

Pour accéder au simulateur, connectez-vous à votre compte retraite en ligne. Si c’est votre première visite, vous devrez le créer, ou passer par FranceConnect. Après vous avoir posé quelques questions rapides sur votre situation, familiale et professionnelle, l’outil, qui a accès aux données de carrière enregistrées par les régimes, vous donne une première estimation de vos pensions, à plusieurs âges de départ. Puis, il vous invite à ajouter vos périodes d’expatriation pour une simulation « plus pertinente ».

Prenons l’exemple (fictif) de Marc, informaticien ayant travaillé deux ans et demi au Royaume-Uni en début de carrière. Quand il se connecte, la première simulation, sans ses trimestres à l’étranger, lui indique qu’il pourrait avoir droit à 62 ans, soit l’âge légal de départ à la retraite actuellement, à 2 180 euros de pension par mois. Et qu’il obtiendrait le taux plein à 64 ans et 10 mois. En ajoutant ses périodes britanniques, le montant estimé à 62 ans passe à 2 440 euros, et l’âge du taux plein à 62 ans et 7 mois.

Cotisations volontaires

Attention, le simulateur ne vous dira rien des pensions que votre pays d’expatriation pourrait vous accorder en échange des cotisations que vous avez versées sur place. Et il ne prend pas en compte les éventuelles cotisations volontaires que vous ou votre employeur avez éventuellement réglées pour votre retraite française en votre absence (à la Caisse des Français de l’étranger, notamment).

Quid des expatriations dans des pays en dehors de l’Union européenne et de la Suisse ? « Il est prévu de les intégrer aussi au simulateur », nous a précisé l’équipe d’Info Retraite, sans donner de date.

Lire aussi :   Quoi de neuf cette année pour vos futures pensions ?

Retenez qu’une expatriation a souvent un impact sur les pensions françaises. Celui-ci dépend du temps passé à l’étranger, de la destination (les trimestres comptent généralement dans le calcul des retraites françaises s’ils ont été travaillés dans un Etat de l’Espace économique européen, en Suisse ou dans un pays ayant un accord sur ce sujet avec Paris), du nombre de pays concernés (toutes vos expatriations ne compteront pas forcément si vous en avez plusieurs, sauf si toutes étaient au sein de l’Union européenne), des éventuelles cotisations volontaires versées, etc.

Un simulateur pour 14 régimes

Deux millions de simulations ont été réalisées via Marel ces douze derniers mois. Le simulateur couvre actuellement 14 régimes, représentant 94 % des actifs, selon les services d’Info Retraite. Sont par exemple concernés les salariés, fonctionnaires, artisans, commerçants, agriculteurs et libéraux affiliés à la Cipav. En juillet, deux nouveaux régimes doivent être intégrés : Carpimko (pour les infirmiers, kinésithérapeutes, etc.) et CRPCEN (clercs de notaires). Attention, il ne s’agit que de simulations ; de multiples facteurs (évolutions professionnelles, personnelles ou législatives – rappelons qu’une réforme a été annoncée) peuvent venir changer la donne, surtout si vous êtes loin de la retraite.

 Sénatrice Hélène Conway-Mouret

Retrouvez l’article du Monde du 2 mars 2018

http://www.lemonde.fr/argent/article/2018/03/02/estimer-sa-retraite-lorsqu-on-a-travaille-a-l-etranger_5264544_1657007.html#xtor=AL-32280270