Blog

29. août, 2017

Horreur à Tsaralalana. Un ancien diplomate s’est fait tirer à vue par des bandits dans sa voiture.

Scène de film western hier soir vers 18 heures à Tsaralalàna devant l’ambassade de l’Inde. Zahid Houssenaly Raza, l’ancien consul de Malaisie et propriétaire du magasin ZZ Center, a été tué par balles par deux bandits à moto, à visage découvert. Conduisant sa berline Honda, il a été visiblement filé depuis un certain temps par ses assassins. Les bandits l’ont abattu à bout portant de « plusieurs tirs » à travers les vitres fumées, selon des témoins alors qu’il se garait devant l’ambassade de l’Inde. Atteint de trois balles, dont une à l’épaule et une au ventre, Zahid Houssenaly Razah a succombé lors de son transfert à l’hôpital Ravoa­hangy Andrianavalona à Ampefi­loha. Quatre douilles ont été retrouvées par lapolice dans sa voiture. La scène s’est passée en un éclair, créant une grosse panique parmi les passants et les riverains. Les agents de police assurant la sécurité de l’ambassade de l’Inde n’ont pu esquisser le moindre geste.

Passé trouble

La police est arrivée sur place faire les premiers constats et recueillir les indices permettant de trouver des pistes pour l’enquête. Pour le moment, aucune information ne permet de définir le mobile du crime.

Les commentaires entendus ici et là supputent un règlement de comptes entre la victime et les membres de sa communauté. En février 2010, un mandat d’arrêt avait été émis contre lui et d’autres inculpés pour une histoire de kidnapping à Fianarantsoa où il a bénéficié d’une liberté provisoire. On ignore si son assassinat a trait à ces histoires de kidnapping dans lesquelles son nom avait été souvent cité.

Cet assassinat en plein centre ville et à une heure de pointe, à proximité du commissariat central de Tsaralalana, montre a quel point l’insécurité a atteint un niveau inimaginable. Chez soi, dans la rue, dans sa voiture, dans le bus, en ville, à la campagne, à l’église, sous la tombe, les bandits sont partout. La présence dissuasive des Forces de l’ordre est loin de décourager les malfrats.

L'Express de Madagascar

Le 25/08/17

18. août, 2017

Le bilan du pillage d’un camion transportant des tonnes de riz survenu hier matin à 7h, à Amboditapia, a fait trois morts et cinq blessés dont un policier.Trois morts sur le coup et cinq blessés par balle. C’est une scène de pillage qui s’est déroulé dans le fokontany d’Ambalamahatsara, 24 km au Sud d’Ambatofinan­drahana, hier matin. Dix bandits de grand chemin, armés de deux fusils d’assaut kalachnikov et d’un Mas 36, ont attaqué un camion qui transportait des tonnes de riz avec des passagers dont le nombre n’a pas été signalé.


Trois policiers, chacun portant un kalachnikov chargé de quarante munitions, ont escorté le véhicule. Les bandits attendaient déjà au bord de la route à forte déclivité située à Ambodi­tapia, 15km d’Ambala­mahatsara. « Ils n’ont pas hésité à tirer. Le chauffeur a reçu une balle à la tête et en est mort sur le coup », a indiqué le chef de commissariat de la sécurité publique locale. L’automobile sort de la route et dévale la pente, avant d’être stoppé par un talus. « Les bandits se sont ensuite approchés du camion et ont exécuté un collecteur et un docker. Évacué d’urgence à un hôpital à Ambositra, l’un des policiers a été blessé par balle au niveau de la cuisse », a témoigné un passager. Ce dernier et trois autres personnes sont aussi blessés à cause des chocs violents dans le véhicule.


Intervention mixte


Les malfrats ont dépouillé douze millions d’ariary du collecteur décédé, pris les trois kalachnikovs chargés de munitions des policiers, et les téléphones des passagers avant de tirer leurs guêtres. « Ils n’ont pas touché aux sacs de riz », a rapporté un élément de la gendarmerie, encore sur place hier à 8h30.


Alertées, les trois forces sont intervenues dans la poursuite des malfaiteurs. « Ces derniers se sont dirigés vers le fokontany d’Ambato­faranana, 13km à l’Est de la ville d’Ambatofinan­drahana. Trois d’entre eux ont déjà été  identifiés, des visages familiers dans de nombreuses attaques perpétrées dans le district », a précisé un sergent dans l’opération Mazava, en cours dans la région d’Amoron’i Mania. Les gendarmes de Fenoarivo, de Manandriana, d’Itremo et d’Ivato ont été mobilisés pour le ratissage et le bouclage du territoire. Hier soir, les meneurs de l’opération ont affirmé toujours être au cœur de la poursuite. Aucune arrestation n’a encore eu lieu, ni embuscade signalée.

L'Express de Madagascar

Le 10/06/17

Hajatiana Léonard

31. juil., 2017

Les trois derniers otages pris par les dahalo ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, dans le district de Beroroha. Mais les forces de l’ordre continuent la traque.

Regain de tension dans le Menabe. Les dahalo ont relâché les trois derniers otages près de la frontière de Mandabe, dans la nuit de vendredi à samedi. Les victi­mes s’en sont sortis indemnes. L’escadron de quarante bandits armés de fusils de chasse et de kalachnikovs a perdu deux de ses éléments lors d’une course-poursuite menée par les forces de la gendarmerie, selon le commandant de brigade de Beroroha.


« Les dahalo ont menacé d’exécuter les cinq otages si on essaie de les poursuivre »,a-t-il indiqué. Les gendarmes ont dũ laisser des longueurs d’avance aux malfrats avant de mobiliser les éléments de la compagnie d’Anka­zoabo-Sud, ce afin de mieux intercepter et prendre les fuyards en chasse. À une dizaine de kilomètres, au Nord de Beroroha, les forces de l’ordre ont perdu la trace des dahalo. Ces derniers n’ont toujours pas abandonné leur butin de guerre, les quarante têtes de zébus qu’ils ont dérobés aux villageois de Mandronarivo.
Les otages libérés, de retour à leur village, ont appris à la gendarmerie que le nombre de brigands augmente en chemin.

Stratégie 
De ce fait, des éléments de renfort seront mandés depuis Morondava pour intervenir. Les bandits se dirigent actuellement vers le district de Mandabe et celui de Manja, après une embuscade meurtrière survenue jeudi matin où une exécution d’otage pour chaque dahalo tué a également eu lieu.


Le vol de bœufs, viré en prise d’otages, reprend de plus belle dans le Menabe. Après une poursuite à travers le désert et les montagnes, une nouvelle stratégie de la gendarmerie portera sur un établissement des postes fixes dans chaque axe rapprochant le repaire des dahalo. « Une dizaine d’escadrons sera déployée dans ces zones suspectes », a signalé une source proche de la compagnie de Manja.


Le lundi 18 juillet à Mandro­narivo-Beroroha, l’affrontement meurtrier entre dahalo et villageois était à l’origine de cette prise d’otage. « Ce jour-là, la troupe des bandits a connu la perte de trois vies humaines. Un membre des fokonolona est également tombé sous les balles des malfrats », a précisé le chef du village. Cinq individus ont été ensuite enlevés et deux d’entre eux ont été froidement fusillés sous les yeux des gendarmeries.

L'Express de Madagascar

Le 24/07/17

Hajatiana Léonard

27. juil., 2017