30. mars, 2021

Organisation des Elections

Point d’actualité 6 / Organisation des élections des Conseillers des Français à Madagascar.

 

Monsieur Chaoui, bonjour. Nous poursuivons cette nouvelle rubrique qui donne  un rendez-vous hebdomadaire à la communauté Française de Madagascar pour évoquer l’organisation des élections à Madagascar 

Bonjour, le contexte de la pandémie bouleverse les conditions habituelles d’organisation des élections. Celles-ci sont prévues pour le 30 mai 2021, dans quelques semaines, mais je m’interroge sur la possibilité d’organiser de telles élections en pleine crise sanitaire. Si le gouvernement malgache prend des mesures qui restreignent les déplacements et les regroupements, je crains que les élections ne puissent se tenir, sinon dans des conditions telles que la participation sera très faible.

Vous souhaitiez aborder un problème particulier ?

Oui, celui des bureaux de vote. Les élections devaient se tenir l’an passé avec 14 bureaux de vote. Aujourd’hui, le bureau des élections du Ministère décide de réduire ce nombre à 5 bureaux de vote dans 5 villes : Tananarive, Diégo-Suarez, Majunga, Tamatave et Antsirabe, ceci contre l’avis des élus.

Quelle est votre proposition ?

J’ai proposé de conserver 8 bureaux de vote en ajoutant aux 5 déjà cités Tuléar, Fianarantsoa et Nosy Be, en me basant sur le nombre d’électeurs proche ou supérieur à 300. Je comprends les difficultés mais l’élection doit concerner l’essentiel des électeurs pour conserver sa crédibilité.

Quel est l’argument de l’administration ?

L’administration se réfugie derrière les recommandations du Conseil scientifique de réduire les risques en limitant les bureaux de vote. D’où cette proposition de 5 bureaux de vote. L’administration met en avant la possibilité de voter par internet qui permettrait à tous les électeurs de voter.

Quel est votre avis ?

Une élection doit respecter un cadre démocratique. Celui-ci n’est plus garanti par le dispositif choisi. Il exclut 20% des électeurs du vote à l’urne et ne tient pas compte du fait que Madagascar est peu connecté, l’estimation est de 17% de la population. L’usage d’internet pour remplacer le vote à l’urne est donc une illusion.  Plus grave, ce choix d’internet comme justification au faible nombre de bureaux de vote privilégie une classe sociale privilégiée et marginalise une classe sociale défavorisée. C’est un grave manquement au principe démocratique des élections et c’est inacceptable.

Que pensez-vous faire ?

Je pense d’abord informer les communautés des villes exclus du vote à l’urne,  leur faire part de cette inégalité de traitement et les inviter à se manifester. Je prendrais une initiative dans ce domaine dans le courant du mois. J’envisage de saisir le Conseil d’Etat pour avis face à cette décision du Ministère que je considère comme ne respectant pas le droit électoral.

Monsieur le Conseiller, merci pour ce point d’actualité.