8. févr., 2019

Utilisations peu connues avec du sel

Le sel, ingrédient indispensable dans tous nos mets, ne se limite pas à sa fonction en cuisine, on peut s'en servir pour nettoyer, dégraisser, entretenir... Voici 10 utilisations astucieuses de cet ingrédient :


- Enlever la saleté collée au fer à repasser : Placez une feuille de cuisson sur une surface plate résistante à la chaleur et saupoudrez-la de gros sel. Mettez le fer à repasser en marche et faites des mouvements de va-et-vient sur le sel avec le fer pendant environ 1 minute.


- Nettoyer un oeuf cassé : Si vous avez accidentellement cassé un oeuf, saupoudrez du sel dessus. Après 10 min, le sel aura fait coaguler l'oeuf et il sera plus facile à ramasser. Avec cette astuce vous épargnerez vos efforts ainsi que vos papiers essuie-tout.


- Lutter contre les mauvaises odeurs des chaussures : Saupoudrez vos chaussures avec 2 cuillères à café de gros sel (ou de talc), et laissez agir toute une nuit. Le matin, enlevez la poudre avec une brosse et vous remarquerez que les odeurs auront disparu.

https://i.pinimg.com/originals/30/1d/91/301d918aa902d966b90f1783b9154373.jpg
- Récupérer une casserole ou une poêle brulée : Couvrez le fond de la casserole d'eau, ajoutez-y une bonne poignée de gros sel et portez à ébullition.


- Eviter que le barbecue ne s'enflamme : Si des flammes surgissent, saupoudrez du gros sel sur les braises, ça les empêchera de fumer et les gardera rouges plus longtemps.


- Détruire les mauvaises herbes : Mettez du gros sel sur les mauvaises herbes puis arrosez avec un jet d'eau.


- Nettoyer un chapeau de paille : Saupoudrez du gros sel sur le chapeau puis passez un linge humidifié avec de l'eau légèrement savonneuse. Rincez avec une éponge ou un linge humide. Laissez sécher à l'air libre.


- Soulager une rage de dent : Rincez-vous la bouche avec un verre d'eau tiède additionnée d'une cuillère à café de sel.


- Nettoyer le fond d'une bouteille : Mettez dans la bouteille une cuillère à soupe de gros sel ainsi qu'un fond d'eau chaude. Ne mettez pas trop d'eau, il ne faut pas que le sel fonde. Secouez énergiquement. Le gros sel va gratter la saleté et ôter les résidus de boissons, de lait des biberons... Vous pouvez vous aider d'un goupillon.


- Nettoyer une planche à découper : Frottez la planche à découper avec du gros sel et un demi-citron, puis laissez agir 10 à 15 minutes.

La Vérité

Le 15/12/18

31. janv., 2019

Trucs pour une maison propre en tout temps

C’est le weekend, tout traîne, et on est brûlée? Au lieu de passer son dimanche à frotter, pourquoi ne pas le faire peu à peu durant la semaine?

On se fait un horaire sur deux semaines. Si la cuisine et la salle de bains ont besoin d’être nettoyées chaque semaine, on peut espacer le ménage dans certaines pièces. Il est possible, par exemple, de faire les chambres une semaine et de s’attaquer au salon celle d’après.

On profite de notre présence dans une pièce pour faire un brin de ménage. Les enfants prennent leur bain? On nettoie la cuvette pendant ce temps.

On se crée un panier de ménage. toujours prêt, rempli de chiffons et de produits ménagers. Pratique pour ne pas passer 10 minutes à rassembler notre matériel, pour faire 15 minutes de ménage!

On fait les tâches en ordre. Pour éviter de faire tomber la poussière sur une surface déjà propre, on commence par le haut, pour terminer par le bas. On finit par les planchers.

On calcule nos pas. On branche l’aspirateur à l’endroit le plus central de la maison. L’objectif: faire le plus de pièces possible sans avoir à le débrancher.

On implique tout le monde. Si on a des enfants, on peut leur faire piger une tâche pour qu’ils puissent participer. Attention, il faudra accepter que certains coins soient tournés ronds.

On part le chrono. Même si peu de gens aiment le ménage, il est facile de s'y perdre. Pour éviter de gaspiller notre temps, on chronomètre nos tâches. Efficacité assurée.

On ne s’éparpille pas. Mieux vaut une seule tâche de terminée que dix de commencées. Pour avoir le sentiment d’avoir accompli une tâche, on la complète, la journée même.

La Vérité

Le 11 Décembre 2018

 

21. janv., 2019

Le Huffpost

17/01/2019 

Moins de viande, plus de noix: un régime bon pour votre santé et celle de la planète

Il va falloir opérer un "changement radical" dans nos habitudes alimentaires.

  • AFP

 

ThitareeSarmkasat via Getty Images

Moins de viande, plus de noix: un régime bon pour votre santé et celle de la planète

SANTÉ -Comment nourrir sainement 10 milliards d'humains d'ici 2050 tout en préservant la planète? En divisant par deux la consommation mondiale de viande rouge et de sucre et en doublant celle des fruits, des légumes et des noix, plaident jeudi des spécialistes, qui veulent une "transformation radicale" de nos habitudes alimentaires.

Pour protéger sa santé et l'environnement, il faudrait selon eux consommer chaque jour en moyenne 300 grammes de légumes, 200 grammes de fruits, 200 grammes de graines entières (riz, blé, maïs, etc.), 250 grammes de lait entier (ou équivalent), mais seulement... 14 grammes de viande rouge, soit dix fois moins qu'un steak de taille classique.

A défaut de viande rouge, les protéines pourraient provenir de la consommation de volaille (29 g), de poisson (28 g), d'œufs (13 g) voire de noix en tout genre (50 g), préconisent ces experts dans un rapport coréalisé par la revue médicale The Lancet et l'ONG Fondation EAT.

"Un régime de santé planétaire"

Selon eux, un tel régime permettrait d'éviter environ "11 millions de décès prématurés par an" dans le monde, soit un cinquième du nombre total de morts, alors que la population mondiale atteindra 10 milliards d'individus d'ici 2050.

Il serait également bon pour la planète, puisque "la production alimentaire mondiale menace la stabilité de notre système climatique et (nos) écosystèmes". "Les régimes alimentaires actuels poussent la Terre au-delà de ses limites et sont source de maladies: ils sont une menace à la fois pour les gens et pour la planète", écrivent les auteurs.

Ce rapport, qui a mobilisé pendant trois ans 37 experts de 16 pays, établit un "régime de santé planétaire". Son but: garantir un "équilibre entre les besoins en matière de santé humaine et les impacts environnementaux". "Cela ne signifie pas que la population mondiale devrait manger exactement le même ensemble d'aliments", soulignent les spécialistes.

Plutôt que définir un régime unique, ils ont fixé des "fourchettes d'ingestions recommandées par groupes d'aliments". Ce "régime complet" pourra être adapté localement selon "la culture, la géographie et la démographie".

Au niveau mondial, ce régime passe par "un doublement de la consommation d'aliments sains tels que les fruits, les légumes, les légumineuses et les noix". A l'inverse, il faut "réduire de plus de 50% la consommation d'aliments moins sains, tels que les sucres ajoutés (par exemple dans les sodas, ndlr) et la viande rouge", et éviter les aliments hautement transformés.

Réduire de moitié le gaspillage alimentaire

Ces objectifs globaux cachent évidemment d'énormes disparités selon le niveau de développement et la culture des pays. A titre d'exemple, la consommation quotidienne moyenne de viande rouge aux Etats-Unis est actuellement évaluée à 280 grammes environ, ce qui impliquerait de la diviser par vingt.

"Plus de 820 millions de personnes n'ont toujours pas accès à suffisamment de nourriture, 2,4 milliards de personnes surconsomment, et au total, environ la moitié de la population mondiale a un régime alimentaire marqué par des carences en nutriments", selon le rapport.

Au-delà de la façon dont chacun s'alimente, les experts prônent un changement radical dans les modes de production (arrêter de se concentrer sur un faible nombre de culture, limiter l'expansion des terres agricoles qui grignotent les forêts, éviter la surpêche...) Autre impératif selon eux: réduire de moitié le gaspillage alimentaire et les pertes lors du processus de production.

"La façon dont nous mangeons est l'une des causes principales du changement climatique, de la perte de biodiversité et des maladies non-transmissibles" (obésité, maladies cardio-vasculaire, diabète, ndlr), a expliqué à l'AFP l'un des auteurs de l'étude, le professeur Tim Lang, de l'Université de Londres.

"De la même manière que notre système alimentaire a radicalement changé au XXe siècle, nous estimons qu'il doit changer radicalement au XXIe", a-t-il ajouté. Sans surprise, le rapport a été fraîchement accueilli par l'industrie agroalimentaire.

"Il fait des propositions extrêmes pour attirer un maximum d'attention, mais nous devons être plus responsables lorsqu'il s'agit d'établir des recommandations en matière de nutrition", a réagi Alexander Anton, responsable de l'Association laitière européenne.

 

21. janv., 2019

Français de l’étranger.fr

Les prix des billets d’avion continuent de baisser en Europe

Le 19 janvier 2019 Par Nathalie Laville