9. mars, 2018

Antananarivo : un millier de constructions illicites à démolir

La démolition de mille infrastructures est inéluctable à Antananarivo-ville pour prévenir les inondations. Ce sont des constructions illicites.

Des constructions à démolir. Des milliers d’habitants au bord du canal C3 seront à expulser de leurs quartiers. Toutes les infrastructures érigées près de ce canal vont être démolies, au cours de cette année, dans le cadre de la prévention des inondations dans la ville d’Antananarivo. En tout, plus de mille constructions sont concernées par cette démolition, dont la grande majorité concerne des habitations illicites, selon le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), lors d’une descente au canal C3 aux
67 Ha, hier. « Ils sont dans la zone de protection du canal et devront quitter les lieux pour assurer l’écoulement de l’eau. L’objectif est de prévenir les inondations», explique Gérard Andria-manohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire, au sein du M2PATE.
Ce canal mesure environ 12 kilomètres, d’Anosibe à Ambodimita, en passant à Ankasina, aux 67 HA, à Antohomadinika, à Ankazomanga ou encore à Anosivavaka.

Indemnisation

Le début des travaux de démolition n’a pas été précisé. Le ministère projette de finir les travaux de prévention des inondations avant la saison des pluies 2019. Ces travaux consistent, entre autres, au curage et à l’élargissement du canal, au renforcement du bord du canal et à l’embellissement de sa bordure, par la plantation d’arbres ou encore l’installation de mur pour éviter que des personnes y reviennent ériger une habitation. Le projet est financé par la Banque mondiale à travers le Projet de Développement Urbain et Résilience du Grand Antananarivo (PRODUIR), selon Rado Rajoelison, secrétaire général du M2PATE. Le coût du financement s’élève à 60 millions de dollar américain.

Les fokontany concernés croient à la « fin du calvaire» par les inondations. «Je suis certain que nos sinistrés diminueront jusqu’à 5%, quand ce projet s’achèvera. L’eau tarira certainement en une heure, si en ce moment, nous vivons deux jours dans l’eau, chaque fois qu’il pleut», avance Louis-Guitta Ralivaharison, président du fokontany d’Antoho- madinika III G Hangar.
Même si ces infrastructures sont des constructions illicites, l’État va indemniser leurs propriétaires. Ce serait une exigence de la Banque mondiale. «Ils seront indemnisés pour les infrastructures érigées et non la surface bâtie », indique Louis-Guitta Ralivaharison. L’on apprend, en outre, que l’État envisage de leur donner un endroit pour les reloger. Des enquêtes seraient en cours pour évaluer cette indemnisation.

L'Express de Madagascar

Le 02/02/18

Miangaly Ralitera