Blog

4. avr., 2017

Un lot de 17 tonnes de bananes vertes importées de Madagascar a fait l’objet d’une mesure de destruction ordonnée par arrêté préfectoral à l’île de Mayotte, a rapporté un journal local hier.

La décision a été prise à la suite d’un contrôle des agents  de la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt et de celle de la Consommation, concurrence et répression des fraudes de Mayotte, sur le conteneur de 40 pieds contenant les marchandises. Il a été constaté alors que les produits, stockés en vrac, étaient dans un état de putréfaction avancé et que les « mains » des bananes n’ont pas été séparées des tiges porteuses sur lesquelles se trouvaient des moisissures blanches.

La non-conformité de ces bananes malgaches aux dispositions réglementaires locales et impropres à la consommation humaine a été déclarée, obligeant les autorités concernées à prendre les dispositions qui s’imposent. En pareille situation, l’importateur grossiste doit supporter la charge financière de l’opération de destruction.

Madagascar figure parmi les pays autorisés à fournir des bananes au département français de l’île de Mayotte. Cette autorisation est soumise toutefois au respect d’exigences phytosanitaires particulières et repose sur une analyse de risque phytosanitaire. Les autorités compétentes des pays autorisés doivent aussi attester la conformité des bananes destinées au Mayotte aux réglementations sanitaires du pays importateur.

Les nouvelles

Le 16/02/2017

Manou

6. mars, 2014

Mayotte, île de l'océan indien devenue département en 2011, va connaître au premier janvier de nombreux changements comme la normalisation de sa fiscalitéou l'arrivée d'aides de l'Union européenne, a-t-on appris mardi auprès du ministère de l'Outre-mer.

 

Le tout jeune département connaît une transition fiscale pour substituer au code des impôts Mahorais le code général des impôts, applicable au 1er janvier.

 

Des modalités de transition ont été définies pour compenser le moins perçu par le Conseil Général, qui jusqu'alors percevait toutes les taxes.

 

L'impôt sur le revenu (IR), qui était prélevé à la source et à des taux plus faibles, va être appliqué comme dans les autres départements mais en bénéficiant d'ajustements comme la Guyane, département le plus similaire dans la faiblesse des revenus, à savoir un abbattement sur l' IR de 40% des revenus plafonnés à 6700 euros.

 

Les taxes foncières et d'habitation vont s'appliquer aussi, le cadastre ayant été revu.

 

JIR

L'Express de Madagascar, 26/12/2013