Blog

15. févr., 2019

Français de l’étranger.fr

Hausse du budget de l’Institut Français en 2019

Un choix de mise en valeur de la diplomatie culturelle

Publié  le 8 février 2019

 

En mars 2018, le président de la République exposait son plan pour la francophonie, celui-ci incluait un grand nombre de mesures à mettre en oeuvre par l’Institut français, qui vient de présenter les grands axes de travail prévus pour 2019.

Les missions principales sont : la promotion et l’accompagnement de la culture française et de la langue française et le développement d’échanges avec d’autres cultures, particulièrement avec les pays émergents et le continent africain.  

L’Institut Français,  après avoir vu son budget décroître entre 2011 et 2017, puis stagner en 2018,  le voit progresser de 2 millions cette année : il atteint 41,3 millions d’euros, dont 32,1 millions de financements publics (ministères de la Culture et des Affaires Etrangères) et 8,6 millions de mécènes privés, auxquels s’ajoute 0,6 million de la Commission européenne. 

« Des moyens complémentaires vont être affectés à la formation des enseignants dans le monde, à l’évolution des méthodes d’apprentissage, notamment numériques, mais aussi aux initiatives pour moderniser l’image de la langue », précise la directrice générale déléguée, Anne Tallineau. 

Cela comprendra par exemple la création de laboratoires de langue en Tunisie (associant intelligence artificielle et réalité virtuelle) le lancement d’un label d’excellence linguistique dans l’hôtellerie au Maroc, ou encore un concours international d’éloquence, etc. 

Des résidences artistiques et autres expositions numérique soutiendront par ailleurs le développement de la scène française.

Si l’importance des échanges avec le continent africain reste prioritaire, la mise en place de « saisons » culturelles, à l’image de la saison France-Roumanie lancée fin novembre, doit permettre à la France de développer ses échanges culturels avec le reste du monde.  La diffusion, à l’étranger, d’œuvres françaises est un moteur économique important de notre industrie culturelle. Les invitations de professionnels étrangers seront multipliées et le catalogue de spectacles à faire tourner sera plus fourni, en comptant sur les collectivités territoriales pour participer à cette dynamique.

 

21. déc., 2018

Maxim Simonienko - 18.12.2018

Le 18 décembre 2018, dans le cadre d'un séminaire réunissant à l'Institut français une quarantaine de membres du réseau culturel français à l'étranger, le président de l'Institut français, Pierre Buhler, et le directeur du Centre international d'études pédagogiques (CIEP), Pierre-François Mourier, ont signé un accord cadre de partenariat stratégique.
 

Le CIEP (photo d'illustration, Webmestre-ciep - CC BY-SA 3.0)



Ce nouvel accord doit permettre une meilleure articulation et la réalisation de projets communs, notamment dans le domaine de l'éducation. Les pays francophones de l'Afrique subsaharienne seront les premiers concernés. Pour ce faire, la formation des enseignants de et en français sur les cinq continents devrait être renforcée afin de valoriser les filières bilingues francophones au niveau international.

Le développement du numérique éducatif devrait également aider à la promotion de la langue française à l'étranger, sans oublier l'appui à la performance des établissements du réseau culturel français à l'étranger (Instituts français et Alliances françaises) et de leurs centres de cours de langues.
 

Ce partenariat s'inscrit dans la dynamique du plan de promotion du français et du plurilinguisme présenté par le Président de la République le 20 mars dernier à l'Institut de France
 
L'Institut français est l'opérateur de référence du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et du ministère de la Culture pour la promotion et la diffusion du français dans le monde à travers le réseau culturel français à l'étranger.

Le CIEP, quant à lui, est l'opérateur de référence du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse pour la langue française et l'expertise en éducation à l'international.

Le partenariat des deux opérateurs vise à accroître l'impact de leurs interventions et à exercer un effet d'entraînement sur l'ensemble des acteurs impliqués dans la promotion de la langue française à travers le monde.

 

9. juil., 2018
Si vous ne visualisez pas correctement ce courriel cliquez ici


Rencontre littéraire
avec KOUAM TAWA
Spéciale Jeune Public

11 juillet
2018 à 15h/ Médiathèque
/ Entrée libre

Voir l'article →





Animée par Mamy Yves Rakotomanga

Auteur dramatique, poète et metteur en scène, Kouam Tawa estné le 31 mai 1974 à l’Ouest du Cameroun.Il réside dans sa ville natale et se consacre à la littérature, authéâtre et à l’animation d’ateliers d’écriture. Il a obtenu le premierprix ACCT de littérature africaine pour la jeunesse, le prix poésiedes lecteurs Lire et faire Lire, et a été lauréat des bourses d’écriture de l’Association Beaumarchais, du Centre National du Livre, de la Direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles et d’Artcena...

DERNIERS JOURS À SHIBATI
Cinéma

 11 juillet 2018 à 14h30 / Salle Albert Camus / 3 000 ar
 11 juillet 2018 à 19h / Salle Albert Camus / 3 000 ar

2017 - 0h59
De Hendrick Dusollier
Documentaire

Voir le synopsis →

MORAINGY / Photographies de Christian Sanna
Arts visuels

Du mardi 03 au samedi 21 juillet 2018/ Galerie / Entrée libre

Voir l'article →

Le Moraingy est un sport de combat traditionnel malgache pratiqué par les Sakalava où l’adversaire n’est pas vu comme un ennemi mais un moyen de se construire. Dans le passé, on le pratiquait comme un jeu, un moyen de se défendre et un entrainement à la guerre. Christian Sanna a choisi de documenter ce sujet qui témoigne de l’engouement des jeunes de l’île de Nosy
Be pour cette pratique sportive. Cette activité représente pour ces derniers une balise à partir de laquelle mettre en place un processus de résilience au regard des traumatismes engendréspar l’occidentalisation de l’île pour servir les besoins du tourisme. Avec ses photographies en noir et blanc, Christian Sanna réalise des séries de portraits de lutteurs assis face à l’appareil et regardant l’objectif avec assurance et détermination...

 


CULTURETHEQUE / CAIRN Bibliothèques numériques


  11juillet 2018 à 10h30 / Médiathèque / Entrée libre





Atelier animé par Vola Ranaivozafy et Elysa Rakotoroalahy

Découvertes guidées des ressources de la plateforme Culturethèque et aussi du portail CAIRN.

 LE PETIT PONT

Venez assister à toutes les rencontres de la Coupe du monde de football 2018

 Du 14 juin au 15 juillet






Phénomène social, émotif, plastique, universel et national, le football a toujours fasciné les plasticiens, poètes, cinéastes, écrivains. Evoquons les Grands Footballeurs, une série de 15 peintures de Nicolas de Staël, la sculpture Coup de tête du plasticien franco-algérien Adel Abdessemed, Football de l’écrivain Jean-Philippe Toussaint ou le film L’angoisse du gardien de but au moment du pénalty de Wim Wenders…
En hommage à ce rapport singulier qui donne au football une dimension quasi-mythique, l’IFM aménage «Le petit pont» (c’est aussi une feinte en football), un espace au 1er étage de son bâtiment où toutes les rencontres de la Coupe du monde seront diffusées. Accessible à tous, décoré d’oeuvres emblématiques d’artistes dédiées au football, cet espace sera aussi le plus convivial possible.
Ainsi, parce que la glacière fait aussi partie de la grammaire footballistique  chacun connaît l’usage qu’en fait durant les matches l’entraîneur argentin Marcelo Bielsa – il est proposé que les usagers de cet espace apportent des boissons (ou autres sandwiches et sucreries) à partager avec les autres spectateurs…

A suivre sur la page Facebook : LE PETIT PONT
https://www.facebook.com/lepetitpontifm/
ÇA S'EST PASSÉ À L'IFM
Le vernissage de l'exposition du photographe malgache Christian Sanna s'est tenu lundi dernier à l'IFM. Le public a pu découvrir ce qu'était l'univers du "Moraingy" : les entraînements, les combats, mais aussi les portraits de ceux qui le pratiquent. Les photos, dans la galerie mais également à l'extérieur de l'IFM, sont à découvrir jusqu'au 21 juillet en entrée libre
     
Kouam Tawa et la Compagnie Miangaly Théâtre ont rendu hommage à Mandela mercredi dernier, à l'occasion du 100ème anniversaire de sa naissance. À travers l'évènement "Passage de lecture", un texte de l'auteur Kouam Tawa, intitulé "Madiba, Cérémonie païenne pour Nelson Mandela" a été mis en voix devant un public venu nombreux.
 
Des étudiants du "Parcours Master Design et Innovation" de l'ISCAM réalisent en ce moment à l'IFM, et ce jusqu'au 13 juillet, un atelier créatif leur permettant de travailler sur le thème et objectif suivant : "Développement de projets qui repensent l'approche globale permettant la requalification des abords de l'IFM - son emprise urbaine - en lien avec son espace d'accueil du public."