Blog

25. août, 2017

Des essais cliniques viennent d’être lancés dans quelques pays d’Afrique par un géant de l’industrie pharmaceutique pour un nouveau traitement du paludisme, notamment, le paludisme multirésistant.

Le nouveau médicament, baptisé KAF56 vient de faire l’objet, ce mois d’août, d’essais cliniques dans un premier centre au Mali. Très prochainement, les essais s’étendront dans 16 centres dans neuf pays d’Afrique et d’Asie. Il s’agit de tester la molécule à travers différents dosages, avec, en perspective, la possibilité d’une prise unique. Les essais sont actuellement à la phase IIb, la phase IIa (phase intermédiaire) ayant conclu à une action rapide du médicament. En effet, celui-ci élimine rapidement le plasmodium falciparum et le plasmodium vivax, les deux types de parasites responsables de la majorité des cas de paludisme ayant abouti à des décès. En effet, KAF56 agit sur les différentes étapes du cycle de vie du parasite. Rappelons qu’en 2015, le paludisme a affecté 212 millions de personnes dans le monde, majoritairement en Afrique et était à l’origine de 429.000 décès.

Artémisinine. Ce médicament nouvelle génération est capable de traiter les souches pharmaco-résistantes (résistantes aux médicaments) du paludisme. Rappelons que des souches multirésistantes sont apparues dans certaines parties du globe, ces dernières années. Elles sont résistantes à l’artémisinine, traitement qui a permis jusqu’ici, de faire reculer le paludisme de manière significative dans le monde, notamment en Afrique subsaharienne et en Asie, les continents les plus touchés par le paludisme. D’excellents résultats ont été obtenus par l’usage de ce traitement nouvelle génération dans les pays où la maladie est endémique. A Madagascar, les résultats ont été jugés, d’une manière générale, encourageants ces dernières années. En maintenant cette progression, le pays pourrait amorcer la phase de pré-élimination de la maladie.

Midi Madagascar

Le 22/08/17

Hanitra R.

10. juin, 2015
8. janv., 2015