25. août, 2015

Usurpation d'identité et présomption de culpabilité

Les difficultés liées aux situations d'usurpation d'identité survenant dans une famille entrainent des dommages collatéraux dramatiques pour les enfants. Diana a fait ses études secondaires à Madagascar en qualité de boursière de l'Etat Français. Elle a obtenu son baccalauréat au lycée Français de Tananarive, mais elle se voit refuser un passeport français pour poursuivre ses études universitaires en France. Elle est donc "bloquée à Madagascar" depuis deux ans.

L'administration applique, concernant les situations d'usurpations d'identité, une présomption de culpabilité, en suspendant la nationalité de toute la famille le temps de résoudre le problème. Or l'expérience montre que neuf cas sur dix sont résolus, après quelques années de procédure, à l'avantage de la famille suspendue. Les dommages collatéraux dont sont victimes les enfants sont cependant, souvent, définitifs (arrêt ou suspension de la scolarité et des études). Diana est victime de cette situation. Alors signer la pétition ci-dessous si vous pensez, comme moi, que cette situation est injuste.

 

https://www.change.org/p/ambassade-de-france-%C3%A0-madagascar-donner-un-passeport-%C3%A0-melle-diana-lemari%C3%A9?recruiter=104335710&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

 

Jean-Daniel Chaoui

Conseiller consulaire Madagascar

Conseiller AFE Afrique