29. oct., 2019

Si vous voulez visionner l'article intitulé, "Passage à l'heure d'hiver en France"; cliquer ici

11. oct., 2019

Projet du nouveau Tana

Tanà-Masoandro - Documents et vidéo de présentation aux opérateurs

 

Suite à la séance de présentation du projet Tanà-Masoandro,  lien dropbox, les documents et la vidéo de présentation du projet, ainsi que les fiches de promotion pour les zones concernées de la phase I.

 

 

 

22. mars, 2019

Les chasseurs de « plaques rouges »

La semaine passée, facebook a fait sa plus belle représentation, et comme toujours, ce produit d’un capitalisme toujours sûr de son avancée a réussi à berner tous les utilisateurs malgaches. Cette fois, elles ont fait le buzz. Ces voitures à la « plaque rouge » qui se sont fait chapardées par des routiers et conducteurs munis de la nouvelle arme de l’opinion publique, le smartphone. De plus, la qualité des appareils photos embarqués dans ces téléphones ultramodernes est de plus en plus précise. Des résolutions plus fines, une rapidité de manipulation sans égale.

Le fait est là, les institutions sont maintenant accrochées à facebook. Chaque jour, pour ne pas être offensées par des « images publiques » qui sont devenues des prétextes pour se retrouver mis à pied, voire renvoyé comme un malotru de son poste. Un chauffeur de ministre a récemment fait les frais de ces chasseurs de fautes, les nouveaux héros des rues en carcasse de la capitale. Dès lors, la liberté d’expression, cher au pays du fondateur de facebook a retrouvé l’un de ses rôles premiers : dénoncer l’injustice, surtout quand elle est pratiquée par ceux qui détiennent le pouvoir.

Mais il a suffit de quelques semaines pour que tout le monde déchante de cette ouverture offerte par facebook. Puisque c’est grâce au même outil que l’administration pense redorer tout ce que ses ouailles ont souillé. A grand renfort de communiqué écrit, signé et, bien sur, tout ce qu’il y a de plus institutionnalisé, il fallait pour « être dans le mouvement » que ça sorte sur facebook. Du coup, autant ceux qui dénoncent la République et autant ceux qui soignent son image, légitime facebook comme un nouvel instrument de la justice, de justification…

Cependant, ce réseau social est une arme à double tranchant. « Parce que c’est sur facebook, alors, c’est vrai. Surtout si celui qui diffuse l’information est identifiable », voilà ce que beaucoup pourrait penser actuellement. Voici une hypothèse de schéma : la voiture d’un cadre de l’Etat fait un contre sens dans une rue fréquentée. Plusieurs usagers le prennent en photo. Après quelques minutes, plusieurs images sont partagées sur facebook. Des milliers de commentaires plus tard, l’organe concernée sort un communiqué sur facebook que les inculpés ont été sanctionnés. Cette nouvelle information est commentée des centaines de fois.

C’est réglé. Personne n’ira demander si les sanctions ont été réellement appliquées. Si les fautifs, que tout le monde s’abstient de dévoiler l’identité, ont reçu les mesures adéquates. Puisque, maintenant tout se règle sur facebook. Tout ce qui se dit sur facebook, reste sur facebook. Une théâtralité de l’information et de la démocratie. Mais ce qui a été vraiment décidé dans les bureaux, tout le monde semble s’en moquer.

Midi Madagascar

Le 19/02/19

Maminirina Rado

 

3. juil., 2018

Gaz, 80km/h, tabac, Autolib: tout ce qui change au 1er juillet 2018

Par Challenges.fr le 01.07.2018 à 07h30, mis à jour le 01.07.2018 à 09h23

 Entre la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires, l'augmentation des tarifs du gaz ou encore l'arrêt d'Autolib' à Paris, plusieurs mesures majeures entrent en vigueur à compter de ce dimanche 1er juillet.


© Fournis par www.challenges.fr Les changements au 1er juillet 2018

Limitation à 80km/h au lieu de 90 km/h sur les axes secondaires

La limitation de vitesse passera dimanche 1er juillet de 90 km/h à 80 km/h sur 400.000 kilomètres de routes à double sens sans séparateur central, malgré l'opposition d'automobilistes, de motards et d'élus locaux.

Hausse des tarifs du gaz

Les tarifs réglementés de vente du gaz appliqués par Engie à moins de 5 millions de clients vont augmenter de 7,45% en moyenne au 1er juillet, reflétant une hausse des cours sur les marchés, a annoncé vendredi le gouvernement. "Cette année, les coûts de fourniture du gaz naturel sont en augmentation sensible, notamment du fait de la hausse du prix du gaz naturel sur les marchés, dans le contexte de la hausse des produits pétroliers", remarque le ministère. Le gouvernement se dit toutefois "vigilant aux coûts d'Engie et rappelle la nécessité de leur maîtrise".

Augmentation des prix du tabac

Le prix de certains paquets de cigarettes va augmenter à partir du 2 juillet. Cette hausse va surtout concerner les paquets les moins chers à 7,50 euros, qui coûteront entre 7,70 et 7,80 euros. D'autres augmentations sont attendues: + 0,50€ en avril 2019, +0,50€ en novembre 2019, +0,50€ en avril 2020 et +0,40€ en novembre 2020. A cette échéance, le paquet coûtera alors quasiment 10€.

Meilleure protection des touristes

Epinglés après plusieurs abus, les opérateurs de ventes de voyages et séjours au forfait seront obligés de mieux informer leurs clients sur les conditions précises du séjour, et notamment notifier si les repas et l'hébergement sont compris. Dès le 1er juillet, ils devront par ailleurs afficher le prix total du séjour en incluant toutes les taxes, les redevances ou surcoûts supplémentaires.

Revalorisation des allocations chômage

Dès le 1er juillet, les allocations chômage seront revalorisées de 0,7%. L'allocation minimale va donc passer de 29,06€/jour, contre 28,86€/jour. Cette revalorisation concerne près de 94% des chômeurs, soit environ 2,5 millions de personnes.

Nouvelle réglementation pour les pilotes de drones

A compter du 1er juillet, tout pilote de drone civil de plus de 800g devra être en mesure de présenter un certificat, obtenu après avoir suivi une formation en ligne théorique sur les activités de pilotes de drone civil. Pour décrocher leur certificat, les télé-pilotes devront ensuite passer un examen online en répondant à une soixantaine de questions.

Evolution du CITE

Prolongé jusqu'au 31 décembre 2018, les conditions d'obtention du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) évoluent légèrement au 1er juillet. Les équipements d'isolation thermique pour les fenêtres, portes et volets sont exclus du CITE et ne peuvent plus bénéficier de l'abattement fiscal, déjà abaissé de 15 à 30% au 1er janvier 2018. Dès 2019, le CITE sera remplacé par une prime.

Arrêt du service Autollb' à Paris

En plein conflit opposant le groupe Bolloré et les municipalités d'Ile-de-France, le service Autolib doit s'arrêter définitivement le 31 juillet prochain à Paris et dans plusieurs villes de banlieue, après une diminution progressive des véhicules de station disponibles, à partir du 2 juillet.

Des parcs sans tabac à Strasbourg

L'interdiction de la consommation de cigarettes dans l'ensemble des parcs et jardins publics de Strasbourg - décision votée en conseil municipal - entre en vigueur dimanche. Cette mesure, intitulée "Parcs sans tabac" est une première en France. Élaborée en partenariat avec la Ligue contre le cancer, la mesure "parcs sans tabac", expérimentée depuis fin 2017 dans le parc de la Citadelle, s'appliquera d'abord aux six grands parcs de la ville avant d'être généralisée à tous les espaces verts publics.

 

22. juin, 2018

Libération

Pourquoi l'Aquarius n'a pas reconduit les migrants en Afrique ?

Fabien Leboucq , le 13/06/2018

L'ONG SOS Méditerranée invoque des raisons logistiques et humanitaires et juridiques

Après avoir été refusé par Malte et l’Italie, l’Aquarius s’apprête à faire route vers le port de Valence, en Espagne. À bord du navire de l’ONG SOS Méditerranée, 629 migrants venus d’Afrique et secourus en Méditerranée alors qu’ils tentaient la traversée vers l’Europe. Certains sont montés à bord de navires de la marine italienne, d’après un tweet de l’ONG. L’Italie et Malte ont aussi participé à ravitailler l’Aquarius.

Le Premier ministre espagnol socialiste Pedro Sanchez a été prompt à proposer d’accueillir le bâtiment humanitaire et les personnes à son bord. Nous avons déjà expliqué pourquoi la France n’avait pas fait la même offre. Le Parti communiste a d’ailleurs reproché son silence au gouvernement d’Edouard Philippe, qui a fini par concéder être «évidemment prêt à aider les autorités espagnoles pour accueillir et analyser la situation de ceux qui, sur ce bateau, pourraient vouloir bénéficier du statut de réfugié».

«Endroit sûr»

Vous nous avez demandé pourquoi l’Aquarius, après les refus maltais et italiens, ne s’est pas dirigé vers la Libye, la Tunisie ou l’Algérie, plus proches que l’Union européenne. Certains nous ont aussi interrogés sur la possibilité pour le bateau de ramener les migrants d’où ils venaient, c’est-à-dire en Afrique subsaharienne.

Nous avons posé ces questions à Antoine Laurent, responsable des opérations maritimes des SOS Méditerranée : «Pourquoi pas la Libye ? D’abord parce qu’on ne rentre jamais dans les eaux territoriales libyennes, sauf cas d’extrême urgence».

L’humanitaire fait remarquer que les violations des droits de l’homme des migrants en Libye ont été abondamment documentées. Or il y a un impératif, dans le droit international, de débarquer les personnes sauvées en mer dans un «endroit sûr» [place of safety].

Côté algérien, l’habitude est de reconduire les étrangers venus du sud aux frontières, dans le Sahara. Or, Antoine Laurent rappelle qu’il existe un principe de «non-refoulement» des personnes. Il s’applique à tous les migrants, de manière extraterritoriale, y compris quand une personne est prise à bord d’un bateau temporairement, lit-on dans un document récapitulatif de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Dans la même optique, la charte de l’Union européenne des droits fondamentaux dispose que «les expulsions collectives sont interdites» et que «personne ne peut être déplacé, expulsé ou extradé vers un Etat où il existe un risque sérieux qu’il ou elle puisse être condamné à la peine de mort, la torture, ou toute autre punition ou traitement inhumain ou dégradant.»

Consignes

Impératif technique également: «Il faut que le pays soit prêt à recevoir 630 migrants, qui doivent être soignés et aidés», ajoute Antoine Laurent. «Dans certains cas extrêmement graves on a déjà héliporté des migrants jusqu’à Tunis, quand leur vie était en danger», mais le nombre de personnes à bord de l’Aquarius ne laissait pas cette possibilité, selon l’humanitaire.

Enfin, comme le résume le responsable de SOS Méditerranée : «Ce n’est pas à nous de décider dans quel pays ramener les gens». Les migrants ont été sauvés dans la zone SAR (search and rescue) de l’Italie, et il incombe, selon le droit international, aux Italiens, de donner des consignes au bateau humanitaire sur le cap à prendre ou le port où accoster. L’Aquarius est resté longtemps en attente de consignes, après le refus de Rome de le recevoir sur les côtes de la botte : finalement, la marine italienne a décidé de l’orienter vers le port de Valence, en Espagne.