Blog

26. oct., 2017

Question sur l’accompagnement des établissements d’enseignement français à l’étranger par le CNED

Sénateur Jean-Yves Leconte, le 25/10/2017

J’ai adressé le 20 juillet 2017 au ministère de l’Education nationale une question portant sur les engagements que le CNED prenaient pour l’accompagnement des établissements scolaires implantés à l’étranger faisant appel à ses services.

Voici le texte de la question posée le 20 juillet 2017 :

 » M. Jean-Yves Leconte appelle l’attention de M. le ministre de l’Education nationale sur les modalités mises en place par le centre national d’enseignement à distance (CNED) pour accompagner les établissements d’enseignement français à l’étranger.

En effet, le CNED accompagne de nombreuses écoles françaises à l’étranger qui ne disposent pas d’une homologation. Des répétiteurs accompagnent les élèves en classe, mais leur suivi et la validation pédagogique dépendent du CNED. Les répétiteurs et les établissements concernés ont parfois besoin de contacts directs avec le CNED.

Or de très nombreux témoignages soulignent la grande difficulté d’entrer au contact avec le CNED par téléphone, courriel ou courrier. Bien que les élèves suivent le CNED en groupe et par classe, le suivi assuré par le centre n’est qu’individuel. Ainsi ce ne sont pas les mêmes correcteurs qui corrigent les copies des élèves qui sont dans une même classe ; les évaluations ne sont pas faites sur les mêmes bases et les copies ne sont pas retournées ensemble.

Dans ces conditions il est difficile aux établissements de conserver un fonctionnement par classe et certains élèves arrivent parfois en fin de trimestre sans évaluation du CNED. Il lui demande que le CNED propose un numéro téléphonique dédié aux établissements faisant appel à ses services, et si le CNED peut aussi envisager de disposer de coordinateurs par classe assurant deux fonctions : s’assurer que les prestations qu’il sert à des élèves d’une même classe sont cohérentes et être disponibles pour l’équipe pédagogique de l’établissement accueillant les élèves et faisant appel au centre. »

Voici la réponse qui m’ait parvenue le 19 octobre dernier :

 » Le centre national d’enseignement à distance (CNED) accompagne les établissements d’enseignement français à l’étranger qui ne disposent pas d’une homologation du ministère de l’éducation nationale pour l’ensemble des niveaux d’enseignement (souvent collège et/ou lycée).

Le système repose sur la présence de répétiteurs appelés « assistants pédagogiques » qui aident les élèves à organiser leur travail en fonction des cours dispensés par le CNED et des tâches qui sont demandées. La spécificité de cette fonction et la diversité des profils des assistants pédagogiques conduisent le CNED à assurer un suivi attentif de leur activité et à se rendre disponible pour les questions de tous ordres qu’ils peuvent poser.

Le nombre d’établissements et d’enseignants concernés (il y a près de 120 conventions entre le CNED et des établissements scolaires de l’étranger) a conduit le CNED à organiser la remontée de ces questions. Chaque établissement désigne ainsi un « référent CNED » qui est, avec le chef d’établissement, l’interlocuteur direct du Centre.

En vis-à-vis chacun des sites concernés du CNED (notamment Toulouse pour le 1er degré, Rouen pour le collège et Rennes pour le lycée) a désigné deux personnes, l’une pour la gestion administrative et l’autre pour le suivi pédagogique, dont les coordonnées sont adressées à l’ensemble des établissements avant la rentrée scolaire. Les assistants pédagogiques peuvent également s’adresser directement à des « professeurs tuteurs disciplinaires », garants des contenus d’enseignement par discipline, dont les coordonnées (permanences téléphoniques et adresses mél) figurent sur le site dédié aux inscrits au CNED (« Espace inscrits »).

La mise en place progressive, ces dernières années, de la dématérialisation des copies http://www.cned.fr (application « tutoriel copies en ligne ») a permis de raccourcir considérablement les délais de correction, ce qui constituait une demande récurrente des établissements.

Cette réactivité nouvelle est également liée à l’attribution automatique des copies au correcteur de la discipline disponible ; il peut ainsi effectivement y avoir des correcteurs différents au sein d’une même classe CNED. Dans la perspective du renforcement de la cohérence pédagogique, le CNED se propose d’évaluer les moyens techniques à mettre en œuvre pour confier les copies d’une même classe au même correcteur. »

 

23. juil., 2014
23. juil., 2014