19. mars, 2021

Situation des Français non-résidents

Monsieur le Consul général,

 

Suite à la décision du gouvernement malgache de ne plus renouveler les visas touristiques, nos compatriotes non-résidents doivent quitter le territoire malgache. La plupart de ceux qui sont encore sur place ont un billet d’avion d’une compagnie qui n’organise plus de vols de rapatriement depuis des mois. Pour pouvoir quitter Madagascar, ces personnes doivent donc acheter un nouveau billet vers une destination finale qui n’est pas forcément celle de leur lieu d’habitation, notamment les Réunionnais. Certains de ces compatriotes n’ont pas les moyens financiers d’acheter un nouveau billet. Ces compatriotes vont donc, si ce n’est déjà fait, se retrouver rapidement en situation irrégulière avec les risques que cela entrainera pour leur intégrité et les complications que cela entrainera aussi pour vos services.

Face à cette situation imprévue qu’elle est la position des autorités Françaises à Madagascar ?

Que dire et que conseiller aux compatriotes qui n’ont pas la possibilité financière de quitter le territoire malgache ?

Nous nous trouvons aujourd’hui devant une difficulté qui interpelle les autorités Françaises.

A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous le courrier d’un compatriote que j’ai reçu ce matin. Que puis-je lui conseiller ?

Avec l’expression de mes respectueuses salutations

 

Copie au Sénateur Jean-Yves Leconte

Copie à la Conseillère Annick Raharimanana

 

Jean-Daniel Chaoui

Conseiller des Français Madagascar 

Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger

 

Envoyé : jeudi 18 mars 2021 15:39
À : jd.chaoui@blueline.mg
Objet : Demande de régularisation d'une situation particulière d'un français à l’étranger

 

       Monsieur le Conseiller Consulaire,

     

      Je tiens à vous solliciter par la présente, de bien vouloir vous exposé mon cas concernant mes séjours à l’étranger (Madagascar), suite à la fermeture des frontières aériennes causée par la pandémie du virus Covid19.

      Lors de mon arrivé ici à Madagascar, à titre de visa touristique depuis le mois de mars 2020,  des contraintes  avaient empêché  mon rapatriement à mon domicile, Ile de la réunion : à savoir, le fait que je  suis toujours été parmi les personnes dans la liste d’attente sur les vols, vu que mon motif de voyage était supposé pas urgent par rapport au cas des autres passagers.

      De ce fait, je ne suis pas resté les bras croisés, plusieurs appels et courriers électroniques ont été effectués auprès de l’Ambassade, ainsi qu’auprès de l’agence BCD Travel chargé des vols de rapatriement des étrangers, en étroite collaboration avec l’Ambassade de France. Malheureusement, je n’avais pas eu l’occasion de saisir l’opportunité d’être mise en embarquement. Je suis malgré tout obligé de rester patient, et de faire recours au visa à titre gratuit délivré tous les mois par le Service de l’Immigration de la Sécurité Publique, situé au Ministère de la Sécurité Publique Madagascar à ANOSY – Antananarivo.

      Par contre, depuis le 05 Mars 2021, les autorités Malgaches ont suspendu et mis fin à la prolongation provisoire de séjour pour les étrangers non immigrés et non titulaires d’une carte de résident. D’après ma dernière visite il y a trois jours auprès dudit Service, un responsable m’a clairement expliqué que je devrais impérativement préparer mon retour à domicile, et que je me débrouillerai par la suite auprès du bureau de mon Ambassade pour la mise en embarquement.

      Il se présente effectivement, un conflit d’intérêt entre l’Ambassade et les autorités malgaches pour cette démarche de rapatriement des étrangers bloqués à Madagascar. Compte tenu de l’annulation des vols de rapatriement ces derniers temps, malgré le refus de l’accord de la part de l’ACM. Il se trouve que la fin de l’application de la mesure exceptionnelle relative à la délivrance d’attestation provisoire de séjour des étrangers non immigrés à Madagascar, demeure infondée.

     Par conséquent, je suis désormais exposé en danger en étant un étranger en situation irrégulière et illégale dans ce pays, sans visa provisoire, et sans preuve comme billet de retour pour la Réunion. C’est la raison pour laquelle, je me suis retourné vers vous, Monsieur le Conseiller Consulaire, pour m’aider à régulariser ma situation.

Sur ceux, en espérant une suite favorable de votre part, je vous prie d'agréer, Monsieur le Conseiller Consulaire, mes salutations les plus respectueuses.

 

Cordialement