5. juin, 2018

 Le Monde

Contre l’utilisation abusive de plastique, les « Plastic attacks » arrivent en France

Patricia Jolly , le 02/06/2018

Une journée de mobilisation est programmée samedi 2 juin dans des enseignes de grande distribution dans les villes de plusieurs pays

Des animations d’un genre un peu particulier promettent d’égayer la corvée hebdomadaire du ravitaillement au supermarché dans les mois à venir. Samedi 2 juin, plusieurs enseignes de grande distribution de Paris, Hyères, Le Mans, Lille, Nouméa, Montaigu, Quimper, Strasbourg ou Toulouse seront le théâtre d’une série de « Plastic attacks », des actions qui promeuvent une réduction substantielle de l’utilisation des plastiques à usage unique et le suremballage. Des opérations similaires sont également programmées, le même jour, dans plus de 50 villes du monde, et se déclineront à d’autres dates tout au long de l’été.

Mouvement citoyen, Plastic attack gagne tranquillement du terrain. Il a vu le jour le 27 mars, à Keynsham (Royaume-Uni), une ville de 16 000 habitants proche de Bristol. Vingt-cinq clients s’étaient donné rendez-vous dans leur supermarché habituel pour faire leurs emplettes. Une fois passés à la caisse, ils ont dégainé ciseaux et cutters afin de libérer leurs achats des emballages inutiles, qu’ils ont ensuite déposés dans des chariots vides devant le magasin. Trois ont ainsi été remplis. Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo de leur action est devenue virale avec près de 17 millions de vues.

Visant à responsabiliser le secteur de la grande distribution sur sa surconsommation de plastiques, souvent superflus, et à affirmer la volonté des consommateurs de voir se développer des alternatives au plastique à usage unique, des « Plastic attacks » ont été rééditées en avril à Amsterdam, Bratislava, Bruxelles ou Oslo avant d’arriver en France.

Pétition en ligne

Le collectif citoyen français est animé par un groupe d’étudiants en master « responsabilité sociale et environnementale » de l’International Terra Institute de Paris qui dispense des formations spécialisées en développement durable. Pour son porte-parole, Arnaud Ramos :

« Au-delà du recyclage,la grande distribution doit changer de politique en matière d’emballages. Ces actions menées par des consommateurs et clients sont un moyen efficace de les interpeller de manière totalement pacifique et apolitique. Pour y participer, il suffit de s’inscrire sur la page Facebook dédiée et de se présenter sur le site choisi et à l’heure convenue pour faire ses courses.»

Soutenue par les ONG Zéro Waste France et Les Amis de la Terre, Plastic Attack France a également lancé, le 28 mai – jour du dévoilement par la Commission européenne d’un projet de directive visant à réduire « drastiquement » l’utilisation des produits en plastique à usage unique quotidien comme les couverts, assiettes ou gobelets, les pailles ou les Coton-Tige – une pétition en ligne sur la plate-forme Change.org. Intitulée « Pour en finir avec les emballages plastiques à usage unique », elle s’adresse aux groupes Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc ou Système U. Elle leur enjoint de débarrasser leurs rayons des emballages plastiques destinés à la promotion de produits ou à la protection des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique, des emballages jetables « dont l’innocuité demeure incertaine pour le consommateur », ou encore des bouteilles en plastique.

Le groupe Carrefour dont un magasin parisien du 12e arrondissement doit faire l’objet d’une action, samedi, a rebondi sur l’annonce des « Plastic attacks » imminentes pour se positionner en élève modèle. Dans un communiqué, jeudi 31 mai, l’enseigne a annoncé un objectif de « 100 % d’emballages recyclables, réutilisables ou compostables » pour les produits à la marque de l’enseigne d’ici à 2025, afin de passer du « jetable à une économie circulaire ». 

Carrefour appelle à un pacte national

Elle promet également de supprimer les emballages plastique non recyclables des fruits et légumes bio, de cesser la commercialisation des pailles en plastique « dès la fin de l’année » et de substituer progressivement celles des briquettes de jus. Elle annonce encore la fin des barquettes en polystyrène aux rayons boucherie, poissonnerie et fromage. Elle assure enfin que l’ensemble des emballages de ses produits sera recyclable, en commençant par les produits Carrefour bio « dès 2020 », et qu’elle intégrera « dès 2022 », 50 % de plastique recyclé dans ses bouteilles de jus et de soda, et dans ses bouteilles d’eau.

Saluant la « réactivité » du groupe Carrefour, Zéro Waste France, par la voix de sa chargée de campagne, Laura Châtel, reste néanmoins sur ses gardes.

« Nous nous assurerons qu’il ne s’agit pas d’un coup de com et d’une expérimentation ponctuelle réduite à quelques magasins, comme c’est souvent la stratégie de ces grandes enseignesPour être crédibles, elles doivent prendre des engagements clairs et détaillés, et fixer et respecter des échéances précises.»

Pour « changer les habitudes », Carrefour appelle à un « pacte national » sur les plastiques pour une économie 100 % circulaire des emballages en France piloté par le gouvernement. « Afin de développer des matériaux de substitution non carbonés alors que le prix du baril de pétrole reste compétitif, il faut créer de la masse, a expliqué au Monde, Laurent Vallée, un énarque secrétaire général du groupe Carrefour. Cela nécessite donc une réponse collective, un mouvement associant les industriels, les pouvoirs publics, les éco-organismes, les distributeurs, les grandes marques. »

 

30. mai, 2018

Pollution marine : enfin un espoir de voir les océans soulagés des déchets plastiques

Cette découverte peut révolutionner la situation en matière de déchets plastiques dans les océans. Une équipe scientifique américano-britannique a découvert une enzyme qui se nourrit de plastique et donc, capable de détruire cette matière. L’étude a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Cette découverte, purement fortuite, est partie d’une étude de la composition d’une enzyme qui se nourrit de plastique, il y a quelques années dans une décharge japonaise, et a amené à cette trouvaille que l’on est tenté de qualifier de révolutionnaire car pourrait réduire le volume de plastique dans l’environnement. Les chercheurs ont effectué des manipulations parmi lesquelles une a, par accident, fait muter l’enzyme. Mieux, ils l’ont amélioré. Mais ne nous réjouissons pas trop vite : cette enzyme doit encore subir des séries de tests et devra être développé avant que l’on puisse envisager de le voir un jour au cœur d’un processus industriel de destruction des plastiques.Rappelons que chaque minute, 1 million de bouteilles en plastique sont vendues dans le monde. Seulement 14% sont recyclées. Le reste s’éparpille dans l’environnement et met plus de 500 ans pour se dégrader. S’y ajoutent les autres produits en plastique tels les sachets qui, avec l’ensemble des déchets plastique, polluent l’environnement et parviennent jusque dans les océans, asphyxiant et empoisonnant les animaux marins.

Midi Madagascar

Le 19 Avril 2018

Recueillis par Hanitra R.

3. janv., 2018

Charbon de bois : mieux exploiter les ressources

Charbon de bois : mieux exploiter les ressources

Comment augmenter l’efficacité de la carbonisation, réduire de moitié le bois à carboniser et travailler dans des conditions sûres, sans risquer un feu de brousse… Ce sont, entre autres, des techniques que quelque 210 charbonniers de la baie d’Ambaro, dans le Nord-ouest de Madagascar, ont acquises lors d’une formation de deux semaines. Organisée par GIZ-Eco et WWF, ladite formation a permis à ces exploitants d’apprendre à maîtriser la technique la plus durable pour la production de charbon de bois.

Pendant la formation, les participants se sont initiés à la meilleure façon de carboniser le bois.  Ils ont également décidé de produire du charbon à partir de cultures d’eucalyptus, spécialement plantées pour la production de charbon de bois énergie. «Auparavant, notre carbonisation produisait beaucoup de cendres mais, ici, la carbonisation est presque parfaite», explique un producteur de charbon de bois d’Anjiabe, un petit village entouré de magnifiques mangroves.

De cette façon, les charbonniers se sont engagés à ne pas toucher aux mangroves, écosystèmes clés pour la pêche et l’absorption du CO2 et, par conséquent, à travailler légalement  car, la loi interdit l’exploitation des mangroves pour la production de charbon de bois. Leur objectif : réduire la déforestation des mangroves à travers une production de charbon de bois vert.

Les Nouvelles

Le 21/12/17

Arh.

31. oct., 2017

Cyclones : des tempêtes à grande échelle typiques des mers chaudes

Les cyclones tels Harvey, qui se dirigeait vendredi vers le Texas, sont des dépressions qui, au contact de mers chaudes, prennent de l'ampleur jusqu'à devenir des tempêtes dévastatrices lorsqu'elles atteignent les côtes et l'intérieur des terres.

Avec des vents jusqu'à 160 km/h, Harvey est pour l'instant classé en catégorie 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5 et pourrait passer en niveau 3 (vents supérieurs à 200 km/h) lorsque le cyclone touchera le continent américain samedi vers 01H00 locales (06H00 GMT).

En 2005, Katrina (catégorie 3) avait dévasté La Nouvelle-Orléans et fait quelque 1.800 morts en Louisiane et dans les Etats voisins.

Naissance : Cyclone est le terme générique pour désigner des dépressions circulaires appelées "typhon" dans l'océan Indien et le Pacifique et "ouragan" dans les Caraïbes.

L'échelle de Saffir-Simpson utilisée dans l'Atlantique Nord fait passer une tempête en cyclone lorsque les vents dépassent les 118 km/h.

Les cyclones se forment uniquement dans les mers chaudes car plusieurs conditions doivent être réunies: une eau supérieure à 26°C sur 60 mètres de profondeur, une quantité suffisante d'humidité dans l’atmosphère et une perturbation produisant des vents tourbillonnants.

Ils sont constitués par une masse nuageuse s’enroulant en spirales autour d'une partie centrale. Au contact de l'océan, l'air devient très chaud et s'élève au-dessus de la mer, avec une spirale d'air plus frais vers le centre de la dépression.

Cet air instable produit une activité orageuse, dont l'ampleur croît proportionnellement à la chaleur et l'humidité.

La rotation de la Terre contribue à imprimer au cyclone son mouvement circulaire, contraire au sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère nord, à l'inverse de l'hémisphère sud.

Pluies, vents, marées: Les cyclones ont un diamètre compris entre 300 et 1.000 km et un centre, "l'oeil du cyclone", relativement calme de 10 à 100 km de largeur.

Une fois formé, il se déplace à une vitesse de 20 à plus de 30 km/h et parcourt ainsi en plusieurs jours des milliers de kilomètres. Durant son trajet, il peut s'affaiblir ou se renforcer en fonction de la température de l'eau.

Une fois qu'il touche la terre, il commence à faiblir car il se retrouve privé de sa source de chaleur.

Autour de "l'oeil", des masses nuageuses orageuses provoquent des pluies torrentielles et des vents très violents. Le cyclone génère aussi une houle longue qui le précède, parfois jusqu'à 1.000 km en avant, ce qui produit une surélévation du niveau de la mer.

Ce phénomène, appelé "marée de tempête", peut atteindre plusieurs mètres. Avec Harvey, la surélévation du niveau de la mer prévue est de 1 à 4 mètres.

Midi Madagascar

Le 28/08/17

Paris (AFP)