7. sept., 2017

Marché public : place aux sanctions

Anomalie. À Madagascar, comme dans la plupart des pays en développement, les marchés publics présentent d’importantes faiblesses. « On fait face à une recrudescence des mauvaises pratiques visant à entraver la libre concurrence dans l’achat public », selon un communiqué de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) paru dans plusieurs journaux de la capitale, hier. D’après un rapport présenté par la Commission nationale des marchés (CNM), plusieurs cas d’anomalies touchant le respect des normes de procédure des marchés publics ont été identifiées, 75% des passations seraient irrégulières selon cette commission. D’autre part, « Plus des deux tiers (69%) des dirigeants d’entreprises soumissionnant à des marchés publics à Madagascar considèrent comme inéquitable le processus de passation des marchés dans leur secteur d’activité », selon l’enquête Corruption in Antananarivo’s Public Services (CAPS), réalisée par Transparency Interna­tional – Initiative Madagascar en novembre 2014.
Consécutive à de telles situations, l’ARMP a fait savoir que l’organe procèdera dorénavant à l’application des sanctions: « des mesures appropriées seront prises à l’encontre des auteurs de ces pratiques condamnables. Ces mesures concernent notamment toutes manœuvres, sous quelques formes que ce soit, contraires aux principes de la liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures, et qui sont institutionnellement destinées à priver certains participants de leur droit à l’information ».

Apport


Achat de biens et de services, de commande ou encore de concessions octroyées par l’Admi­nistra­tion, les marchés publics représentent un marché important pour les entreprises. Ils contribuent à hauteur  de 9 à 10% du PIB et les marchés publics représentent une part très importante dans les dépenses publiques. Ils peuvent être considérés parmi les principaux vecteurs de croissance d’un pays. Selon une publication de l’Organisation Internationale de Droit du Développement : « Une bonne gestion des marchés publics permet de réaliser des économies sur les dépenses de l’État, de contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté et à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ». À Madagascar,  le paiement d’un montant moyen correspondant à 25% de la valeur du marché est nécessaire pour arriver à décrocher une commande publique, selon les chiffres de Transparency Interna­tional.

L'Express de Madagascar

Le 02/09/17

Par Soa-Mihanta Andriamanantena