Blog

14. déc., 2017

Les enseignants des écoles primaires rencontrent des difficultés de maniement de la langue française.

C’est ce qu’on a pu conclure suite à l’évaluation des connaissances académiques des enseignants du primaire au niveau de neuf Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) du programme Passoba-Education, qui a fait l’objet d’une présentation à Morondava la semaine dernière.

En effet, à l’issue de cette évaluation, sur une centaine d’enseignants testés, la moitié a obtenu la note de 4,6/10, si le maximum est de 8,9/10. «La compréhension de l’écrit est la moins réussie avec un taux de 20,6 % seulement, si l’outil de la langue a connu du succès à 81,9 %», a indiqué le chargé d’études d’évaluation (CEE) de la Direction générale de l’éducation fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) du ministère de l’Education nationale (Men), Harrison Andrianivomanana.

L’épreuve du français est composée d’une trentaine d’exercices, qui ont été présentés sous forme de QCM.

 Faibles aussi en mathématiques

Les mathématiques font également partie des disciplines testées. «En général, les enseignants sont aussi faibles dans cette discipline car plus de la moitié n’ont pas eu la note de 5/10. La majorité a un score compris entre 2,4 et 5,6 sur 10», a souligné le CEE du DGEFA.  Si les enseignants sont plus à l’aise avec les exercices de niveau 1 et 2 des exercices d’arithmétiques basés sur la connaissance et la compréhension, ils sont faibles en géométrie du primaire et en activités numériques.

A noter que 67% des enseignants des 9 régions sont des enseignants non fonctionnaires (ENF). Au niveau de chaque région, la proportion des ENF varie de 60 à 77%. L’évaluation a été menée dans 103 écoles avec 629 enseignants.

Quant aux neuf Dren, il s’agit de Analanjirofo, Anosy, Atsimo Andrefana, Menabe, Sava, Atsinanana, Betsiboka, Boeny et Vakinankaratra.

 Les Nouvelles

Le 17/10/17

Sera R.