Blog

19. août, 2019

Les Nouvelles
Le 26 juillet 2019

12. juil., 2019

« Andao Hamaky Boky an-tsekoly »

Les élèves et enseignants de l’Ecole Sacré-Cœur Antanimena (ESCA) sont tous venus à l’école un livre à la main ce vendredi 05 juillet 2019. C’était à l’occasion de l’ouverture officielle du projet « Andao Hamaky Boky an-tsekoly » du Ministère de la Communication et de la Culture, qui a débuté dans cette école catholique sise à Antanimena.

Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture, remettant des livres au Frère Directeur de l’ESCA, Rakotomanga Joseph.(crédit photo : Anja)

« Aucun pays ne peut se développer si son peuple n’ouvre pas de livre », tels étaient les propos du président de l’Association des parents d’élèves de l’ESCA (APEL), Ravonjiarison Cousin Germain, lors de son discours. Il a notamment évoqué les raisons de cette initiative de l’école, en disant que c’est la prise de conscience de l’importance du livre et de la lecture qui a amené l’ESCA à mettre en place cette journée dédiée à la lecture. Pour Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture, qui était également présente avec toute son équipe à cet événement, « ce projet est la suite logique du programme ‘Andao Hamaky Boky’ lancé il y a quelques mois par le ministère de la Communication et de la  Culture ; le but est de cultiver nos jeunes et de les pousser à aimer davantage la lecture et les livres ».

Lancement de « Andao Hamaky Boky an-tsekoly ». C’est donc à l’ESCA Antanimena que le programme « Andao Hamaky Boky an-tsekoly » a débuté. D’après les explications de la ministre de la Communication et de la  Culture, le choix s’est porté sur l’ESCA car « l’établissement a su montrer une grande volonté pour la réalisation de ce projet, ce qui correspond tout à fait au projet du ministère qui vise à raviver l’amour de la lecture chez les enfants et les jeunes ». Mais ce programme va se poursuivre auprès d’autres établissements publics et privés. D’ailleurs, dans le cadre du « Andao Hamaky Boky an-tsekoly », le ministère fera circuler une malle tournante contenant 150 livres auprès des écoles. Cette malle va donc rester à l’ESCA pendant deux semaines avant de poursuivre sa route vers un autre établissement. Un système qui sera aussi adopté dans les 22 régions du pays. Pour la sélection des établissements, cela se fera en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, selon la ministre Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy.

Plus de 1 000 livres en une journée. Outre la malle tournante du ministère de la Communication et de la Culture, l’ESCA a également obtenu d’autres livres à l’occasion de cet événement : 500 livres prêtés par l’Alliance française, 500 livres de la part de l’Association des parents de l’ESCA, mais aussi 150 livres offerts par la ministre en personne à cette école. Cette dernière a d’ailleurs appelé les enfants à consacrer un peu plus de temps à la lecture. « 20 minutes de lecture par jour sont plus bénéfiques que 30 minutes passées sur les réseaux sociaux », a-t-elle déclaré.

Une initiative qui ravit les parents d’élèves. « Madagascar manque de bibliothèques, mais surtout d’événements et d’actions de sensibilisation à la lecture », selon un parent d’élève qui était dans l’assistance. Ce dernier souhaiterait davantage de concours de dictée et d’ateliers d’écriture dans les écoles, pour améliorer à la fois le malgache, le français et l’anglais des jeunes. Lui trouve donc ce projet très louable, à la fois de la part de l’ESCA, mais aussi du ministère de la Communication et de la Culture. De son côté, Rachel Ramanantseheno, enseignante de français à l’ESCA, a parlé de l’importance des heures de bibliothèque pour l’apprentissage d’une langue et du développement personnel de l’élève. Selon les constats de cette enseignante chevronnée, les élèves qui n’ont pas l’habitude de lire des livres éprouvent des difficultés à trouver des idées lors des exercices de composition écrite.

Midi Madagascar

Le 6 juillet 2019

RANDRIAMAHEFA Anja

 

1. juil., 2019

L'éducation sexuelle intégrée dans le primaire

La Vérité

Le 1 juin 2019

 

28. juin, 2019

La nouvelle orientation déstabilise

Les nouvelles matières incluses dans la nouvelle orientation sont sujettes à de nombreuses questionnements.

Des nouvelles matières ont été incorporées dans le pro­gramme de la classe de seconde.

La nouvelle orientation scolaire a déjà été lancée dans toute l’île, depuis le début de l’année scolaire 2018-2019 dans quelques lycées pilotes. D’ici peu, le programme faisant allusion à un nouveau programme est inscrit dans la nouvelle orientation et sera vulgarisé au niveau des lycées. Des nouvelles matières ont été incorporées dans le programme en l’occurrence pour la classe de seconde. Selon la note du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel, à la sortie de la classe de seconde, l’orientation a changé par rapport au programme précédent.
L’orientation a été changée en trois options au lieu de deux et les élèves seront classés par rapport à leurs notes durant l’année scolaire. Les trois options sont entre autres, la série littéraire, la série scientifique, et la série Organisation, Société et Économie (OSE). Dans la série littéraire, seront orientés les élèves excellant dans les matières de Français, et de Malagasy et l’Anglais. La série scientifique accueillera les élèves ayant des bonnes notes pour trois matières dont les mathématiques.

Difficultés
La dernière série se base sur l’organisation des sociétés et l’économie. Cette dernière option inclut des nouvelles matières comme l’éducation à la citoyenneté, des initiations à l’économie et à l’organisation d’une société ainsi que l’histoire et la géographie.
Les avis sont partagés par rapport à la nouvelle matière puisque, en tant que nouveau programme, ce dernier nécessite un ajustement du moyen humain et matériel déployé pour sa mise en œuvre. Un enseignant affirme avoir des difficultés par rapport aux nouvelles matières. « Cumuler les trois matières à savoir l’histoire et la géographie avec les autres nouvelles matières requièrent beaucoup de temps pour la préparation. Pour dispenser mes cours par exemple, je n’ai que quatre heures de temps par semaine. À l’issue de ces quatre heures, je dois partir de quatre matières à peu près. Ainsi, j’ai réajusté le peu d’heures aux nouvelles matières », livre-t-il.
En outre, d’autres enseignants ont réclamé des mesures d’accompagnement pour améliorer cette mise en œuvre. Les formations des enseignants doivent être renforcées pour se réajuster avec le nouveau programme. Entre autres, des manuels doivent être également fournis. Par ailleurs, pour d’autres, la nouvelle option et les nouvelles matières constituent une innovation dans la mesure où celles-ci préparent les élèves à leur choix futur mais également ça leur permet de s’ouvrir à d’autre portail de connaissance. Des nouvelles matières en l’occurrence l’histoire générale de Madagascar sera substituée à l’histoire et la civilisation occidentale.

L' express de Madagascar

RANDRIATSOA Diamondra