12. mars, 2018

Inscriptions au baccalauréat : aucune dérogation après la date limite du dépôt de dossier

Les retards ne seront plus tolérés cette année concernant le dépôt des dossiers d’inscription au baccalauréat, contrairement aux années précédentes où les retardataires ont pu obtenir des dérogations pour éviter aux candidats d’être privés d’examens.   

 Les inscriptions au baccalauréat 2018 sont déjà ouvertes depuis le 29 janvier 2018. Aucune dérogation ne sera plus possible après la clôture des inscriptions. C’est ce qu’ont laissé entendre les responsables au sein du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique face aux nombreux retards observés chaque année, à l’approche de la date de la clôture des inscriptions. En effet, un certain nombre de responsables d’établissements scolaires attendent le dernier moment, voire, après, pour déposer les dossiers de leurs candidats. Cette année, il n’en sera plus de même. « Plus aucune dérogation ne sera accordée » aux retardataires, qu’il s’agisse de candidats ou de responsables d’établissements. Les voilà donc prévenus.

Calendrier. Actuellement  le service du baccalauréat ne croule pas encore véritablement sous les dossiers dans la mesure où, la préparation des dossiers est en cours dans les lycées où les élèves sont en train de réunir toutes les pièces administratives nécessaires au dossier d’inscription. Rappelons que les inscriptions au baccalauréat 2018 seront clôturées le 27 avril 2018. Quant aux épreuves du bac, le dernier calendrier émis par le ministère de tutelle situe les dates des examens, du moins, les épreuves écrites du bac général et de la première série du bac technique, technologique et professionnelle, au 17 au 21 septembre 2018. Plusieurs semaines avant pour les épreuves d’éducation physique et sportive. La deuxième série se tiendra du 24 au 27 septembre 2018. Rappelons que ce calendrier a tenu compte du report de deux semaines des épreuves du baccalauréat, à l’instar des examens officiels sous la tutelle du ministère de l’Education nationale, qui ont été repoussés de deux semaines pour cause de prolongement de l’année scolaire, en raison de l’épidémie de peste et des dégâts cycloniques du début d’année.

Midi Madagascar

Le 20/02/18

Hanitra R.