28. nov., 2018

Bassin versant d’Ambohiby, Bongolava : risque de tarissement de l’eau

Cette semaine s’est tenu à Tsiroanomandidy l’atelier de lancement de l’étude de diagnostic de la situation de référence du bassin versant d’Ambohiby, et d’élaboration de son plan d’aménagement intégré afin de restaurer ses fonctions écologiques.

Le bassin versant d’Ambohiby, dans le district de Tsiroanomandidy, région Bongolava, est la tête de source procurant l’eau potable et l’eau agricole pour le district de Tsiroanomandidy. Les communes de Fihaonana, Bevato, Tsinjoarivo, Imanga et Ambatolampy notamment, en tirent particulièrement parti. La zone subit pourtant des pressions des activités humaines, notamment les feux de brousse, incluant les feux de pâturage et les incendies volontaires, actes des « dahalo ». De même, la déforestation abusive pour la production de bois de chauffe est à l’origine de l’érosion du sol. En outre, le changement climatique, dont les effets ont commencé à se faire sentir depuis une décennie, alourdit les impacts négatifs, en particulier le tarissement des sources en eaux du bassin.

Risque de tarissement des sources. Cet état des lieux se traduit concrètement par un débit en baisse de la source, créant de graves problèmes d’adduction en eau potable dans la zone. Celle-ci risque de voir ses sources taries dans les années à venir. Afin de protéger le bassin versant et de restaurer ses fonctions écologiques, une étude de  diagnostic s’impose concernant la situation de référence du bassin versant d’Ambohiby en vue de l’élaboration d’un plan de gestion intégrée du site. Raison pour laquelle le ministère de l’Ecologie, de l’Environnement et de la Forêt (MEEF) et l’ONG internationale WaterAid ont organisé le 20 novembre 2018 à Tsiroanomandidy, un atelier de lancement de cette étude.

 Approche inclusive. La rencontre a réuni les maires locaux et ceux de toutes les communes avoisinantes pour présenter la méthodologie que les consultants de l’agence Agro Box comptent adopter au cours de ces études sur l’aménagement de bassin versant. « Une équipe conjointe MEEF-WaterAid sera chargée de la sensibilisation des acteurs cibles sur la gestion intégrée du bassin versant tout en adoptant une approche inclusive dans cette démarche, en recueillant les attentes des différents acteurs », précise WaterAid. L’appropriation de la méthodologie par les principaux acteurs et la compréhension de la responsabilité de chaque acteur pour aboutir aux actions d’aménagement du bassin versant de cette région, était ainsi une préoccupation commune lors de l’atelier. L’objectif étant d’assurer la durabilité des ressources en eau pour la région et la soutenir dans sa consommation d’eau pour les ménages et les agriculteurs.

Grand rôle. Le démarrage de cette étude a lieu officiellement mardi dernier à Tsiroanomandidy en présence de l’équipe du MEEF et la représentation régionale avec Mialy Randriamampianina, chef du département politique, communication et campagnes de WaterAid. L’Organisation soutient cette initiative en matière d’environnement, convaincue du grand rôle joué par l’aménagement du bassin versant, afin d’assurer la durabilité des ressources en eau. Rappelons que cette région du Bongolava figure parmi les zones où WaterAid est intervenue en y installant des infrastructures d’adduction d’eau et d’assainissement.

Midi Madagascar

Le 23/11/18

Hanitra R.