Blog

15. janv., 2018

La Chine améliore son intervention médicale auprès du peuple malgache. Elle envisage la concrétisation de plusieurs projets de santé à Madagascar.

Le soutien du gouvernement chinois à Madagascar, en termes de santé se poursuit. Avec plus de 40 ans de présence de son équipe médicale à Mada­gascar, actuellement, il envisage d’implanter un centre de médecine traditionnelle chinoise dans le pays. Xiao Wen Ling, chef de l’équipe médicale chinoise à Mada­gascar nous a fait part de ce projet, hier, à l’hôtel Paon d’Or à Ivato. « Nous allons construire des centres spécialisés de médecine traditionnelle chinoise dans trente pays. Madagascar sera l’un des bénéficiaires. Les travaux de construction devraient commencer l’année prochaine. Des médecins malgaches seront envoyés en Chine pour des formations », explique-t-il.
La médecine traditionnelle chinoise est surtout reconnue pour sa compétence à soulager la douleur, notamment pour les maladies chroniques, mais aussi pour son faible coût. Le service est jusqu’ici gratuit. La médecine chinoise est très appréciée par les Malgaches. Une grande affluence des malades dans le service acupuncture est constatée au centre hospitalier universitaire à Anosiala, depuis le transfert des services médicaux chinois de l’hôpital Bejofo à Mahitsy dans ce grand hôpital.

Missions
Le gouvernement chinois prévoit la concrétisation de plusieurs projets de santé à Madagascar, pour renforcer encore plus la coopération entre les deux pays. En cette épidémie de peste, par exemple, une délégation de médecins sera bientôt envoyée ici,  pour « chercher une solution dans la lutte contre la peste », enchaine Xiao Wen Ling. La semaine dernière, le gouvernement chinois a déjà remis des boîtes de médicaments au ministère de la Santé publique.
Un protocole d’accord avec ce ministère, pour une mission de cataracte à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) a été aussi signé. Le projet a été retardé, à cause de l’épidémie de peste. Mais des spécialistes en ophtalmologie devraient arriver en terre malgache, pour l’opération.
Ces équipes médicales chinoises se répartissent dans quatre villes de Mada­gascar, à savoir, à Antanana­rivo, à Sambava, à Ambo­vom­be et à Vatomandry. A part la prise en charge des malades, elles se chargent, également, du renforcement de capacité de nos médecins. « On a beaucoup d’histoires émouvantes avec le peuple malgache, durant ces 40 ans. On espère rester ici pour toujours », lance Xiao Wen Ling.

L'Express de Madagascar

Le 20/10/17

Miangaly Ralitera

11. janv., 2018

https://pdf.printfriendly.com/camo/6a574464dc773d07fa25af5e2f0e072d5704dfbb/687474703a2f2f7777772e6e6577736d6164612e636f6d2f77702d636f6e74656e742f7468656d65732f6e6577736d6164612f74696d7468756d622e7068703f7372633d687474702533412532462532467777772e6e6577736d6164612e636f6d25324677702d636f6e74656e7425324675706c6f61647325324632303137253246313025324653414e54452e6a706726713d393026773d373935267a633d31

Les offres sanitaires dans la Capitale de Madagascar  n’arrivent pas à satisfaire les besoins de la population, d’après les statistiques. La ville des Mille ne dispose que de 93 Centres de santé de base pour ses quelque 2 millions d’habitants. D’après les normes définies par le ministère de la Santé préconisant qu’ au moins un Centre de santé pour 10.000 habitants dans les agglomérations urbaines sont loin d’être respectées.

Un étudiant au sein du département de l’Economie à l’université d’Antananarivo, option «Développement local et gestion de projet», le Dr Jaozandry, compte apporter sa contribution, via ses résultats  d’études en vue de l’obtention d’un diplôme de Master professionnel.

 Intitulé «Projet d’institution d’un centre médical», cette étude soutenue avant-hier devant les membres du jury, vise non seulement à constater les réalités sur terrain dans 8 fokontany les plus exposés par ce manque de CSB, mais aussi d’apporter les solutions adéquates, a souligné l’impétrant.

Le processus de recherche de financement, à hauteur de 40 millions d’ariary, pour concrétiser ce projet destiné aux 88.340 habitants des 8 fokontany concernés, dont Andohapatenaka 1, 2 et 3 ; Ankasina et les 4 fokontany des 67 Ha, est actuellement en cours. Des emplois seront créés sans parler de l’accès des populations aux soins.

Les Nouvelles

Le 14/10/17

Fahranarison

9. nov., 2017

Depuis l’annonce de la propagation potentielle de l’épidémie de peste, la Direction générale a immédiatement pris des dispositions pour prévenir et sensibiliser sur la maladie et protéger le personnel, les sous-traitants et les visiteurs.

Ces mesures et recommandations sont les suivantes :

  • Formation et sensibilisation du personnel via des notes de services, des affichages sur la peste et diffusion de toutes les informations et leurs mises à jour.
  • Rappel et renforcement du respect des règles d’hygiènes et de la santé du personnel : Lavage des mains, interdiction au personnel malade d’aller au travail…
  • Service minimum pour limiter le nombre des personnels journaliers.
  • Dotation de pistolets thermomètres à l’entrée de l’établissement.
  • Prise de température obligatoire et systématique réalisée par des personnes désignées et habilitées (Assistante de production), pour toutes les personnes avant leur entrée sur le site (personnel Sopral et visiteurs).
  • A l’accueil, mise à disposition, avec instructions d’utilisation, de masques pour les employés.
  • Les membres du personnel ont l’obligation d’informer les Responsables en cas de malaise ou d’apparition de symptômes en cours de travail.
  • Vérification visuelle de l’état de santé des membres du personnel lors de la reprise du travail (après-midi) et en cas de doute, la reprise de température est réalisée par les assistantes de production.
  • Renforcement des luttes contre les nuisibles : augmentation du nombre d’appâts et désinsectisation supplémentaire de l’ensemble de l’établissement par la société « BHL ».
  • Opération accrue de nettoyage et désinfection des bâtiments.
  • Renforcement de l’opération du lavage des mains.
  • Renforcement du contrôle des déchargements de camions aux réceptions dans les exploitations.

Si une personne a une température égale ou supérieure à 38°C, les procédures ci-après seront appliquées :

  1. S’il s’agit d’un employé :
  1. Informer immédiatement La Responsable Qualité, ou Responsable du Personnel, de la présence du cas suspect.
  1. Isoler le cas à l’entrée à l’extérieur du site, lui mettre un masque
  2. Maintenir sur place les accompagnants du cas et éviter qu’ils entrent en contact avec d’autres personnes
  3. Limiter le nombre de personnes en contact avec le cas et leur fournir un masque
  4. Ce dernier devra rester à l’entrée en attendant sa prise en charge par la société, qui le conduira directement à l’OMSI ou MIANKO ou vers les hôpitaux ou centres de santé de base les plus proches.

 2.      S’il s’agit d’un visiteur, d’un journalier ou d’un sous-traitant :

 Informer immédiatement La Responsable Qualité, ou Responsable du personnel, de la présence du cas suspect.

  1. Isoler le cas dans à l’entrée à l’extérieur du site, lui mettre un masque
  2. Maintenir sur place les accompagnants du cas et éviter qu’ils entrent en contact avec d’autres personnes.
  3. Limiter le nombre de personnes en contact avec le cas et leur fournir un masque
  4. Il ne sera pas autorisé à entrer et sera directement orienté vers les hôpitaux ou centres de santé de base les plus proches.
  5. La personne avec laquelle il a rendez-vous sera immédiatement avisée.

 Les travailleurs guéris sont libre de reprendre leur poste sous présentation d’une pièce justifiant leur guérison.

 Nous avons constitué un stock  de médicaments  par précaution,  mais les utilisations ne seront faites que sur la base de recommandations médicales.

 Mise à jour : 20/10/2017

Rédaction : Nico Valery Rabialahy

 

 

 

 

7. nov., 2017

La définition des cas a été légèrement modifiée ce jour par les autorités, ce qui change le document check-liste.

Merci donc de considérer cette nouvelle version pour la check liste.

Cordialement,

Charlotte Dézé pour l’Ambassade de France

 Message de SE Mme Véronique Vouland-Aneini, Ambassadeur de France

 Comme indiqué en réunion d’information peste le mercredi  4 octobre dernier, un fichier de mesures de prévention et de prise en charge simplifié a été élaboré pour faciliter et sécuriser les premiers gestes et préciser les attitudes à privilégier.

 

Je vous prie de le trouver ci-dessous :