4. nov., 2014

Message du Président FDM Tuléar

Message du Président de Français du Monde Tuléar Madagascar

 

Monsieur le Consul Général,

Laissez-nous vous dire en préambule  que ce qui suit n’a rien de personnel. Nous espérons seulement que le Chef de Poste  que vous êtes fera suivre à qui de droit et pourquoi pas jusqu’à un quai de Seine.

 

Il est écrit au dos des cartes consulaires que les titulaires seraient sous la protection du Consulat.  Qu’en pensent les parents de Tamatave, entre autres, dont les enfants sont déscolarisés ? Qu’en pensent les pères, Français de souche, qui sont séparés de leur progéniture ? Qu’en pense la jeune femme à qui le service concerné refuse un passeport sans aucune raison valable et qui ne peut aller étudier en France ? Entraver l’éducation, n’est-ce pas ignorer les droits de l’homme ?

 

Vous dites que les actes malgaches ne seraient pas valables. Il est vrai que les agents locaux sont quelquefois étourdis ; les nôtres aussi ! Nous pouvons citer des exemples. Cette étourderie n’est pas récente alors pourquoi aucune solution n’a été trouvée ni même recherchée pour pallier ces défauts en amont ; depuis le temps ?

 

Un modèle type de déclaration et de reconnaissance d’enfant, remis aux nouveaux inscrits au consulat, leur permettrait de vérifier le projet d’acte local avant qu’il ne soit proposé à la transcription, les agents malgaches  feraient volontiers les rectifications nécessaires le cas échéant. Gérer c’est prévoir.

 

 Nous avons la faiblesse de penser que la résolution du problème de quatre-vingts enfants, et plus, déscolarisés  devrait être l’objectif  principal de l’Administration Consulaire. Enfin d’une Administration qui sortirait de l’extase bureaucratique pour faire preuve de compassion et d’empathie.

 

Un peu plus de communication de la part du Consulat Général serait bienvenu. Un peu moins de paranoïa aussi ; ici vos administrés ne sont pas une horde de barbares s’apprêtant à envahir la Gaule !

 

Cette situation nous indigne parce qu’elle est indigne de la République que nous aimons ; cette République dont la devise est, encore et toujours : Liberté, Egalité, Fraternité.

 

Un cas particulier, lié aussi à la déscolarisation des enfants, nous tient à cœur, celui de Mr. Lemarié Didier. Ce cas pose des questions simples auxquelles l’Administration devrait pouvoir répondre simplement :

 

En 1996 un individu se présente au consulat muni du CNF de Lemarié Didier. Le préposé fait une photocopie de la CNI malgache de l’individu.                       _Question : Qu’a-t-on fait de l’individu et du CNF ?

 

Lemarié continue d’être inscrit au registre et son fils d’être boursier. En 2007 on renouvelle sa carte consulaire. En 2012 il est radié du registre.                       _Question : Quel fait nouveau a motivé cette décision ?  

 

       _Question : Pourquoi Lemarié devrait porter plainte contre X, alors que l’on connait (?) le nom du fraudeur ?

       _  Et la dernière mais non la moindre :

           Sur quel texte officiel s’appuie l’Administration Consulaire pour lier Diana Lemarié au cas de son père et lui refuser un passeport ?

 

Pour la section FdM/ADFE de Tuléar dans l’attente d’une réponse.

Respectueusement votre,

 

Le Président

Alain Jeanpierre