16. avr., 2019

Basculement progressif vers l'intersaison

Avec cette chaleur suffocante en milieu de journée, la durée du jour qui se raccourcit et les brouillards même sur les littoraux, combinés à l’instabilité de la température, nous entrons peu à peu dans l’intersaison.

 Une intersaison appelée vernaculairement « fararano », mais qui ne peut cependant pas être entièrement assimilée à l’automne. Cette intersaison annonce donc peu à peu la couleur, à savoir l’arrêt progressif des pluies diluviennes, l’instabilité des températures qui souffle le chaud et le froid, le tout sur un fond généralisé de régime d’Alizée (faible). Sur le plan social, notamment celui de la santé publique, cette instabilité des conditions météorologiques est souvent décriée, à raison, comme responsable de l’augmentation des pathologies telles que les accidents vasculaires et cérébraux (souvent attribués aux personnes d’un certain âge, mais qui touchent de plus en plus de jeunes) ; et aussi celles qui affectent plutôt les petits enfants, telles que la récente épidémie de bronchiolite ( qui est encore en cours d’ailleurs) et autres allergies respiratoires et dermatologiques touchant aussi bien les enfants que les adultes.

Explications scientifiques. Pour informations, sans vouloir donner de leçons basiques de météorologie, Madagascar se développe sous un climat tropical subdivisé globalement en quatre saisons, deux intermédiaires et deux principales : l’hiver, froide et sèche, courant de juin à août et l’autre, l’été, chaude et pluvieuse de novembre à avril. Les deux autres saisons, appelées intersaisons sont faites des périodes intermédiaires entre ces deux principales saisons. Le « lohataona » qui équivaut au printemps court de septembre au  début novembre et l’autre en fin avril jusqu’au mois de mai, appelée « fararano ». Toutefois, notons que dues aux effets du changement climatique, les conditions météorologiques sont perturbées. Perturbations qui se manifestent surtout par des catastrophes naturelles plus intenses (allant des tempêtes tropicales aux éboulements et érosions du sol, etc.), et au niveau des températures, des étés de plus en plus suffocants ( 41° avant-hier dans la journée à Mahajanga) suivis d’hivers de plus en plus rigoureux, même si à Madagascar, nous avons tendance à dire : « Ririn-dasa tsy tsaroana » ( nous avons toujours tendance à oublier à quel point l’hiver précédent était froid).

 Midi Madagascar

Le 11/04/19

L.R