Blog

8. août, 2017

La coopération entre Madagascar et la France s’intensifie davantage. Deux accords de financement ont été signés hier par le Gouvernement représenté par le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana et l’Agence française de développement (AFD) représentée par son directeur à Madagascar, Bertrand Hardy. Il s’agit du PADAP (Projet Agriculture Durable par une Approche Paysage) et du PIAA (Programme Intégré d’Assainissement d’Antananarivo). « Le PADAP vise à améliorer la productivité agricole et la gestion durable des ressources naturelles. Les zones d’intervention sont celles qui disposent de grand potentiel agricole et qui sont exposées à des menaces sur l’environnement. Les actions dans ce cadre restent à définir avec les paysans, selon l’avancement du projet. Le périmètre géographique n’est pas préalablement défini, mais il s’agira d’activités transversales qui concerneront l’agriculture, l’élevage, l’environnement et l’eau », a affirmé l’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini, lors de la cérémonie de signature, hier dans les locaux du Ministère des Finances et du Budget à Antaninarenina.

Confiance. Ce PADAP dispose d’un projet de 100 millions d’Euros, cofinancé par l’AFD à hauteur de 25 millions d’Euros, la Banque Mondiale avec un prêt souverain de 65 millions USD, le Fonds de l’Environnement Mondial avec un don de 13 millions USD et l’Etat Malagasy. « Ce projet bénéficie à 45 communes réparties dans 4 régions. Les cibles sont les agriculteurs, les fermiers, les organisations communautaires locales comme les associations des usagers, etc. L’objectif est d’améliorer la gestion des ressources naturelles et de promouvoir les activités génératrices de revenus », a indiqué le ministre Gervais Rakotoarimanana, dans son intervention. En ce qui concerne le PIAA, ce programme qui bénéficie de 2,815 millions d’Euros émanant de l’Union Européenne et géré par l’AFD est intimement lié à la convention de 25 millions d’Euros, signée en 2016, dans le cadre du Sommet de la Francophonie, d’après le ministre des Finances et du Budget. « Six arrondissements sont victimes de la montée des eaux usées dans la ville d’Antananarivo, et sont vulnérables à chaque saison de pluie. La population verra donc les résultats tangibles de ce projet qui améliorera les conditions sanitaires et sociales », a affirmé le ministre. En effet, des travaux prioritaires, tels que le curage du canal d’Andriantany, la mise en place de stations de pompage, ainsi que  la réhabilitation des vannes, débuteront dès le mois d’août prochain.

Midi Madagascar

Le 09/06/17

Antsa R.

16. juin, 2017

Financé par l’Agence Française de Développement (AFD) via une subvention de 2 millions d’euros, le projet «Banque à Distance», lancé officiellement hier à Antaninarenina, contribue à développer l’inclusion financière des zones les plus reculées de Madagascar.
En augmentant la pénétration des services financiers offerts par les institutions de microfinance et en diminuant les coûts de transaction grâce à la Banque à distance, l’AFD et ses partenaires souhaitent accroître le nombre de personnes ayant accès aux services financiers. La cérémonie d’hier a permis à l’AFD et à la Coordination Nationale de la Finance Inclusive (CNFI) d’informer toutes les parties prenantes de l’ouverture d’un appel à projets. Ainsi, les institutions de microfinance, maillons essentiels du dispositif mis en place, pourront soumettre leurs projets et participer à l’objectif commun : l’accès pour tous aux services financiers. En 2014, seuls 5,7% de la population malgache adulte disposaient d’un compte bancaire. Signé en 2014, le projet Banque à distance, financé par l’AFD et porté par la CNFI, a pour but de faciliter l’accès à des services financiers, notamment au profit des populations défavorisées et exclues du système financier traditionnel en zones rurales.
«Les obstacles sont de natures diverses», dixit Tiana Ramparany, Coordonnatrice Nationale de Finance Inclusive. L’on peut citer, entre autres, les problèmes d’infrastructure, notamment les difficultés d’accès à l’énergie qui ne permettent pas, par exemple, l’utilisation des ordinateurs en milieu rural, alors que les transactions effectuées doivent être enregistrées au système informatique. S’y ajoutent l’insécurité, le faible niveau d’éducation financière…
«De cet atelier, nous nous attendons à ce que les institutions financières tissent des relations d’affaires avec les opérateurs mobiles ou ceux qui œuvrent dans les nouvelles technologies, pour obtenir l’appui que le projet de la Banque à distance va apporter», a tenu à préciser la Coordonnatrice Nationale de Finance Inclusive.

Malaza

Le 10/05/17

C.R

23. déc., 2016

La France et Madagascar ont conclu samedi six accords de financement pour un montant total de 61,8 millions d’euros en marge du Sommet de la Francophonie. Une aide budgétaire et ainsi la confirmation de l’engagement de l’Union européenne dans le projet de prolongement de la Rocade autour d’Antananarivo.
Avec un prêt de 25 mil­lions d’euros et une subvention de 2 millions d’euros, ce projet permettra d’investir dans des infrastructures, de renforcer les capacités de gestion communale et d’appuyer la politique de développement urbain des villes d’Antsi­rabe, Antsiranana, Fiana­rantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliara. Une autre enveloppe de 25 mil­lions d’euros sera utilisée dans le réseau d’assainissement de la capitale et de lutter contre les inondations.
Ces accords ont été signés samedi à Ivato, en présence de plusieurs membres du gouvernement, du secrétaire d’État français chargé du Dévelop­pement et de la Franco­phonie, André Vallini, de l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini et du directeur général de l’Agen­ce française de développement (AFD), Rémy Rioux.

L.R.

L'express de Madagascar

Le 28/11/16