Blog

5. sept., 2019

Midi Madagascar
Le 27 août 2019

16. août, 2019

L' express de Madagascar
Le 27 juillet 2019

29. mai, 2019

Quatorze trophées sont décernés à la fin de la deuxième édition de la Semaine de la littérature jeunesse. La cérémonie de remise de prix s’est déroulée samedi à l’Institut Français de Madagascar.

La deuxième édition de la Semaine de la littérature jeunesse francophone a récompensé les meilleures œuvres littéraires et celles des bandes annonces en compétition. Pour l’année 2019, quatre Prix Ravinala, un Prix Littéraire de l’océan Indien, quatre Prix du jury, quatre Prix du public, et un Prix spécial du jury ont été attribués lors de la clôture de cet événement, à l’IFM à Analakely.

Entre les trois ouvrages sélectionnés pour chacune des quatre catégories d’âge des lecteurs, la majorité des établissements de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger ou AEF a porté leur choix sur celui d’Aude Maurel intitulé « La lumière allumée » pour le cycle 1, sur « Un mur si haut » de Nancy Guilbert pour le cycle 2, sur « Les Robinsons de l’île Tromelin» d’Alexandrine Civard Racinais pour le cycle 3, et sur « Les Autodafeurs » de Marie Carteron pour le cycle 4. Elles ont effectivement reçu les Prix Ravinala 2019. La victoire a été exclusivement féminine pour cette édition qui a mis douze candidats en lice.

Constante évolution

L’émotion a été palpable chez les primées en recevant leur trophée. « Les Robinsons de l’île Tromelin  est une histoire vraie. Le personnage principal a vraiment existé. Elle est avec moi aujourd’hui et c’est à elle que je dédie ce prix », a mentionne, Alexandrine Civard Racinais avec émotion. La gent masculine a brillé à travers l’œuvre de Christophe Cassiau Haurie  intitulée « En plein cyclone ». Il a reçu le Prix Littéraire de l’océan Indien. Par rapport au thème de cette deuxième édition qui est « La littérature jeunesse au cœur de l’océan Indien », le contenu de son livre a permis aux élèves de voyager dans cette zone.

En lien avec cette action fédératrice qu’est le Prix Ravinala, il y a aussi les Prix des bandes annonces relatives aux études des différents ouvrages, réalisées par les élèves. Le jury et le public ont participé aux sélections, d’où les Prix du jury et les Prix du public, pour les quatre cycles dans cette discipline.

« Cette année, nous avons essayé de mettre davantage de moyens. L’année prochaine on aura même une sélection lycée », a précisé l’organisation dans son discours de clôture de cette saison 2019 qui s’est tenue du 13 au 18 mai à Antananarivo. L’événement vise à promouvoir la littérature jeunesse sous toutes ses formes et favoriser les rencontres entre les acteurs de cette filière. L’événement a investi plusieurs endroits de la capitale, a accueilli de plus en plus de participants étrangers et s’est enrichi dans son contenu.

L'Express de Madagascar

Le 20/05/19

Ricky Ramanan

Les prix:

Prix du jury pour les bandes annonces:

Pour le cycle 1: Collège Française Dolto à Mahajanga

Pour le cycle 2: Collège de France Amparibe Antananarivo

Pour le cycle 3: Collège René Cassin à Fianarantsoa

Pour le cycle 4: Collège de France à Ankadilalana Antananarivo

Prix spécial du jury: Ecole Primaire Publique d'Anjanahary Antananarivo

Prix du public pour les bandes annonces

Pour le cycle 1: Collège Français Françoise Dolto à Mahajanga

Pour le cycle 2: La Clairefontaine Antananarivo

Pour le cycle 3: EPFD Les Charmilles

Pour le cycle 4: Collège d'Enseignement Général d'Avaradoha Antananarivo

12. avr., 2019

Les Nouvelles

Le 21/03/19

Holy Danielle

 

28. nov., 2018

Sous format de poche, « Le calepin polyglotte » s’adresse aux férus de lecture pratiquant plusieurs langues. Il raconte en cent trente-six pages les extraits d’histoires et des poèmes.

Des romans initialement écrits en malgache mais qu’elle a traduits en d’autres langues, en français ou en anglais composent « Le calepin polyglotte », en plus des poèmes écrits par elle-même et ceux des célébrités qu’elle a pris le grand plaisir de traduire.

« The roofless house », la traduction parfaite de « Trano rava », une œuvre d’Esther Rasoloarimalala Randria­mamonjy occupe la première partie du livre. Extrait d’une histoire qui relate la triste réalité qu’endure un jeune docker dans l’enfer de la capitale retrouve toute sa splendeur dans la langue de Shakespeare. L’auteure traite les droits de l’homme et des enfants sur un fond d’histoire captivante. Une autre œuvre, « Ho avy ny maraina» raconte le retour au pays de deux jeunes gens au lendemain de l’Indépendance. Un extrait occupe quelques pages en français et en anglais.


« Promesse », un roman d’amour palpitant, fera la joie des lecteurs dans ce nouvel ouvrage avec un petit extrait des moments forts. « The metamorphose » aiguisera la culture des anglophones avec cette traduction de « Miara-miofo ».Les dernières pages du livre présentent la traduction en d’autres langues des poèmes des grands auteurs tels que Victor Hugo, Rudyard Kipling, Sergey Esenin, et autres, ainsi que quelques-uns de l’auteure. « Le calepin polyglotte » donne un aperçu du monde littéraire de la Grande île.


« En ces périodes d’active mondialisation, qui nous encouragent à pratiquer une ou deux langues étrangères, en plus de notre propre langue, nous pensons qu’il est utile de mettre entre les mains des lecteurs étrangers de plus en plus de textes en malgache pour toujours mieux enrichir nos rencontres, pour les insulaires que nous sommes. Depuis toujours et partout, nous nous sommes nourris de nombreux livres, d’origines diverses, des récits, des romans, des contes, des textes scientifiques ou philosophiques traduits des langues étrangères. Nous voudrions aussi permettre à certains lecteurs parlant d’autres langues de faire bénéficier de rencontres intéressantes par ces échanges à travers quelques textes », expliquent Esther Rasoloarimalala Randria­mamonjy et l’équipe des éditions TPFLM.
« Le calepin polyglotte » s’ajoute à la longue liste des œuvres écrites par cette personnalité bien connue du paysage littéraire malgache.

L'Express de Madagascar

Le 28/09/18

Ricky Ramanan