12. oct., 2017

Décès de Jean Rochefort : une grande figure du cinéma français s’en est allée

Le comédien Jean Rochefort, l'un des acteurs les plus populaires du cinéma français, est décédé à Paris dans la nuit de dimanche à lundi à 87 ans. L'acteur avait été hospitalisé en août dernier.

Une grande figure du cinéma populaire français s’est éteinte. Le comédien Jean Rochefort est décédé dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 octobre, à 87 ans, a annoncé lundi sa fille Clémence. L'acteur, qui avait été hospitalisé en août dernier, est mort dans un hôpital parisien.

Immédiatement reconnaissable à sa voix chaude et ses belles moustaches, Jean Rochefort faisait partie de la "bande du Conservatoire" avec Jean-Pierre Marielle ou Philippe Noiret. Né en 1930, il a commencé sa carrière au théâtre à l'âge de 23 ans et n'a plus jamais arrêté de jouer. L'acteur a décliné "le bonheur de jouer" au fil de 150 films et téléfilms et plusieurs dizaines de pièces de théâtre.

"Il sait tout jouer", disaient de lui ses amis. On l'a vu en libertin cynique dans "Que la fête commence" de Bertrand Tavernier,en flegmatique valet anglais ("Les tribulations d'un chinois en Chine" de Philippe de Broca) comme en père de famille adultérin ("Un Éléphant ça trompe énormément" d'Yves Robert) ou en poignant animateur radio solitaire dans "Tandem" de Patrice Leconte.

La mort ? "Je la sens venir"

Très apprécié du public comme de la grande famille du cinéma, Jean Rochefort a reçu trois Césars, pour ses rôles dans "Que la fête commence" de Bertrand Tavernier en 1976, "Le Crabe-Tambour" de Pierre Schoendoerffer en 1978, et un César d'honneur en 1999.

S'il avait du mal ces dernières années à déplier son "squelette plein d'arthrose", comme il le disait lui-même, Jean Rochefort n'a jamais quitté le métier. En orfèvre de l'autodérision, il plaisantait il y a peu encore sur sa retraite maintes fois repoussée, flétrissant les rôles de"pépé" qu'on lui proposait. Sa dernière apparition au cinéma  remonte à 2015 avec le film "Floride" de Philippe Le Guay, adapté d'une pièce de théâtre de Florian Zeller, "Le Père". Il y a incarnait un octogénaire souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Un tournage marquant qui l’a poussé à s’exprimer plusieurs fois sur la mort et la vieillesse ces dernières années. Durant l’été 2015, il avait confié au JDD : "Je la sens venir. Et il y a des moments où je suis content qu'elle arrive", avait ainsi déclaré l'acteur. "Le corps le demande, et la tête parfois aussi", avait-il poursuivi. "Mais on n'a pas envie de faire du chagrin aux autres", confiait celui qui avait pleuré ses amis, partis les uns après les autres ces dernières années.

Après Annie Girardot, Philippe Noiret, Claude Rich, Bruno Crémer, il quitte à son tour la joyeuse "bande du Conservatoire" dont Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle et Pierre Vernier sont les derniers représentants. Il n'aura pu leur épargner, à ces amis de toujours comme à tous ceux qui l'aimaient, ce chagrin. 

Midi Madagascar

Le 11/10/17