2. sept., 2017

Belongo prône le « Fihavanana » en musique

Découvrir le Sud de la Grande île à travers les rythmes festifs du « tsapiky ». C’est une invitation musicale que le groupe Belongo offre dans chacune de ses œuvres. 

Une musicalité entrainante, qui resplendit d’une fraternité propre à ses racines. C’est ce que chantonne avec ferveur ce groupe enchanteur originaire d’une ville de Toliara, Belongo. Signifiant littéralement le sociable, l’amical ou encore le familier dans la langue de Molière, Belongo rentre dans la lignée de ses pairs comme Théo Rakotovao, Senge ou même l’illustre Regis Gizavo. Sa particularité, est de mettre  un point d’honneur à valoriser le « Fihavanana » à travers chacune de ses compositions. De même qu’il chante un amour particulier pour le Sud de la Grande île, il loue autant la beauté de ses paysages et la bonté de la population locale. Le groupe conjugue, à travers ses compositions, un style musical plus ou moins contemporain, où les mélodies du terroir portées essentiellement par le fameux «Tsapiky» originaire de cette localité se conjuguent avec des rythmiques modernes.
Belongo, c’est avant tout l’histoire d’une jeunesse débordante de passion et qui a soif de découverte tout comme il a soif de faire découvrir son Toliara natal. Fondé au courant de l’année 2007, Belongo est né de la rencontre de trois mélomanes autodidactes.

Persévérant


À savoir, Herman qui officie comme chanteur du groupe, Djamila aux percussions et José à la guitare basse, ainsi qu’à la guitare acoustique.
Depuis, Belongo continue son petit bonhomme de chemin, entre autres, fort d’une belle réussite sur la scène de l’Alliance française de Toliara à ses débuts où il a triomphé en étant premier lauréat d’un concours local. Le « Fihavanana » à savoir la fraternité, l’accueil et la sociabilité du peuple malgache, illustre des valeurs qui lui importent de partager. Belongo invite ainsi le public à se fédérer autour d’une même cause « L’unité dans la diversité ». Quelques unes de ses chansons, comme «Mikofoha » et « Mandehana» font étalage de cet état d’esprit qu’il adopte.

L'Express de Madagascar

Le 02/09/17

Andry Patrick Rakotondrazaka