11. juil., 2017

Continuité dans les relations franco-malgaches après l’élection de Macron

D’après le chef de la diplomatie malgache, l’élection d’Emmanuel Macron ne devrait pas changer les relations diplomatiques entre Madagascar et la France.

Les membres du corps diplomatique ont été particulièrement invités hier à la présentation des activités du Centre Régional de Fusion d’Informations Maritimes ou CRFIM. La présentation a également vu la présence de nombreuses hautes personnalités gouvernementales dont le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier. Interrogée par les journalistes en marge de ce rendez-vous sur l’état des relations entre Madagascar et la France après l’élection d’Emmanuel Macron, la ministre des Affaires étrangères malgache Atallah Béatrice de répondre : « Je pense que l’élection du président Emmanuel Macron ne devrait pas changer les relations entre les deux pays. J’attends la nomination du nouveau chef de la diplomatie française pour agir dans cette continuité. » Quant aux négociations sur les îles éparses, la ministre Atallah Béatrice de souligner : « La continuité est également valable sur ce dossier. On a organisé à Paris la première réunion sur le dossier. La deuxième réunion devrait se tenir à Madagascar. »

Officiers de Liaison Régionaux.  Revenant sur les activités du CRFIM, on a appris hier à Anosy que le protocole d’Accord d’échange et de partage des données maritimes sera bientôt signé par les Etats de l’AFOA-OI (Afrique Orientale, Australe et Océan Indien) et que les Officiers de Liaison Régionaux (OLR) par chaque pays seront incessamment nommés. Le Protocole d’Accord permettra aux pays de l’AFOA-OI de coopérer pour l’accomplissement de la mission du CRFIM qui consiste en la collecte, l’analyse et la fusion d’informations maritimes afin d’établir une alerte avancée en cas d’existence ou de détection d’un risque maritime potentiel ou avéré dans la région. Quant aux Officiers de Liaison Régionaux, ils serviront d’interfaces entre le CRFIM et les pays membres. Pour le moment, les actions du Centre sont financées par l’Union européenne à hauteur de cinq millions d’euros. « Le fait que Madagascar a été élu Etat hôte du CRFIM présente un grand avantage pour nous. L’accueil de ce Centre a permis à l’époque à Djibouti de se développer sur tous les plans. Madagascar doit en profiter actuellement. », a déclaré hier la ministre des Affaires étrangères Atallah Béatrice.

Midi Madagascar

Le 13/05/17

R. Eugène