Les billets de la matinale RFM Fm 102

21. sept., 2017

Petit moment gourmand dans le billet d’aujourd’hui car on va parler des différentes manières de cuisiner le riz. Sachant qu’ici, le riz constitue l’aliment principal des malgaches, c’est un sujet qui nous concerne tous.

 Tout à fait, surtout que la plupart d’entre nous ne connaissent pas beaucoup de différentes façon de le préparer, et le riz cantonais commence à devenir habituel.

 On commence par le riz à la créole qui se décline en deux façons: la première consiste à procéder comme pour les pâtes : on met à bouillir un grand volume d'eau salée (trois fois le volume de riz) et on fait cuire le riz à découvert. La seconde, un peu moins répandue, consiste à compter 1,5 à 2 volumes d'eau salée par volume de riz. On porte cette eau à ébullition et on laisse cuire le riz à couvert jusqu'à absorption. Ne reste plus qu'à l'égoutter. Notons que le bouillon peut être assaisonné.

 C’est un peu comme le vary amin’anana sans le anana, il y a quoi ensuite ?

Le riz version pilaf :

C'est la meilleure façon de cuire un riz long grain. C'est simple : mettez à chauffer une cuillère à soupe de beurre ou d'huile dans votre casserole. Versez ensuite le riz (180 g environ pour 4 personnes) et tournez à l'aide d'une spatule en bois. Lorsqu'il est translucide, versez 30 cl d'eau chaude, et faites frémir. Salez, poivrez, couvrez et laissez cuire à couvert de 12 à 15 minutes selon le type de riz.

 Ça je ne connaissais pas, t’en a d’autres ?

Le risotto, le riz cuit par absorption.

En premier lieu, il faut faire revenir le riz dans de l'huile ou du beurre, comme pour la cuisson pilaf. Ensuite, c'est le moment d'ajouter le bouillon (bouillon de légumes, de viande, fond de veau, fumet de poisson, etc). Mais attention, par n'importe comment ! Le bouillon doit être ajouté une louche à la fois. Lorsque la première louche est totalement absorbée, on en verse une seconde, on attend qu'elle soit absorbée tout en remuant, on ajoute la troisième, et ainsi de suite. Il est important également que cette cuisson soit douce, pas de gros bouillons s'il vous plaît ! En général, il faut compter une vingtaine de minutes de cuisson.

 Et encore ?

La salade de riz

Préparée avec tomates, olives, thon ou encore concombres sera adaptée pour les grandes tablées ou les pique-niques. Il suffit de faire cuire riz à la façon créole, puis on l’égoutte, on mélange le reste des ingrédients et c’est prêt à déguster.

Le riz au lait.

Cette préparation qui permet au riz de cuire longuement dans le lait et la vanille (avec du sucre) au four à température très basse est généralement réalisée à base de riz rond. Au petit déjeuner, au goûter ou en dessert, le riz au lait convient parfaitement aux enfants et aux plus grands bien sûr

 Tu vois, le riz ça peut être en salade, en dessert, et pas uniquement en plat principal !

 

 

20. sept., 2017

Nous arrivons au billet du jour qui sera culturel car on va parler des 18 ethnies de Madagascar.

 D’accord, on commence par les merina ?

Oui, ils vivent au centre des hautes terres, région d’Antananarivo. Mérina signifie « ceux des hautes terres ». Ils sont aussi appelés « Ambaniandro » signifiant « ceux qui vivent sous le soleil ». Ils vivent donc à l’origine, au centre de Madagascar.

 Et après qui a-t-on?

Les Betsileo  troisième groupe ethnique par son importance numérique. Fianarantsoa, Ambositra et la région Matsiatra sont les cités principales du pays betsileo, Betsileo signifiant « les nombreux invincibles ».

 Et ensuite ?

Il y a les Betsimisaraka vivant dans la région de Tamatave, sur la plaine côtière qui s’étend sur une bande de terre large de 100 kilomètres de Sambava au nord ; à Mananjary au sud, deuxième ethnie par le nombre. Betsimisaraka signifie « les nombreux qui ne se séparent pas ».

 Puis on a les Zafisoro et les Antéfasy

Oui, ils partagent le même territoire et ils sont rivaux. Ils vivent sur la côte sud-est en petits groupes autour de Farafangana. Antéfasy signifiant « ceux des sables »

 Puis on a les Antaisaka et les Antanosy

Exact, les Antaisaka vivent sur la côte Est, région de Vangaindrano et Antanosy. Le groupe régional des Antanosy est centré autour de Fort Dauphin, Antanosy signifie, ceux des îles.

 Puis on a les Antandroy et les Baras

Les Antandroy vivent à la pointe sud de la grande île dans la région d’Ambovombe. Et les baras sont au centre Sud, dans la région d’Ihosy.

 Et dans le sud on a aussi les Mahafaly

Ils vivent sur le vaste plateau qui borde la côte sud-ouest entre les fleuves Menarandra et Onilahy, région d’Ampanihy et de Betioky.

 Puis on a les Anteimoro et les Antakarana.

Les Antaimoro sont sur la côte Est, au nord et au sud de Manakara, de Mananjary à Vohipeno, Antemoro signifiant « ceux du rivage ». Les Antakarana sont au Nord, dans la région de Diego Suarès, vivant près du massif des tsingys de l’Ankarana d’où leur vient leur nom. Ils occupent la région nord de l’île qui s’étend d’Ambilobe au cap d’Ambre.

 On a également les Tsimihety et les Antambahoaka 

Les Antambahoaka peuplent une région du Sud-Est, et vivent autour de la ville de Mananjary. Leur nom signifie « ceux du peuple ». Les Tsimihety vivent au Nord des hautes terres, et à l’Est dans la région de Farafangana, près de Bealanana et Befandriana, leur nom signifie, « ceux qui ne se coupent pas les cheveux ».

 Il nous en reste quatre

Oui, les Tanala ou  « ceux de la forêt » à l’Est dans le triangle Ranomafana/ Mananjary/ Fianarantsoa, les Sakalava qui vivent dans une vaste région de l’Ouest, au Nord de la Betsiboka et qui va de Tuléar au Sud jusqu’au Nord-Ouest. Cette région abrite aussi plusieurs autres ethnies qui ne font pas encore partie des 18, les bezanozano dans la région de Moramanga, dans la haute vallée de la rivière Mangoro et les sihanaka dans les régions du lac Alaotra entre Ambatondrazaka et Mandritsara, au Nord-Est.

 

19. sept., 2017

Aujourd’hui, on a un billet tout en musique avec le rock expliqué en dix courants

D’accord, alors par quoi commence-t-on ?

Par le début, le rock and roll naît dans les années 50 aux États-Unis et au Royaume-Uni : il s’agit au départ d’une version plus rythmée du rythm and blues jouée par des artistes  noirs. Le terme de rock and roll vient d’un argot présent dans le rythm and blues, désignant l’acte d’amour.

 Ok, et tu parlais de 10 courants tout à l’heure ?

Le premier, c’est le rockabilly. Croisement entre le rythm and blues et la country. Il tient son nom d’un mot-valise entre rock et hilbilly, un terme désignant les péquenauds, les ploucs. Considéré à l’origine comme un enfant de la country, le rockabilly est le premier sous-genre résolument rock. Avec Elvis Presley, Bill Haley, Bob Dylan et les Beach Boys, les BeatlesThe Rolling StonesThe Who, puis en France avec Johnny Hallyday ou les Chaussettes Noires. En 1963 arrive un power blues inspiré des racines du blues des artistes noirs avec Jimi Hendrix, Led Zeppelin ou encore Cream qui se veulent expressive et puissante.

 Qu’est-ce qui vient après ça ?

Le rock progressif, la scène underground et le flower power. Né au Royaume-Uni, le terme désigne une forme plus évoluée et complexe que le rock originel. Il est porté par des groupes comme Pink Floyd, GenesisYes, Jefferson Airplane, Creedence Clearwater Revival, Janis Joplin, The DoorsFrank Zappa…Ces artistes rencontreront un succès planétaire au cultissime festival de Woodstock de 1969, le rock devient plus engagé qu’à l’origine et véhicule des messages politiques et sociaux aux jeunes fortement influencés par le genre.

 Et après ça il y a quoi ?

Le hard rock : un genre agressif aux sonorités distordues, des riffs en veux-tu en voilà et une forte influence de la science-fiction et de la fantasy, entre autres.  Si les bases du hard rock sont puisées dans les sons puissants d’artistes comme The Who ou The Kinks, les principaux représentants du genre sont plutôt Led ZeppelinBlack Sabbath, Aerosmith, AC/DC, Kiss, Guns N’Roses, ScorpionsBon Jovi, Europe… c’est l’apogée commerciale du courant mais aussi la naissance du genre métal avec le glam metal avec T-Rex, David Bowie, Gary GlitterRoxy MusicNew York Dolls ou Lou Reed et du heavy metal plus dur avec Motörhead, Alice Cooper, Iron MaidenDef Leppard.

 Ça fait cinq courants, qui sont les cinq restants ?

Le punk rock des RamonesBlondiePatti Smith , The Dictators, Sex Pistols, The ClashJoy DivisionThe Smiths et tant d’autres. Puis le grunge avec Green River, Nirvana, Smashing Pumpkins. Le pop rock, l’ennemi du hard rock avec  Elton JohnRod Stewart, Chicago, Simon & Garfunkel ou encore Leonard Cohen. Le rock alternatif avec The PixiesNine Inch NailsElvis CostelloCounting Crows, The Offspring, The Killersou Dionysos. Le rock indépendant avec les Cranberriesles Red Hot Chili PeppersBlur et OasisThe Dandy Warhols et Brian Jonestown Massacre, Fall Out Boy, Panic! at the disco, Paramore.

 

18. sept., 2017

Madagascar est riche et aujourd’hui encore, nous allons le prouver dans ce billet de la matinale à travers les différents espèces endémiques de notre pays.

 Ca veut dire quoi exactement, endémique ?

Ce qui est particulier à une localité ou une région donnée. En médecine, une maladie est dite endémique d'une région si elle y sévit de manière permanente.

 Les espèces endémiques sont nombreuses à Madagascar ; par quoi commence-t-on ?

C’est vrai qu’il y en a beaucoup. Rien que pour les oiseaux, on en compte plus d’une centaine. Et des chercheurs pensent que la majorité des espèces de faune et de flore qu’on trouve chez nous sont endémiques à notre île !

 Du coup, on ne pourra pas en faire l’inventaire, mais on peut en mentionner quelques-unes quand même !

Oui, on commence par les primates. Ces mammifères qui ressemblent aux singes mais qui n’en sont pas. Ils sont presque tous endémiques et c’est chez nous qu’on trouve le plus petit des lémuriens. Il est tellement petit qu’on l’appelle lémur-souris.

 Mais d’autres animaux sont tout aussi endémique non ?

Oui, comme les petites tortues qui sont victimes de trafic illégale, les reptiles, et les nombreux autres espèces qu’on ne trouve qu’ici.

 Puis il y a les orchidées !

Les orchidées sont environ au nombre de 1000 espèces à cohabiter chez nous. Ça va des jolies orchidées qui peuvent orner les bureaux jusqu’aux espèces carnivores qui avalent les insectes.

 Et les baobabs et les ravinales aussi !

Les baobabs peuvent devenir millénaire si on les laisse pousser. Le ravinal ou « arbre du voyageur » symbolise Madagascar partout dans le monde. La flore malgache compte environ 10.000 espèces, c’est dire à quel point elle est riche.

 Mais on ne se rend pas compte de ce que cela nous rapporte….

Ne serait-ce que le tourisme car les gens viennent de loin pour découvrir ces richesses naturelles. Qu’ils soient chercheurs ou simple amateurs. Cette multitude d’espèces fait partie aussi à notre écosystème et c’est pour cela qu’il faut en prendre soin ! Car avec une telle biodiversité, on bénéficie de l’argent de la taxe carbone des pays pollueurs.

C’est exactement ça ! Donc continuons à protéger et à valoriser cette nature.

 

15. sept., 2017

Les deux roues seront à l’honneur dans le billet d’aujourd’hui ! Et on va parler de la plus célèbre des motos, la Harley Davidson !

Ah, ça promet, dis-nous tout ! Quand est-ce que ce phénomène est né ?

L’aventure commence en 1903 quand William Harley alors âgé de 21 ans, et Arthur Davidson (20 ans) construisent un prototype de bicyclette motorisée dans la cuisine de la mère de Davidson mais les vapeurs d'essence provoquent des explosions. Les deux jeunes hommes poursuivent le développement de leur engin dans le garage minuscule d'un de leurs amis, Henry Melk, à Milwaukee, garage qui possède un tour d'usinage. Ils fondent officiellement leur société le 28 août la même année et la première moto sort en 1905. L’histoire de cette moto dépasse maintenant un siècle

Mais pourquoi tant d’engouement autour d’elle ?

A la fin des années 40, début des années 1950, le mouvement "BIKER" regroupait à l'origine quelques rebelles ayant choisi la moto comme moyen de transport pour exprimer leur indépendance et leur volonté de sortir du rang. Cet esprit de liberté et d’originalité a vite été collé aux Harley Davidson avec la Biker's life et le Way of life de la Harley! Difficile de ne pas craquer car pour beaucoup, rouler Harley-Davidson c'est la meilleure façon d'afficher clairement ses choix et ses idées tout en cultivant sa différence en refusant de se laisser "formater" par la société.

Je comprends mieux, mais pas besoin d’être rebelle pour avoir une Harley non ?

Non, parce que la firme a plusieurs modèles à proposer. L’esprit dans lequel elle crée les motos reste la même, mais les modèles se déclinent en fonction des goûts de la clientèle.

Mais ça reste cher quand même !

C’est devenu une légende et du coup, ça coûte une petite fortune, mais les passionnés n’y font pas attention. Maintenant, si tu veux connaitre la sensation qu’on a sur une Harley , il y a qu’une solution !

Laquelle dis-moi ?

Le Harley-Davidson Motorcycles Club fédère les passionnés de l’emblématique marque dans la capitale Tananarive, tu peux venir les voir quand tu veux à Alarobia!