Les billets de la matinale RFM Fm 102

18. sept., 2018

Il y a ceux qui font leur rentrée, mais il y a ceux qui partent en vacances. Ce billet peut intéresser la deuxième catégorie car on va parler d’une destination à découvrir, il s’agit de Taolagnaro, ou Fort Dauphin.

Pourquoi Fort-Dauphin ?

Cette presqu’île qui sépare la côte en deux baies distinctes propose des balades très agréables. Celle du Pic Saint-Louis qui domine la ville et vous offre un magnifique panorama du haut de ses 529 mètres sur l'ensemble de la région. Vous traverserez pendant votre ascension des forêts de fougères et de mimosas avant d’arriver au sommet de cette montagne qui n’est autre qu’un grand pain de sucre.

Qu’est-ce qu’on y trouve ?

Fort-Dauphin est un peu un condensé de ce que l'île a à offrir au visiteur ayant soif d'authenticité, de découverte et d'aventure. La nature, dans cette région, fait preuve d'une générosité sans égale, avec des forêts luxuriantes, des fleuves et des montagnes contrastés, des parcs protégés où vivent les lémuriens, et une côte magnifique aux plages préservées du tourisme à grande ampleur.

Cela fait rêver ! Qu’est-ce qu’on peut y faire d’autres ?

Des balades dans le quartier de Bazaribe avec sa petite mosquée et sa vue sur le vent du large ou encore sur la plage de Libanona, la plus belle de Fort-Dauphin, qui vous laisseront de doux souvenirs. On pourrait aussi vous parler de la promenade sur le lac Ambinanibe, des dunes et des kilomètres de plage immaculée, des excursions en baie de Lokaro et la presqu'île d'Evatraha...

Le tourisme est bien organisé sur place alors !

Oui, tant à la ville qu’aux alentours, on peut y trouver des endroits forts sympathiques.  Et avec un peu de de chance, on peut voir des baleines à bosse de juin à septembre ainsi que des dauphins qui sillonnent la Fausse Baie des Galions.

Il n’y a plus qu’à réserver Fort Dauphin pour vos prochaines destinations vacances alors !

14. sept., 2018

Un peu de mécanique dans le billet de la matinale, ce matin on va parler de la Honda CB 500, cette moto increvable qui défie le temps et continue d’attirer les amateurs.

Pourquoi elle attire autant !

Elle fait partie des motos les plus solides de son temps. Pour une balade en ville ou pour une escapade d'un weekend, cette moto offre un style épuré brut, une maniabilité incomparable et une puissance sans limite qui feront battre votre cœur plus fort.

Qu’est-ce que tu entends par sans limite ?

Il suffit d'allumer le contact et le châssis ultra maniable de la CB500 vous propulsera d'un coin de rue à l'autre en vous garantissant une maîtrise totale de votre monture. En plus de sa carrosserie et de ses performances améliorées, la CB500 est équipée d'un moteur bicylindre en ligne de 500 cm3 qui vous fera sourire de plaisir à chaque coup d'accélérateur.

Et donc, ce modèle existe depuis quand ?

Il y a eu plusieurs modèles, celle produite entre 1993 et 2003 surnommée la petite reine est la plus vulgarisée. Il y a aussi la version roadster, la CB500F, une version trail, la CB500X et la version sportive, la CB500R. Avec ces variantes, la marque attire un public plus large avec la même série de moto.

Donc, tout le monde peut conduire une CB500 !

Oui, il suffit de choisir le modèle qui vous correspond. Les séries de CB500 auront bientôt 50 ans car la toute première modèle surnommé CB500 Four est sortie en 1971. Depuis tout ce temps, la marque japonaise a décliné ce modèle au goût de ses acquéreurs, d’où ces différents modèles sorties au fil des ans.

Et on peut en trouver chez nous ?

Oui, il y a des concessionnaires revendeurs de la marque. On peut trouver ces modèles chez eux.

Alors, pour ceux qui seraient intéressés, renseignez-vous auprès des revendeurs de Honda,

 

13. sept., 2018

On a tous entendus parler des dahalos, et à chaque coup de filet, il y en a toujours un qui dit, c’est bien d’attraper les dahalos, mais c’est encore mieux si on pouvait s’attaquer aux cols blancs qui les protègent. Eh bien les gendarmes ont décidé de le faire, on en parle dans notre matinale de ce matin.

Peux-tu être plus précis ?

Un service de lutte contre les vols de bœufs a été créé au niveau de la direction de la sécurité et des renseignements de la gendarmerie. Il aura la lourde tâche de s’attaquer au problème de blanchiment de capitaux liés aux vols de zébus et à la surveillance des « gros bonnets » liés à ces affaires.

Et comment comptent-ils y arriver ?

Le service coordonnera les actions de terrain, en commençant par la sensibilisation et l’organisation des villageois et des collectivités territoriales. Sensibiliser les acteurs de la filière bovine sur l’importance de la coopération avec les forces de l’ordre.

Ce n’est pas très nouveau.

La nouveauté c’est l’identification électronique des bovidés. D’après la nouvelle loi de janvier 2017, chaque tête de zébu devrait porter une puce électronique qui permettrait de l’identifier. Malheureusement, faute de moyen, cette mesure n’a pas encore été mise en place en totalité.

Mais ils ont commencé à le faire ?

Oui, ils ont déjà mis en place une base de données censée réunir les fiches individuelles de bovidés (FIB). En effet, ce sont ces documents qui sont falsifiés après le vol des bovidés afin de rendre possible la vente des zébus volés. L’objectif de cette base de données est donc de lutter contre les faussaires.

Espérons que ce service portera ses fruits alors.

Tout à fait, sachant que le vol de zébu est le premier facteur d’insécurité dans les milieux ruraux de Madagascar. C’est d’ailleurs ce constat qui a poussé à la création du service que l’on vient d’évoquer.

On peut garder l’espoir que ça s’arrange alors.

 

12. sept., 2018

Que celui qui n’est jamais allé acheter des articles en friperie lève la main, car ce sera le sujet de notre matinale d’aujourd’hui. Les friperies, là où l’on peut trouver de tout à des prix  presque dérisoire.

Surtout qu’ils ne sont pas chers !

Oui, avec 20.000 ariary, on habille toute la famille. C’est une bonne alternative pour les ménages à faible pouvoir d’achat. Et si on prend le temps d’en prendre soin, ces articles de seconde main peuvent vraiment avoir une seconde vie.

Mais il y en a qui sont vraiment accro à la friperie.

Et il y a de quoi, on peut trouver des articles de marque en très bonne état dans les friperies et à des prix vraiment moindre par rapport à ceux en magasin. Comment ne pas y trouver son bonheur et ne pas devenir un habitué.

Certains clients ont vraiment le flair pour trouver la perle rare.

Oui, il y a des articles que l’on ne peut pas trouver en magasin mais qu’on peut trouver en friperie. Et le comble c’est que parfois, on trouve des clients qui ont vraiment la possibilité de s’acheter des articles en magasin mais qui préfèrent les friperies

Mais d’où viennent ces friperies ?

Ils sont importés évidemment, ils viennent d’Europe ou d’Asie en général. Dans les grosses balles de friperies, les articles et les marques se mélangent. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les besoins, depuis las chaussures, les vêtements, en passant par les cartables, les jouets et autres sac à mains.

C’est tout un secteur d’activité.

Oui, et avec internet, ça a créé un autre type de métier. Les chasseuses d’articles rares sur les friperies qui les revendent ensuite sur facebook. Un vrai business lucratif qui fait des émules.

Qui aurait pensé que les friperies allaient être aussi importantes.

 

11. sept., 2018

L’hiver est derrière nous, dans peu de temps, on va ravoir le soleil et la chaleur. Et pour l’occasion, nous allons parler de glace dans le billet de la matinale d’aujourd’hui.

Sujet délicieux ! Par quoi on commence ?

Par des chiffres, sachant que 412 litres de crèmes glacés sont produits et consommés chaque seconde dans le monde, ce qui représente 13 milliards de litres de glaces dégustés par an au niveau mondial.

Cela fait beaucoup de glace en effet, mais juste pour des questions de précision, peux-tu redéfinir ce qu’est une glace ?

On parle ici de glace, cet aliment sucré élaboré à partir de crème, à base de lait, de sucre, de fruit ou d’autres arômes variés.

Mais comment cela se fait-il qu’on mange autant de glace.

Les fabricants rivalisent d’imagination pour nous attirer. De plus, ils ont une stratégie bien rodée pour nous attirer à en consommer. Cela fait beaucoup de moyens réinvestis en recherche et développement, sans compter la recherche perpétuelle de nouveau parfum pour se démarquer des concurrents.

Il y a la concurrence mais les gens commencent à fabriquer leur propre glace aussi.

Oui, à part les grandes enseignes traditionnelles, on commence à voir des glaces artisanales un peu partout, souvent moins chères et considérées comme plus saines car contenant moins de produit de synthèse. Et comme tu dis, les consommateurs commencent à fabriquer des glaces à la maison, surtout qu’il suffit de quelques clics pour trouver les recettes.

Mais il y a encore de la place pour tout le monde non ?

C’est vrai, il y aura toujours les habitués des grandes marques et les glaces artisanales attireront de nouveaux publics, enfin, ce n’est pas tous les jours que les mamans ont le temps de fabriquer des glaces maisons mais on peut compter sur le reste de la famille pour avoir envie de glace souvent.

Maintenant que le marché de la glace n’a plus de secret pour nous, on peut refermer ce billet de la matinale.