6. sept., 2017

La langue française

Aujourd’hui, on va parler de la langue française dans notre billet de la matinale. Le français en tant que langue utilisée par de nombreux malgache maintenant.  Surtout qu’il n’est pas rare d’entendre quelque part que « parler français pour un malgache, c’est un peu comme mépriser ou renier sa propre langue ».

Malheureusement, oui ! Mais tu n’es pas d’accord avec cette analyse !

Pas du tout, je m’explique, il y a un adage malgache qui dit « andrianiko ny teniko, ny an’ny hafa ko feheziko », ce qui veut dire, « je suis attaché à ma langue mais je maitrise aussi celle des autres ». La vérité, c’est que tout dépend du contexte dans lequel on utilise la langue de l’autre.

C'est-à-dire ?

Que si tu parles à un étranger, tu ne vas pas t’entêter à parler une langue qu’il ne comprendra pas, et si tu parles correctement sa langue, inutile d’hésiter à l’employer. Et dans le même sens, parle malgache quand t’es avec des malgaches qui ne comprennent pas d’autres langues, et parle bien aussi, ne dénigre pas ta propre langue.

Donc, tu prône la coexistence des deux cultures ?

Oui, je ne suis pas le seul. Le journaliste et intellectuel Julien RAKOTONAIVO, chevalier des arts et des lettres de la république française, tiens le même discours. Il est fier de maîtriser le français, il dit que nous devons nous approprier cette langue sans complexe.

Mais que dirais-tu de ces gens qui ne sont pas de cet avis ?

En ce moment, on ne peut pas vivre dans une bulle. Le monde autour de nous évolue et il faut évoluer avec lui tout en gardant notre culture au centre de nos préoccupations car évoluer ne veut pas dire  oublier.

Surtout que les langues étrangères et pas seulement le français sont maintenant exigés dans la plupart des offres d’emploi.

Oui, c’est dans le domaine professionnel que l’on s’aperçoit le plus de la nécessité de maîtriser d’autres langues que sa langue maternelle.

Mais qu’est ce qui pourrait expliquer cette réticence à ton avis ?

La raison la plus courante et évidente est le lourd passé que les malgaches ont avec la France et comme on ne peut effacer cette histoire, tant que les malgaches ne l’auront pas digérée, ce débat restera toujours d’actualité.