12. sept., 2017

Les sites historiques de Tananarive

Aujourd’hui dans le billet, nous allons mieux connaitre notre capitale à travers ses sites historiques.

Il doit y en avoir beaucoup, par lequel commence-t-on ?

On commence par le palais de la reine, le Rova de Manjakamiadana. Le palais trône sur le sommet de la ville et offre une vue panoramique de la capitale, c’est un peu comme notre tour Eiffel à nous donc, il ne faut surtout pas rater une visite de ce lieu.

C’est vrai, et après, que proposes-tu ?

Le palais d’Ambohimanga, la Résidence d’Andrianampoinimerina. Avec des meubles de l’époque, le palis est encore considéré par beaucoup de malgache comme sacré. C’est une des 12 collines royales de la capitale et les monuments qui sont là datent d’il y a 500 ans donc ça vaut le détour.

Bien, et après qu’est-ce qu’on peut voir ?

Le palais du premier ministre d’Andafiavaratra. Cette grande bâtisse de briques fut édifiée en 1872. L'architecte Pool l'avait dessiné pour Rainilaiavony. Ce palais est aujourd'hui transformé en musée, et abrite les vestiges du palais de la reine, brûlé en 1995. Il reste bien peu de chose du trésor de la reine. Quelques effets personnels, une couronne de corail rouge, une parure, une réplique du trône, de magnifiques tableaux,….

Il y a aussi le site d’ambohitrabiby.

Oui, c’est d’ailleurs la capitale de l’ancien royaume Merina d’après les historiens car c’est là que résidait Ralambo, le roi de l’époque. On dit que c’est lui qui a initié les malgaches à la consommation de la viande.

Il y a d’autre palais aussi non ?

Oui, celui d’Ilafy et d’Ambohidratrimo. Le premier est à 10 km au nord de la capitale, on y trouve encore une grande bâtisse à l’architecture de l’époque. Le second se trouve à la sortie de la ville, il a été érigé par le roi Ratrimo. Mais le grand-père d’Andrianampoinimerina y a apporté quelques modifications après.

D’accord, et vu la relation des malgaches avec les défunts, j’imagine que tous ces sites sont plus ou moins sacré !

Oui, mais au-delà de ça, il est important de les connaitre pour mieux les protéger.