14. sept., 2017

Les oranges d’Ambohijafy

Si la vie ne te donne pas des oranges, manges des pommes ! Aujourd’hui, on te donne des oranges dans le billet du jour, des oranges bien malgaches car c’est notre sujet du jour.

D’accord, de quelles oranges parles-tu ?

Des meilleurs, ceux qu’on trouve à Ambohijafy, à la sortie de la capitale. Car c’est là qu’on trouve le plus de variété. Les paysans d’Ambohijafy sont devenus des experts en agrumes avec le temps.

Ça fait combien de temps qu’ils s’y sont mis au juste ?

Cela fait maintenant 80 ans environ, donc plusieurs génération de planteurs. Sachant qu’un pied produit 30 à 50 kg par campagne, Ambohijafy peut totaliser jusqu’à 20 tonnes d’oranges par jour.

Ils en plantent autant que ça ?

Oui car un planteur peut avoir jusqu’à plus de cent pieds d’oranger. Pour mieux l’estimer, ça va jusque dans les 1800 tonnes d’oranges par an sur 300 hectares cultivés. Donc ça fait vraiment beaucoup d’oranges.

Tout à fait, donc c’est une très bonne affaire pour eux !

Quand tout va bien oui, car ils ravitaillent la capitale et ses grands marchés. Mais parfois les récoltes sont mauvaises et là, les paysans passent une mauvaise période.

Pourquoi les récoltes seraient mauvaises?

Les oranges dépendent beaucoup de la météo et avec le changement climatique, les paysans ne savent plus composer avec la pluie. Parfois aussi, les orangers sont attaqués par des maladies ou des insectes. Et les insecticides et les fongicides ne sont pas toujours accessibles, donc cela pose de réels problèmes.

Donc, les orangers peuvent tomber malades !

C’est ça, mais les coopératives de producteurs essayent de faire face autant que possible car c’est leur gagne pain.

On espère qu’ils y arriveront autant pour eux que pour nous car ce serait dommage d’être privé de ces bonnes oranges d’Ambohijafy. Et nous refermons ce billet orangé.