11. oct., 2017

Le Conseil du Fampihavanana Malagasy

Le billet de ce jour parlera de politique avec le CFM ou le Conseil du Fampihavanana malagasy. Nous ne ferons pas d’analyse politique, nous allons juste expliquer ce que c’est à nos auditeurs.

Donc qu’est ce que c’est ?

Le CFM succède à la FFM, le Filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy. Le premier et le second possède a peu près la même fonctionnalité car ils sont là pour œuvrer pour la réconciliation nationale. Après les crises politiques successives, les tensions qui poussent partout, une réconciliation est vraiment nécessaire.

Et donc, qui forme ce conseil ?

Le président de la République a nommé onze conseillers, en plus des vingt-deux candidats sélectionnés à l’issue d’un long processus. En tout, il y a donc 33 personnes dans ce comité.

Et qu’est-ce que ces 33 personnes vont faire pour réconcilier les malgaches ?

Le CFM a pour rôle de, entre autres, statuer sur les demandes de réparation des dommages et préjudices causés aux victimes des crises successives, depuis 2002 jusqu’à la fin de la Transition en 2013. Ils devront également avoir les capacités pour étudier et proposer l’amnistie. Ils vont entrer très vite en fonction, d’autant plus que, à l’approche des élections de 2018, le sort de certains politiciens déjà condamnés est suspendu à la décision de ces nouveaux conseillers.

Par quels moyens vont-ils exercer ces fonctions exactement?

Les 33 personnes vont être divisés en Commission. Sur la base de recommandations fournit par ces commissions, le CFM statuera sur la demande de chaque personnalité ou affaires demandant leurs services. Donc, ils auront la lourde tâches de tout remettre à plat, de réparer les préjudices et de dire la vérité sur tous les conflits qui nous ont marqué.