20. oct., 2017

L’alphabétisation, un défi majeur à Madagascar

Dans le billet d’aujourd’hui, on va parler d’un sujet qui reste un défit majeur pour Madagascar, l’alphabétisation. Lire et écrire peut sembler être une évidence, mais elle ne l’est pas encore pour de 30% des malgaches ! C’est pour ça que l’alphabétisation reste un défi pour les malgaches.

 Comment ça se fait ?

Les crises consécutives et la pauvreté sonT les premières causes évoquées par les autorités pour expliquer ce taux élevé d’analphabétisme. Des efforts sont fournis et on dit qu’on commence à voir les effets maintenant.

 Mais ça touche quelle frange de la population exactement ?

Evidemment, c’est la couche sociale la plus pauvre qui est la plus touchée par l’analphabétisme. La population de cette catégorie sociale ne pense pas que savoir lire et écrire est une priorité. Chez eux, on pense d’abord à trouver à manger, à survivre avant de penser au reste.

 Ça se comprend ! mais c’est après qu’ils ont de la difficulté car ils passent à côté de beaucoup de chose !

C’est surtout au niveau de l’administration que c’est le plus dur car ne serait-ce que pour se régulariser au niveau de l’état civil, pour signer des papiers, etc. tout cela devient un vrai parcours  de combattant.

 Et donc concrètement, qu’est ce qui est fait pour faire face à cela ?

Depuis 2014, le ministère de l’Éducation Nationale a essayé de scolariser des milliers d’enfants, en allégeant les charges parentales. Cela rentre dans les efforts pour réduire le taux d’analphabétisme dans le cadre du Programme général de l’Etat.

 D’accord, au fond, c’est une question de priorité non !

Exactement, et c’est valable pour l’  Etat et la population touchée par l’analphabétisme. Il faut que les deux camps se rendent compte de l’importance de savoir lire, écrire et compter et de l’éducation en général pour le développement personnel et le développement du pays.