1. déc., 2017

Disparition du Professeur Zafy Albert : ancien Président de la République malgache

Dans le billet de la matinale d’aujourd’hui, nous allons parler de feu le Professeur Zafy Albert qui nous a quitté récemment. On a beaucoup parlé de lui dans les actualités mais qui est vraiment cet homme ? On répond à cette question tout de suite !

Albert Zafy, né le 1er mai 1927 à Ambilobe (province de Diego-Suarez) est mort le 13 octobre 2017 à Saint-Pierre de la Réunion. Ça devrait lui faire 90 ans mais en réalité, il a 95 ans car son acte de naissance n’a été enregistré qu’à ses 5 ans.

Et donc, on sait qu’il a fait de la politique mais à part ça, qu’est-ce qu’il a fait ?

On le nomme professeur car c’est un médecin de formation, comme de nombreux politiciens malgaches. Il a poursuivi son cursus estudiantin à l’université de Montpellier puis de Paris. Brillant étudiant et licencié en physique et en mathématique, Zafy Albert est professeur en médecine dans la branche de la chirurgie.

Mais il est très intelligent, comment il a atterri en politique ?

Le professeur Zafy y a fait des débuts timides en occupant le poste de ministre de la Santé et des Affaires sociales dans le gouvernement piloté par le Général Gabriel Ramanantsoa pendant le transitoire militaire du 1972 à 1975. En 1990, il a créé I’UNDD (Union Nationale pour la Démocratie et le Développement) qu’il présida.

Et comment arrive-t-il au pouvoir ?

Après la marche sanglante du 10 août 1991 sous l’impulsion du professeur Zafy et de ses partisans, les forces politiques à Madagascar se sont mises d’accord pour l’instauration d’un régime transitoire consensuel. Le 16 juillet 1991, les Forces Vives l’ont élu pour être le chef du gouvernement transitoire pour affronter Didier Ratsiraka à l’élection présidentielle. Il est devenu le leader de la contestation du peuple malgache. Il accèdera finalement à la magistrature suprême en 1993.

On sait qu’il n’y est pas resté longtemps puisqu’il sera destitué en 1996, et après ce passage au pouvoir, qu’est-ce qu’il est devenu ?

Il devient un des chefs les plus virulents de l'opposition malgache avec son mouvement le CRN (Comité de réconciliation nationale), estimant que, à moyen terme, la situation institutionnelle du pays ne serait jamais stable si on continuait à pratiquer l'ostracisme politique à chaque élection présidentielle. Il a donc toujours prôné ce dialogue pour une réconciliation, mais aujourd’hui, l’homme au chapeau de paille a tiré sa révérence. Qu’il repose en paix.