20. févr., 2018

La nouvelle année

A l’approche de cette nouvelle année, le billet de la matinale se propose de vous aider à l’envisager de la meilleure des façons car nouvelle année signifie souvent, beaucoup de changement.

Le 31 décembre marque la fin d'une année et la naissance d'une nouvelle. Et pourtant, rien ne change en une nuit...

Il est vrai que rien ne changera en une nuit. Nos soucis comme nos joies demeurent, nos questionnements également. Mais ce passage à l'an neuf est pourtant hautement symbolique. L'être humain a besoin de rythme et d'alternance pour exister. Ces repères que sont les jours, les semaines, une année qui se termine, une autre qui débute, sont autant de balises dans le temps. Elles nous permettent d'avoir du poids sur notre environnement, sur notre existence.

Mais pourquoi cette envie de prendre de nouvelles - et bonnes - résolutions quand une année commence ?

Le 31 décembre agit comme un puissant repère dans le temps. Il nous donne l'occasion de nous dire : avant le 31 décembre, je n'étais pas celui-ci ou celle-là, à partir du 1er janvier, je serais celui-ci ou celle-là. Ce changement de calendrier nous permet de maîtriser le temps, de décider d'un avant et d'un après. Qui dit bonnes résolutions dit aussi bilan. S'accorder ces moments de réflexion, ne plus avoir envie d'être ce que l'on est, ne plus avoir envie de faire ce que l'on fait, c'est une façon de faire le point avec soi et de s'ouvrir au changement.

Donc, Commencer une nouvelle année, c'est avoir envie de regarder devant soi ?

Oui. La transition d'une année à l'autre génère un regain d'énergie. Car nous sommes tous soumis au temps qui avance et qui nous mène inéluctablement vers la mort. Mais l'aube du 1er janvier nous conduit vers une autre vie. Comme si nous vivions une forme de renaissance. Nous avons tous besoin de tourner des pages, de fermer des tiroirs, de décréter que certaines choses sont passées ou mortes. Une nouvelle année répond à ces exigences et nous offre une espérance de vie. Démarrer une nouvelle année, c’est s'offrir un peu d'éternité...

Et c’est sur cette belle phrase que nous refermons le billet de la matinale d’aujourd’hui.