9. avr., 2018

L’urbanisation en Afrique

Aujourd’hui on va parler d’un sujet très sérieux, l’urbanisation en Afrique. Et avant que tu ne poses la question, l’urbanisation c’est la concentration croissante de la population autour des agglomérations urbaines existantes. Et donc, on va parler de ce phénomène sur le continent africain.

Allons-y !

Sachez donc que c’est désormais l'Afrique qui connait la plus forte croissance en matière d'urbanisation avec 5% à 7% de citadins en plus chaque année : 400 millions d'africains vivent aujourd'hui en milieu urbain, soit 40% de la population et l'ONU-HABITAT estime qu'ils seront 60% en 2050.

C’est à cause de l’exode rural non !

L'exode rural des jeunes en constitue la principale cause. Les jeunes quittent le plus souvent les campagnes ou leurs villages pour plusieurs raisons dont principalement la pauvreté, avec pour ambition de trouver un emploi, une opportunité en ville afin d'améliorer leurs conditions de vie.

Ça doit provoquer des conséquences désastreuses !

Les villes africaines se voient ainsi confrontées à une double problématique, accueillir un très grand nombre de nouveaux citadins et faire face à leur arrivée très rapide. La difficulté pour résoudre cette double équation vient du fait que cette urbanisation n'est pas associée à un développement industriel ou économique suffisant, si bien que les nouveaux arrivants, souvent sans ressources, sont contraints de vivre dans des logements non adaptés, la plupart du temps totalement insalubres du fait du manque d'anticipation des pouvoirs publics

Phénomène qui ne nous est pas totalement étranger à Madagascar vu que notre capitale en est une illustration parfaite. La question est comment ces villes, y compris la nôtre, peuvent s’en sortir !

L'une des solutions les plus efficaces et la plus durable serait de redonner le goût de vivre à la campagne. Avec la revalorisation du travail agricole, l'exode se tarirait quelque peu. En plus il faut désormais faire de la ville africaine un pôle majeur, un moteur pour favoriser le commerce, le recueil et la diffusion de l'information, un lieu d'accumulation du capital et des richesses avec un effet dynamisant pour les campagnes. Et cela ne peut être réaliser par les seuls pouvoirs publics, il faut aussi y associer les opérateurs économiques privés.

Maintenant qu’on connait la solution, il ne reste plus qu’à l’appliquer.

Entre le dire et le faire il y a un long chemin.