20. avr., 2018

La Grande île à l’épreuve des changements climatiques

A la suite des dernières intempéries et autres caprices météorologiques qu’on a subi, plus aucun de nous ne peut nier les changements climatiques auxquels nous faisons face. On en parle aujourd’hui dans le billet de la matinale.

Ce n’est pas si sûr, il y a encore des climato-sceptiques mais tu vas sûrement finir par les convaincre après ce billet !

Il se trouve qu’en ce qui nous concerne, le constat est sans appel. Souffrant des effets du changement climatique, 25% des espèces de la faune et flore malgaches auront disparu dans les années 2080. C’est ce qui ressort du rapport international de WWF intitulé « La vie sauvage dans un monde en réchauffement ».

C’est grave ça ! Et qu’est-ce qui leur font dire ça !

En dépit du maintien de l’élévation de la température sous la barre des 2°C (tel est l’objectif des pays signataires de l’accord de Paris) la situation climatique continuera de menacer les espèces. Selon les experts de WWF « La capacité de dispersion de certaines espèces, dont les oiseaux et les mammifères, vers des habitats plus adéquats pourraient aider ces deux groupes à limiter leur risque de disparition. Avec une augmentation de température de 2°C et une capacité de dispersion adéquate, 14% des espèces d’oiseaux et 7% des espèces de mammifères seront à risque d’extinction dans les années 2080. Ce qui n’est pas le cas des plantes, amphibiens et reptiles, dont le risque d’extinction est plus élevé »

Est-ce que c’est inévitable ?

Pour l’instant, des actions sont menées dans le pays, afin d’éviter d’arriver à un déclin irréversible de la survie des espèces de la faune et de la  flore de Madagascar. Des analyses de vulnérabilité au changement climatique ont été effectuées dans les aires protégées et les régions. De même, des stations climatiques ont été installées, permettant de mieux comprendre les variations climatiques à venir, et d’anticiper afin d’espérer avoir une longueur d’avance sur elles. Les autorités chargées de gérer les catastrophes naturelles sont aussi formées de manière à ce qu’ils soient plus aptes à faire face aux changements climatiques car si la faune et la flore sont menacées par les changements à long terme, les humains subissent déjà les affres des cyclones et des dérèglements climatiques.

Comme quoi, l’environnement est vraiment en danger !

Oui, c’est pour cela qu’il faut continuer à y faire attention et à le préserver autant que possible. Car on dépend tous de l’environnement.

C’est tellement vrai, est c’est sur cette recommandation que nous refermons ce billet de la matinale sur l’environnement.