2. mai, 2018

Le 9ème art

Le premier art, c’est l’architecture, le 2e art : la sculpture ; le 3e art : les « arts visuels », qui regroupent la peinture et le dessin, le 4e art : la musique, le 5e art : la littérature, qui regroupe la poésie, les romans et tout ce qui se rattache à l'écriture, le 6e art : les « arts de la scène », qui regroupent la danse, le théâtre, le mime et le cirque, le 7e art : le cinéma et le 8e art : les « arts médiatiques », qui regroupent la radio, la télévision et la photographie, le 10e art : le jeu vidéo et le 9e art : la bande dessinée, le manga et le comics. C’est de ces derniers qu’on va parler dans le billet d’aujourd’hui !

Le 9ème art, la bande dessinée, à quelle occasion ?

A l’occasion du 45ème festival d'Angoulême ! Le festival international de la bande dessinée, car pour cette édition, Madagascar a eu des représentants pendant cette prestigieuse rencontre !

Qui était là-bas ?

Il y avait Tojo Alain, puis Dwa, le lauréat du concours organisé récemment par PARITANA, et Pov, le célèbre caricaturiste qui s’illustre maintenant dans la bande-dessinée et enfin, Rafally Razafindrakoto.

Belle brochette d’artistes donc, beaucoup de livres aussi j’imagine ?

Oui, car ils étaient là pour présenter leurs livres justement. Il y a le tome 2 de « Tangala » pour Tojo Alain et Motus, « Lundi noir sur l’île rouge » et « la réunion kely » pour Pov et Dwa et enfin, le tome 2 de « chapeau noir » pour Rafally Razafindrakoto. Tous ces livres sont portées par la maison d’édition réunionnaise « Des bulles dans l’océan indien ».

Et ça parle de quoi ces BD ?

Chapeau noir et Tangala, sont des bandes dessinées qu’on pourrait qualifier de policières. Leurs histoires se passent dans les années 40 et 60 dans les rues de la capitale. Quand à lundi noir sur l’île rouge et le Réunion kely, ils touchent des sujets de société, comme la misère et les crises politiques.

Et comment nos bd ont été accueillis ?

Tangala connait un franc succès selon sa maison d’édition, les autres commencent à se faire connaitre, mais on peut dire que c’est bien accueilli ! Même s’ils n’ont pas encore gagné de prix car cette année le grand prix a été décerné à Richard Corben le dessinateur américain de 77 ans, figure de proue de "Métal hurlant".

Nos artistes commencent tout juste à être publier donc, c’est normal aussi ! Sur ce, nous refermons ce billet destiné à la 9ème art !