11. mai, 2018

L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle sera le sujet de notre billet de la matinale d’aujourd’hui. Un concept popularisé par Daniel GOLEMAN en 1995. Il le définit comme l’ensemble des aptitudes, autres que le QI, qui est nécessaires à la réussite dans la vie. Il énonce cinq clés qui allaient nous aider à mieux comprendre.

Quelle est la première ?

La conscience de soi. La capacité de reconnaître et de comprendre les humeurs personnelles, les émotions et les moteurs internes, ainsi que leur effet sur les autres. Les indicateurs de conscience de soi comprennent l’auto-assurance, l’auto-évaluation réaliste, et un sens de l’humour auto-dérisoire. La conscience de soi dépend de la capacité à surveiller son propre état émotionnel et d’identifier et nommer correctement ses émotions.

La deuxième ?

La maîtrise de soi. La capacité de contrôler ou rediriger les pulsions et les humeurs perturbatrices, et la tendance à suspendre le jugement et à réfléchir avant d’agir. Les indicateurs comprennent la fiabilité et l’intégrité, ainsi que l’acceptation de l’ambigüité et l’ouverture au changement.

La troisième !

La motivation interne. Un moteur interne qui va au-delà de l’argent et du statut, qui sont tous deux des récompenses externes : vision de ce qui est important dans la vie, le plaisir d’accomplir une tâche, la curiosité d’apprendre, un « flux » qui vient de l’immersion dans une activité. Une tendance à poursuivre des objectifs avec énergie et persistance. Les indicateurs comprennent une forte envie d’accomplissement, de l’optimisme à l’épreuve des échecs et un engagement organisationnel.

La quatrième ?

L’empathie. L’empathie concerne l’intérêt et l’implication dans les émotions des autres, la capacité à sentir ce qu’ils ressentent. Une habileté à traiter les personnes en fonction de leurs réactions émotionnelles. Les indicateurs comprennent l’expertise dans la construction et le maintien du talent, la sensibilité interculturelle et le service aux clients.

Et le dernier pour refermer ce billet !

La maîtrise des relations humaines. L’habileté dans la gestion des relations et dans la construction de réseaux, une capacité à trouver des points communs et à construire des liens. Les indicateurs des compétences sociales comprennent l’efficacité dans la conduite du changement, le pouvoir de persuasion, la création d’expertise et le leadership des équipes.

Et pour aller plus loin, on peut calculer son quotient émotionnel sur internet. Et sur ce, nous refermons le billet de la matinale.