16. mai, 2018

Les rites funéraires à Madagascar

Les rites funéraires de la partie Sud de Madagascar seront à l’honneur dans le billet d’aujourd’hui ! Tous ce que nous savons d’eux, ce sont les aloalos sur les tombeaux, et ce matin, nous allons approfondir nos connaissances !

Par quoi on commence ?

Par parler de la partie sud de Madagascar, la région Menabe ; avec les tribus Sakalava et Vezo. Chez eux, la vie et la mort s’entremêlent, une tradition forte de quatre siècles qui rappelle l’importance de la transmission entre les générations.

Comment on considère les défunts là-bas ?

Pour eux, le défunt ne meurt pas, il accède à un nouvel état à travers de nombreuses péripéties, semblables à celles de la venue au monde d’un être vivant. Il y sera guidé et on lui expliquera qu’il est désormais déconseillé pour lui de troubler les vivants. C’est pour cela que lors de l’enterrement, l’assistance prend plusieurs détours pour détourner le défunt du chemin du retour.

 Et quelle est cette nouvelle situation du défunt ?

Il rejoint son créateur ! Mais il peut veiller sur ses descendants même s’il ne peut pas interférer dans leur vie. C’est pour cela également que les tombes illustrent ces séparations et les transmissions à travers les dessins et les autres ornements qui rappellent le rang du défunt et son importance.

Tu peux nous en dire plus sur la signification des ornements sur les tombes des défunts ?

Les rectangles représentent le destin, un cadre auquel personne n’échappe, les oiseaux représentent le passage entre l’état de vivant et de mort ! Parfois on peut voir des oiseaux érotiques sur les tombeaux des hommes, cela rappelle la tradition qui veut que l’homme meure la tête posée sur les cuisses d’une femme, à l’endroit même où il est entré dans cette vie humaine, c’est aussi là qu’il entre dans l’autre monde, il complète ainsi le cercle de la transmission du flux vital.

Et les sortes d’enclos autours des tombes, qu’est-ce que c’est ?

Ces enclos sont destinés à protéger l’esprit du défunt, pour qu’il ne vienne pas dans le monde des vivants. Ils comportent souvent quelques ornements sur les côtés nord et sud, faites d’animaux représentant la cosmologie de la tribu et des sculptures qui rappellent la lignée du défunt.

C’est tout un rituel alors !