30. mai, 2018

La Françafrique

Savez-vous ce qu’est la Françafrique, en avez-vous seulement entendu parler ? Si vous avez répondu par non à au moins une de ces questions, vous êtes au bon endroit car on va vous expliquer tout dans le billet de la matinale de ce matin.

Commençons par le début, qu’est-ce que c’est ?

L'expression « France-Afrique » est employée, en 1955, par le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, pour définir le souhait d'un certain nombre de dirigeants africains de conserver des relations privilégiées avec la France après l'accession de leur pays à l'indépendance. Cette expression avait, à l'origine, une connotation positive. Elle fut reprise et popularisée dans son sens péjoratif actuel en 1998 par le livre intitulé « La Françafrique, le plus long scandale de la République »,  de l’économiste français François-Xavier Verschave.

Et donc, quel est ce sens péjoratif ?

F-X. Verschave décrit un système caractérisé par des pratiques de soutien aux dictatures, de coups d'État et d'assassinats politiques mais aussi de détournements de fonds et de financements illégaux de partis politiques d'où l'homophonie plusieurs fois soulignée par Verschave : France-Afrique, France-à-fric.

Et comment ça se présente dans la réalité ?

Le « système de la Françafrique » présente, à des degrés divers selon les pays concernés, les caractéristiques suivantes : une politique étrangère française occulte qui ne relève pas du ministère des Affaires étrangères mais qui est une politique discrétionnaire de la Présidence de la République Française, notamment à travers la cellule africaine de l’Élysée. Une présence très importante de fonctionnaires français ou, plus tard, d'attachés techniques dans les pays africains concernés ; une ingérence, y compris militaire, dans les affaires intérieures des pays concernés - défense ou renversement d'un gouvernement - ; des liens financiers occultes entre le régime du pays et les partis politiques français. Ces liens financiers concernent la corruption des élites politiques françaises par les classes dirigeantes africaines.

Et maintenant, c’est toujours le cas?

Emmanuel Macron a déclaré ce 28 novembre 2017, à Ouagadougou, qu'il n'y avait plus de «politique africaine de la France ». Il est le troisième Président français à évoquer la fin de ces liens sulfureux connus comme la « Françafrique », terme que le chef d’État Français a pris soin de ne pas employer. La génération F. Hollande et E. Macron s’est éloignée des pratiques post-coloniales de « la Françafrique », même si les liens historiques maintiennent, entre la France et ses anciennes colonies, un lien particulier.

Eh oui, mais maintenant qu’on connait mieux la françafrique, on peut passer à la rubrique suivante.